Pour l’écosocialisme, dénonçons l’imposture stalinienne

Les élections municipales de 2014, qui ont été un moment si périlleux pour l’unité du Front de Gauche, ont au contraire été pour moi l’occasion d’approfondir une vraie camaraderie avec les communistes locaux. Ecosocialistes du PG, communistes du PCF et non-encartés du FdG ont eu la chance, chez moi, de mener une liste autonome qui a recueilli 13,12% des voix. Certes, il existe toujours des divergences entre nos partis, et certains camarades du PCF ne cachent guère leurs réticences face aux thèses écosocialistes et aux initiatives prises par Jean-Luc Mélenchon. Il en est même qui semblent supporter difficilement que leur parti se fonde dans un Front plus large et qui regrettent assurément le temps où le PCF constituait seul « ses » listes en les ouvrant généreusement à quelques compagnons de route ou personnalités civiles sans avoir pour autant à traiter avec des partenaires à part entière. Pour autant, aucun de ces camarades n’a entrepris de trahir le Front de Gauche en débinant en pleine campagne pour les élections européennes les listes unitaires ou en diffusant des billets haineux contre le PG sur internet.

C’est néanmoins ce que fait depuis plusieurs semaines un certain Bernard Adrian, troll stalinien qui se présente comme militant communiste dans l’est, et qui abreuve le web et les réseaux antisociaux comme Facebook de pages putassières, mensongères, bêtes et haineuses destinées uniquement à cracher sur ce qu’il appelle « l’imposture écosocialiste » et sur Jean-Luc Mélenchon ou encore Gabriel Amard, le candidat tête de liste du FdG dans la circonscription Est aux européennes. Dans un texte qui condense la plupart des travers de sa bile habituelle, Bernard Adrian reconnaît, certes, le « réel espoir » soulevé par la campagne présidentielle de 2012. Mais il ajoute aussitôt :

« A contrario, la campagne législative qui a suivi – avec la focalisation sur la circonscription d’Hénin-Beaumont – s’est conclue par une réduction du nombre de nos députés. C’est toujours une mauvaise nouvelle pour les travailleurs de notre pays. Moins il y a de députés et sénateurs communistes et apparentés plus on régresse sur le plan social ».

Attribuer les mauvais scores du FdG aux législatives et la réduction du nombre de députés communistes à la focalisation sur Hénin-Beaumont est malhonnête (mais on verra que ce n’est pas l’honnêteté qui étouffe Bernard Adrian). Si bon nombre de députés communistes sortants se sont fait étendre, c’est qu’ils ont dû faire face à la vague rose consécutive à la victoire de Hollande (c’est dans la logique des institutions), à une volonté délibérée de la part du PS (et notamment du « parrain » don Bartolone en Seine Saint-Denis) de ravir des sièges au PCF, et à une absence de campagne nationale du FdG qui était le fruit de la volonté du PCF lui-même (désireux de faire des campagnes locales). Pour Bernard Adrian, les 11% de Mélenchon sont donc à mettre au crédit du PCF (qui avait fait 1,93% des voix 5 ans plus tôt) mais les mauvais scores des candidats communistes aux législatives sont forcément la faute à Mélenchon. Pratique. Mais complètement con. Il faut dire que pour quelqu’un qui conçoit les élus du FdG comme « communistes et apparentés », la loyauté envers des camarades du FdG qui ne se considèrent pas comme de simples satellites ou compagnons de route du PCF doit poser problème.

Bernard Adrian rêve d’un monde où un PCF fidèle à l’URSS noue des alliances cyniques avec les sociaux-démocrates qu’il méprise néanmoins. Devoir faire alliance loyalement, sur un pied d’égalité, avec des partenaires écosocialistes dynamiques, et sortir de la routine de l’alliance tactique avec le PS, ça lui fait perdre ses repères, et surtout ça lui donne des boutons, au Nanard. Du coup, il ne renonce à aucun mensonge pour imputer au PG et aux autres partenaires du FdG, mais surtout au grand méchant Mélenchon, la responsabilité des échecs de la résistance populaire aux contre-réformes libérales.

Par exemple, sombrant dans la plus inepte des théories du complot, il prétend que « la date à laquelle Cahuzac a fait ses aveux n’est probablement pas due au hasard », laissant entendre que celle-ci aurait servi à jeter un écran de fumée sur le vote deux jours plus tard de l’ANI, et affirmant sans rire que la marche pour la 6ème République du 5 mai 2013 (initiée par Mélenchon en réaction au scandale Cahuzac) aurait de même détourné la mobilisation populaire de l’ANI. Bref, Mélenchon aurait ainsi servi les intérêts de Hollande. Tout observateur sain d’esprit aura pourtant bien du mal à imaginer un Hollande se réjouissant du succès d’une manifestation d’opposants et du désastre sans précédent pour son gouvernement de l’affaire Cahuzac.

« Fallait-il embrayer sur une manifestation “coup de balai” avec tout ce que cela comporte comme relents populistes, ou fallait-il mettre toutes nos forces à relayer le courageux et splendide combat – oui, splendide – que menaient NOS députés, puis NOS sénateurs – ceux du Front-de-Gauche – contre la transcription de l’ANI ? C’est le Premier Mai qu’il fallait appeler à manifester. Avec les syndicats et contre la transcription de l’ANI. »

Ne reculant devant aucun mensonge, Bernard Adrian oublie de signaler que le Premier Mai fut l’occasion d’une triste division syndicale, les signataires de l’ANI se donnant rendez-vous à Reims avec leurs très maigres troupes, tandis que les opposants à l’accord made in Medef restaient divisés, FO persistant à faire cortège à part. Il était donc impossible pour le Front de Gauche de décréter contre les syndicats divisés une mobilisation unitaire de masse en ce premier mai 2013. Cela n’a pas empêché Mélenchon et le PG d’être aux côtés de la CGT, de la FSU et de Solidaires ce jour-là, et d’appeler comme toujours militants et sympathisants du FdG à défiler avec leurs syndicats, et à s’opposer à l’ANI, comme ils l’avaient déjà fait le 9 avril 2013. Malheureusement, la division syndicale et le découragement des salariés ne permirent pas d’amorcer un vrai mouvement de lutte contre l’ANI. Nos forces étaient bien faibles, à l’image de celles des deux groupes parlementaires du FdG qui n’avaient aucune chance d’empêcher le gouvernement de faire passer cette loi antisociale.

Quant à la marche du 5 mai, elle avait le mérite de mobiliser sur un thème unitaire, celui de la 6ème république et du nécessaire assainissement de la vie politique après l’affaire Cahuzac. Loin d’être la « faute politique » qu’y voit Bernard Adrian, cette initiative permettait de renouer, après la division syndicale dont Mélenchon n’était en rien responsable, avec l’élan unitaire de la campagne présidentielle de l’année précédente. Bernard Adrian répète aussi les éléments de langage solfériniens sur les prétendus « relents populistes » du « coup de balai », oubliant que la même image du balai avait été utilisée auparavant aussi bien par Lénine que par la SFIO, voire par le très solférinien Moscovici lui-même. On notera avec amusement les majuscules de « NOS » députés et sénateurs par lesquelles le communiste Bernard Adrian veut nous rappeler que les élus FdG sont pour lui avant tout les élus de son parti à lui. Il montre bien ainsi qu’il n’a jamais accepté que le FdG soit autre chose qu’un gadget électoral du seul PCF.

Après l’ANI, il tente aussi de mettre sur le dos de Mélenchon l’échec du mouvement de défense des retraites à l’automne 2013 :

« Au second semestre 2013, le gouvernement Ayrault attaque à nouveau avec le passage aux 43 ans de cotisations. Une semaine avant l’ouverture du débat, celui qui avait été notre candidat à la présidentielle a taclé à la télévision nos députés en prétendant qu’ils votent n’importe comment et que chacun d’eux, au fond, ne représente que lui-même ! Hollande, Ayrault et Touraine ont eu toutes les raisons de se féliciter de cette sortie opportune (pour eux). »

Encore une falsification stalinienne de bas étage. Mélenchon avait à juste titre déploré que les députés et sénateurs du FdG ne soient en rien mandatés pour leurs votes par le FdG ni même par leur parti. C’est un point de vue. Il peut être contesté. Mais il est malhonnête de faire dire à Mélenchon que nos députés « votent n’importe comment ». Il est en outre parfaitement stupide de penser que l’expression de cette divergence sur l’autonomie de vote de nos groupes parlementaires ait pu nuire au débat qui était joué d’avance, dès lors que les élus de la majorité n’entraient pas massivement en dissidence sur ce texte. Et Nanard d’ajouter :

« Des millions de nos concitoyens ont pu constater que le Front de Gauche préférait polémiquer sur les alliances de premier tour aux municipales 2014 plutôt que de mener une large bataille contre les 43 ans de cotisation. Encore une fois, nos parlementaires ont fait un magnifique travail. Encore une fois, nous les avons laissé combattre seuls. Cet épisode pèsera très lourd dans notre crédibilité vis-à-vis des travailleurs. Quarante-trois ans de cotisation, il n’y a pas besoin d’expliquer : chacun comprend immédiatement. Nous avons préféré polémiquer sur des questions politiciennes plutôt que de mobiliser l’opinion en appuyant nos députés et sénateurs. »

Bernard Adrian ment encore en prétendant que nous aurions laissé les parlementaires du FdG combattre seuls. Mélenchon s’est battu avec le reste du FdG, aux côtés des syndicats, notamment en manifestant contre cette nouvelle contre-réforme des retraites. S’il faut trouver une raison à l’insuffisance de la mobilisation syndicale contre ce recul social, cherchons surtout du côté de la stupeur et du découragement : le puissant mouvement pour les retraites de 2010 (avec lequel nous avons inauguré ce blog) n’avait déjà pas réussi à enrayer la destruction de nos conquis sociaux, et l’élection de François Hollande, malgré l’absence singulière de mesure sociale dans son programme électoral, constituait en quelque sorte la revanche de ce mouvement ignoré par Sarkozy ; voir Hollande faire pire que Sarkozy un an après son élection avait de quoi démoraliser le corps social. Les querelles au sein du FdG à propos de la stratégie à adopter lors des municipales n’ont sans doute pas aidé à créer une dynamique unitaire, il est vrai, mais il est ridicule d’en imputer la responsabilité au seul PG. Ce n’est pas le PG qui a programmé un vote des militants sur les alliances de 1er tour si tard dans l’année, en plein mouvement social, et ce n’est pas le PG qui a choisi à ce moment-là si particulier de faire alliance dans certaines villes (dont la capitale) avec le parti qui était justement en train de saborder les retraites. On peut même penser que chaque décision antisociale et de droite de Hollande (TSCG, ANI, retraites, pacte de « responsabilité ») aurait dû pousser l’ensemble du FdG à former immédiatement une vraie opposition de gauche. Au lieu de quoi certains communistes s’obstinaient encore à parler de « changement de cap » et assimilaient le camarade Mélenchon à l’extrême-droite parce qu’il avait osé brandir un balai, lequel n’est pas, comme l’a expliqué Alexis Corbière, un symbole d’extrême-droite, contrairement à ce que laisse entendre Bernard Adrian, ici fidèle perroquet du storytelling solférinien.

Tous ces mensonges de Bernard Adrian visent en fait un ennemi : l’écosocialisme. Tout y passe, sans souci de cohérence, dans son texte inepte et sur sa page Facebook : l’écosocialisme serait réactionnaire, petit-bourgeois, trotskyste, gauchiste, ou n’aurait rien de différent du « socialisme » du PS ; l’écosocialisme serait aussi populiste, d’extrême-droite, antisocial, mystique, préférant les vers de terre aux humains et la bougie au nucléaire. Enfin bref, l’écosocialisme, c’est le mal absolu. J’en viens à me demander s’il ne donne pas aussi mauvaise haleine.

Feu donc sur les écosocialistes et sur le plus connu d’entre eux, Mélenchon, et sur son abominable parti qui a commis « le coup de force que constitue le vote par surprise et à 48% de la motion écosocialiste par le PGE ». Admirons la rhétorique stalinienne digne d’un autre âge. Nanard y développe la notion intéressante de « vote par surprise ». Les délégués du congrès du PGE se réunissent à Madrid, discutent, et votent un amendement écosocialiste : c’est un vote « par surprise ». Les mêmes réélisent, malgré cette fois l’opposition jusqu’au-boutiste du PG, le communiste Pierre Laurent à la tête du PGE : c’est un vote régulier. Un vote est donc un vote s’il satisfait les staliniens comme Nanard. Sinon, c’est un vote « par surprise ». Et Nanard prend soin de préciser qu’il a été obtenu à 48%, des fois que ses lecteurs se diraient que ça fait pas 50% et qu’il y a un truc louche là-dessous (ben oui, avec un vote « par surprise », on est méfiant). Sauf que ces 48% de « oui » constituent bien une majorité face aux 43% de « non ». Des fois, avec la démocratie, ça passe ric-rac, mais c’est comme ça, et une majorité relative reste une majorité. Nombre d’élus communistes ne s’en plaignent d’ailleurs pas, qui furent élus lors de triangulaires avec moins de 50% des voix.

Pas avare de calomnie, Bernard Adrian prétend aussi que des « composantes du FdG » (lire : les méchants écosocialistes) auraient encouragé l’abstention aux municipales. La vérité, c’est qu’ils ont appelé partout à constituer des listes autonomes du FdG au 1er tour et qu’ils ont fait campagne pour toutes les têtes de liste communistes. Ils n’ont pas donné de consigne de vote là où il n’y avait pas de liste FdG au 1er tour, et on peut comprendre que des électeurs aient préféré s’abstenir plutôt que de voter pour la droite, ou pour le PS qui mène une politique de droite. Au 2ème tour, c’est le plus souvent le PS qui a refusé toute idée de fusion technique, au risque de favoriser l’abstention des électeurs du FdG et de faire gagner la droite. Bref, Nanard ment comme un arracheur de dents lorsqu’il a le culot d’affirmer que :

« cette abstention à gauche n’est pas une surprise. Nous, communistes, avons contribué à en faire baisser le niveau. D’autres composantes du FdG l’ont encouragée plus ou moins ouvertement ».

Il n’est d’ailleurs pas démontré que le ralliement des communistes aux listes gouvernementales austéritaires ait contribué en quoi que ce soit à faire baisser l’abstention, notamment lorsque les électeurs de gauche n’avaient plus au 2ème tour (ou parfois dès le 1er tour ) la possibilité de voter pour une liste FdG autonome. Enfin, on peut se demander si Bernard Adrian a vraiment fait baisser l’abstention aux européennes en dénigrant fielleusement Gabriel Amard qui conduisait la liste du FdG pour laquelle Nanard était censé faire campagne.

Selon Bernard Adrian, l’écosocialisme serait un socialisme « très peu social dans le sens où il combat peu pour la promotion politique et économique des travailleurs ». Mais c’est bien sûr tout le contraire, ne serait-ce que parce que l’écosocialisme, non seulement défend tous les conquis sociaux, mais promeut tout particulièrement les coopératives ouvrières et l’économie sociale et solidaire. Il se gausse aussi de la motion écosocialiste du PGE qui proclame : “nous devons parvenir à un compromis nouveau et original entre les classes de travail et les préoccupations pour la planète” et fait mine de croire (ou peut-être le croit-il vraiment, ce qui est encore plus inquiétant) que la planète ainsi évoquée serait pour les écosocialistes une « entité supérieure ». Quand on connaît le côté irréductiblement laïcard du PG (d’ailleurs décrié par certains camarades d’Ensemble), cette idée saugrenue paraît d’un ridicule achevé. On passe un compromis avec la planète comme on passe un compromis avec notre propre corps, par exemple en évitant d’ingérer tel champignon vénéneux quand bien même on l’aurait trouvé appétissant (cela ne signifie pas qu’on se met à négocier avec le champignon comme s’il était doué de raison !). Le compromis avec la planète (ou avec la nature, « corps inorganique de l’homme », pour reprendre l’expression de Marx), ce n’est rien d’autre que la prise en compte des conditions de la survie de l’humanité, et donc la rupture avec le productivisme aveugle du capitalisme (mais aussi de l’ancien modèle soviétique) qui détruit notre écosystème.

Avec une mauvaise foi à faire pâlir de jalousie le plus roué des Jésuites, Bernard Adrian assimile la « frugalité » ou la « simplicité volontaire » évoquées par les anti-productivistes à l’appauvrissement dont souffre « la grande majorité des travailleurs ». En réalité, la critique de la surconsommation ne consiste évidemment pas à demander aux pauvres de se restreindre encore davantage. L’augmentation du pouvoir d’achat des travailleurs est même un moyen de leur permettre de se procurer des denrées issues de circuits courts, produites dans des conditions sociales et écologiques satisfaisantes, alors qu’elles sont bien souvent aujourd’hui accessibles uniquement aux classes aisées.

Pour calomnier l’écosocialisme, Bernard Adrian n’hésite pas non plus à déformer le scenario Negawatt, en faisant croire qu’il s’agit ni plus ni moins que de remplacer les centrales nucléaires par des hydroliennes (la réalité est évidemment légèrement plus complexe), ou de « diviser par deux la consommation de viande et de lait en France ». On voit d’ici le tableau : à cause de ces salauds d’écosocialistes, les prolétaires devraient se priver de viande et de lait ! Sauf que Bernard Adrian se rend ici coupable d’une de ces falsifications grossières dont il a le secret. La lecture non tronquée du paragraphe du scénario Negawatt  sur ce sujet montre en effet à quel point Nanard se fout de la gueule du monde :

« L’analyse s’appuie ici sur le scénario Afterres 2050 qui applique la même démarche de sobriété et d’efficacité à toutes les étapes de la chaîne agricole : maîtrise des besoins, réduction des pertes et des gaspillages, recyclage des déchets organiques, etc. Ce scénario est notamment centré sur une évolution de l’alimentation visant un meilleur équilibre nutritionnel et une réduction des surconsommations actuelles de glucides (sucres), de lipides (graisses) et de protéines animales. Le régime alimentaire de 2050 comprend ainsi environ moitié moins de viande qu’aujourd’hui, et aussi moins de lait. Il contient en revanche une part accrue de fruits, de légumes et de céréales.

Ce rééquilibrage a un effet bénéfique aussi sur l’énergie et les surfaces disponibles : l’élevage consomme bien plus de surface et d’énergie que les productions végétales, et nous avons atteint un niveau de consommation de viande qui n’est pas soutenable à l’échelle de la planète. »

Ainsi, il ne s’agit pas d’affamer le populo en le privant de son steak et de son fromage favoris, mais de réduire la surconsommation de lipides, de glucides et de protéines animales (causes, rappelons-le, d’obésité, de maladies cardiovasculaires et de cancers) pour rééquilibrer l’alimentation, avec un effet bénéfique sur la santé mais aussi sur la consommation d’énergie. Mais Nanard, quand on le lui explique au détour d’un commentaire sur Facebook, il répond juste qu’il veut pas que ces salauds d’écosocialistes lui disent quoi bouffer. Derrière la posture communiste du stalinien pur et dur, l’individualisme petit-bourgeois qui ne supporte pas que la collectivité lui impose quoi que ce soit. Le niveau actuel de consommation de viande n’est pas soutenable à l’échelle de la planète ? Nanard s’en fout. Il veut sa bidoche et crever de son mauvais cholestérol tandis que les gueux des pays du sud s’entretuent pour un grain de riz et renoncent à élever leurs poulets pas compétitifs par rapport aux poulets européens élevés en batterie (en attendant les poulets lavés au chlore made in USA).

« Bref, l’écosocialisme n’a évidemment pas grand chose à voir avec le PCF, ni avec le Front-de-Gauche, ni avec le programme “L’Humain d’abord” » assène encore notre Nanard nucléaire, oubliant que ce programme comporte tout un chapitre sur la planification écologique, et que le chapitre intitulé « produire autrement » promet « un plan de transition écologique de l’agriculture en vue de faire de l’agriculture française un modèle d’agriculture de qualité, sans OGM, largement autonome en ressources non renouvelables, relocalisée, participant à la santé publique des consommateurs et contibuant à la lutte contre le réchauffement climatique ». Autant dire que le programme “L’Humain d’abord” a beaucoup à voir avec le scénario Afterres 2050 et avec l’écosocialisme tant décrié par Bernard Adrian. Bref, ce qui n’a pas grand chose à voir avec le PCF, le FdG et son programme, c’est plutôt le productivisme individualiste de Nanard.

Peut-être conscient au fond de lui de la faiblesse de son argumentaire anti-écosocialiste, Bernard Adrian entretient son prurit anti-mélenchonien en faisant référence à une actualité brûlante : l’adoption de la CSG et d’une loi “sur la prévention des licenciements”… par le gouvernement Rocard (oui, c’était il y a un quart de siècle). Le jeune sénateur Mélenchon aurait alors manqué de pugnacité contre ces reculs sociaux, contrairement aux glorieux parlementaires communistes. Et donc ? Donc Mélenchon a bien tort de s’opposer aujourd’hui au PS et l’écosocialisme est réactionnaire. Comment ? Vous ne voyez pas le lien ? Ben disons que Nanard, c’est pas vraiment Descartes. Il a oublié qu’avant « ergo sum« , il y a « cogito« . Alors forcément, il y a des trous dans son raisonnement (si on peut appeler ça comme ça).

Après une séquence nostalgie sur le PCF à l’époque de l’URSS, Bernard Adrian revient enfin à son obsession favorite :

« Les écosocialistes et les sociaux-démocrates ont en commun de diluer la lutte des classes dans les questions environnementales pour les premiers, dans les questions sociétales pour les seconds. Ne semons pas d’illusions en laissant croire que les premiers seraient décidément d’une autre “nature politique” que les seconds. Il est possible que l’écosocialisme ne soit en fait qu’un canot de sauvetage de la social-démocratie. »

Aussi lucide que Staline lorsqu’il décapita son armée à la veille de la seconde guerre mondiale, Nanard se fourre encore la sainte moustache du petit père des peuples dans l’oeil : non, la différence n’est pas « très minime » entre sociaux-démocrates et écosocialistes ; les solfériniens (qui ne sont même plus sociaux-démocrates, en réalité) n’ont plus rien à diluer dans le sociétal puisqu’ils ont totalement abandonné la lutte des classes (« je n’y ai jamais cru » avouait Cahuzac avant sa chute), le sociétal étant lui-même bien léger si l’on considère la capitulation en rase campagne du gouvernement Valls sur la PMA ; quant aux écosocialistes, ils ne diluent en rien la lutte des classes dans les questions environnementales puisqu’ils font du combat écologiste un combat contre le capitalisme prédateur et de l’émancipation des travailleurs un outil de la planification écologique.

Le PCF a bien souvent passé des alliances de circonstance avec le PS, ce qui n’empêchait pas les antagonismes. Avec le PG, il a créé le Front de Gauche : ce n’est pas tout à fait de même nature, et malgré les difficultés rencontrées à l’occasion des municipales 2014, les militants des deux organisations, des autres composantes ainsi que les non-encartés du FdG sont des camarades unis par un même but : la conquête du pouvoir pour mettre en oeuvre la révolution citoyenne et le programme « l’humain d’abord ». Cela ne gomme pas les divergences, et c’est bien le droit de Bernard Adrian de défendre ce qu’il croit être les intérêts de l’appareil communiste. Mais en usant de mensonges, d’amalgames et de calomnies pour nuire à des camarades (et ce même pendant une campagne unitaire), il ne fait qu’attiser la discorde, pousser à la désunion, semer la zizanie. Pourquoi s’en alarmer ? Après tout, ce pitre d’un autre âge ne représente que lui-même, et certainement pas les communistes dans leur ensemble. Pourtant, André Chassaigne, président du groupe FdG à l’Assemblée nationale, ne rate pas une occasion de critiquer publiquement les initiatives de Mélenchon et de contester l’idée d’opposition de gauche portée par le PG. D’autres responsables du PCF ont publié également des tribunes allant dans le même sens, et il est à craindre que la décomposition révélée par les élections européennes ne touche également le FdG, déjà affaibli depuis plusieurs mois par des forces centrifuges (l’hystérie anticommuniste des uns n’étant il est vrai pas en reste face aux poussées de fièvre antimélenchonienne des autres). A ce titre le discours grotesque et malhonnête du plus con des staliniens pronucléaires de France est un symptôme inquiétant d’un mal réel. Plus que jamais, il nous faut faire de la politique autrement : communistes, écosocialistes ou simplement militants de gauche, nous devons faire vivre malgré les divergences inévitables et les logiques d’appareil la camaraderie et la loyauté que se doivent des compagnons de résistance et de lutte.

Lettre ouverte à un camarade de LO

Mon dernier billet, qui ironisait sans trop de délicatesse sur les accusations portées de façon récurrente par Lutte Ouvrière contre le Front de Gauche et contre Jean-Luc Mélenchon, a suscité un intéressant commentaire de Recriweb, militant de LO avec qui j’ai déjà eu l’occasion de débattre brièvement (nombre limité de caractères oblige) sur Twitter. Ce commentaire, par la densité de son argumentation, me semble soulever des questions de fond sur la gauche, sur mon propre parcours politique, et sur ce qui oppose une organisation comme LO à celle à laquelle j’appartiens aujourd’hui : le Parti de Gauche. Cela m’a donné envie de répondre, non par un commentaire du commentaire, mais par une lettre ouverte qui pourrait contribuer, à sa manière, au débat interne à gauche.

Camarade,

« Il est bon », disais-tu le 24 août dernier en réponse à mon billet intitulé « LO nous brouille l’écoute« , « de ne pas supprimer les cloisons ou de taire nos divergences ». Encore faut-il être clair sur la nature réelle de ces divergences, ce qui implique d’examiner sans anathème ni procès en sorcellerie les objectifs et les stratégies de nos organisations respectives. L’occasion m’est donnée, en rectifiant quelques falsifications ou en dissipant certains malentendus, de faire cet effort de clarté.

LO n’est pas propriétaire du marxisme et du trotskysme.

Je n’ai pas, contrairement à ce que tu affirmes, « qualifié le marxisme et le trotskysme d’appareillage théorique pauvre ». J’ai écrit que certains partis, dont LO, émettaient des signaux politiques de faible qualité (lo-fi), peut-être (entre autres hypothèses) « par pauvreté de leur appareillage théorique ». Mon propos visait évidemment LO, certes, mais certainement pas « le marxisme », ni même « le trotskysme », dont LO n’a pas le monopole (même si LO est peut-être la dernière organisation en France à s’affirmer ouvertement, totalement et exclusivement trotskyste). Il existe en effet bien d’autres groupes qui se réclament du marxisme, décliné dans un de ses héritages, qu’il soit social-démocrate, jauressien, conseilliste, léniniste, trotskyste, stalinien, maoïste, situationniste… – cités ici sans jugement de valeur – chacun pouvant éventuellement se targuer, tout autant que LO, d’un certain légitimisme ès marxisme.

Par exemple, le POI (Parti Ouvrier Indépendant), comporte un courant trotskyste lambertiste et s’inscrit dans la lutte des classes, même s’il comporte aussi des courants non-trotskystes. A l’intérieur du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), la composante trotskyste issue de la LCR (Ligue Communiste Révolutionnaire, avec qui LO a plusieurs fois fait alliance, d’ailleurs) garde un rôle décisif. Gauche Unitaire, organisation issue elle aussi de la LCR trotskyste, mais membre du Front de Gauche (coupable de « réformisme » selon LO), prône un « socialisme démocratique », et ses statuts précisent que la « rupture nécessaire » avec le capitalisme « ne se fera probablement pas selon le schéma d’une généralisation des luttes conduisant à un unique et bref affrontement avec le pouvoir central » (donc pas par une unique révolution) mais « sur un double processus de mobilisations sociales prolongées et de consultations populaires » (donc pas par la seule réforme gouvernementale ou parlementaire).

J’en profite pour dire en aparté que je souscris tout à fait à cette idée de « double processus » qui rend à mes yeux caduque la traditionnelle opposition entre révolutionnaires et réformistes. Les élections sont un des moyens légaux de faire de la propagande (ce dont LO ne se prive pas), de peser dans les rapports de force (ce que LO néglige, à mon humble avis) et de déposséder la bourgeoisie de tout ou partie de l’appareil d’Etat (ce que LO refuse sous prétexte qu’il n’y aurait rien à gagner à s’emparer d’un Etat, qualifié de « bourgeois », qu’il faut précisément détruire — je reviendrai plus loin sur cette question).

Je citerai enfin le cas pittoresque du PCOF (Parti Communiste des Ouvriers de France), qui n’est assurément pas trotskyste du tout, mais qui se considère comme authentiquement marxiste-léniniste (prônant toujours explicitement la dictature du prolétariat) et n’en adhère pas moins au Front de Gauche que LO trouve si peu révolutionnaire. Comme quoi la lutte des classes, la révolution, le marxisme, et même le trotskysme, ne sont pas la propriété d’une seule et unique organisation. « La propriété, c’est le vol », disait Proudhon. Le contresens que tu fais, camarade Recriweb, me semble symptomatique d’une tendance de LO à se considérer comme propriétaire du marxisme et du trotskysme, ce qui revient à dénier aux autres le droit de s’en réclamer, ou même de faire un usage non-exclusif de certaines thèses de Marx ou Trotsky (quelques années de militantisme en faveur des cultures libres et contre les abus du Code de la Propriété Intellectuelle m’ont aussi sensibilisé à cette question). Je dois avouer d’ailleurs qu’au Front de Gauche, nous sombrons parfois dans le même travers en nous présentant comme les seuls propriétaires légitimes de la vraie gauche, ce qui n’est pas la manière la plus habile de dénoncer les politiques antisociales menées par un PS qui, pour beaucoup d’ouvriers notamment, est toujours considéré comme « à gauche ».

On est toujours le social-traître, le stalinien, ou le gauchiste infantile de quelqu’un. Quant à moi, si j’ai rejoint le PG, c’est notamment parce qu’il fait figure de parti « creuset » de la gauche où s’amalgament les traditions républicaine, socialiste et écologiste. J’y ai trouvé des gens venus d’autres partis (PS, PC, MRC, FASE, Les Verts, NPA) mais aussi des gens venus comme moi de la mouvance libertaire et/ou du syndicalisme. Avec le Front de Gauche, nous sommes en train de concrétiser ce que le NPA ou le POI, peut-être d’avantage marqués par le trotskysme, ont eux aussi ambitionné (mais avec moins de succès) : dépasser les clivages qui ont rendu la gauche impuissante, et créer une force radicale au service de ce que les uns et les autres, selon leur « tradition » (libertaire, marxiste, républicaine), appellent « le prolétariat », « les ouvriers », « les travailleurs », « la plèbe », « le peuple », voire « la nation ». Bien sûr, tous ceux qui militent pour rendre au peuple (au prolétariat… etc.) le pouvoir confisqué par le Capital n’ont pas forcément envie de fondre leurs traditions politiques respectives (qu’elles soient réformistes, révolutionnaires, ou même qu’elles aient dépassé ce clivage) dans un parti, fût-il creuset, tel le Parti de Gauche. Et c’est bien là le rôle du Front de Gauche (qui n’est pas un parti mais qui est déjà plus qu’une simple alliance électorale de circonstance) : offrir un cadre commun de lutte à des organisations et à des militants non-encartés qui conservent chacun leur identité propre.

C’est sans doute une cause de fréquents malentendus entre nos partis respectifs, camarade Recriweb : tu affirmes que « les révolutionnaires ne sont armés que de la théorie de Marx et de la méthode révolutionnaire de Lénine » ; nous pensons au contraire qu’il ne faut pas considérer Marx et Lénine (ou Trotsky) comme les prophètes définitifs de la vraie foi, et que nous pouvons aussi bien en rejeter certaines thèses (personnellement, je n’ai jamais adhéré à l’autoritarisme de la dictature du prolétariat, par exemple) et puiser chez d’autres auteurs ou acteurs de révolutions passées des thèses et des méthodes d’action. Au Front de Gauche, on ne s’interdit pas les références à des personnages aussi variés (et parfois opposés) que Robespierre, Babeuf, Proudhon, Bakounine, Jaurès, Rosa Luxembourg, Gramsci, Debord, Chomsky, Lordon, et j’en passe. On dirait que pour LO, tout ce qui n’est pas exclusivement marxiste-léniniste version trotskyste selon la norme de LO est rangé dans la catégorie « aile gauche de la bourgeoisie », ce qui condamne LO à rester un groupuscule persuadé d’avoir raison contre tous mais échouant depuis des décennies avec une touchante constance à armer intellectuellement et concrètement la classe ouvrière. Voilà ce que j’appelle « appareillage théorique pauvre ». Nous autres, au Front de Gauche, nous savons que nos organisations respectives ne sont pas objectivement en mesure, chacune de leur côté, d’armer la classe ouvrière, ni de mener des luttes sociales victorieuses, ni de conquérir légalement le pouvoir. Dans tous les cas, il nous faut donc construire un rassemblement plus large qui permette de surmonter sans les édulcorer les dissensions traditionnelles de la gauche. Ce n’est pas gagné, et je crois que certains des initiateurs de ce qui ne devait être au départ qu’une alliance électorale sont les premiers surpris de la dynamique spontanée du Front de Gauche… Mais ça marche ! Pourquoi ? On peut analyser les parcours et les évolutions de chacun, l’habileté des uns ou des autres… Je crois que la nécessité historique y est pour beaucoup.

 

Réforme ou révolution ? Ni l’une ni l’autre, l’une et l’autre… Tout dépend du contexte.

J’ai dit moi-même que je venais de l’anarchisme. Tu me qualifies donc « d’ex-anarchiste enrôlé désormais dans la gauche parlementaire », ce qui rendrait « inévitable » que je me décrédibilise en qualifiant abusivement « le marxisme et le trotskysme » « d’appareillage théorique pauvre ». Je viens de montrer sur ce dernier point en quoi ta réaction contenait une falsification de mes propos. Mais je peux comprendre qu’un militant de LO convaincu d’être membre de la seule organisation authentiquement révolutionnaire, marxiste et trotskyste trouve peu crédible le parcours de quelqu’un passé de « l’anarchisme » (révolutionnaire mais pas marxiste) à « la gauche parlementaire » (donc au réformisme tant décrié par LO). Or, il est possible de voir les choses d’une toute autre façon. Tout d’abord, en adhérant au Parti de Gauche, je n’ai pas tiré un trait définitif sur les idées communistes libertaires qui furent les miennes. La presse bourgeoise aura beau marteler des accusations d’autoritarisme contre Mélenchon (vilipendé pour avoir passé ses vacances chez Chavez, mais aussi parfois carrément comparé à Staline ou à Pol-Pot !), j’ai trouvé dans le parti qu’il co-préside une énorme liberté d’initiative, une pratique assez courante de l’autogestion, et j’ai pu aussi constater que je n’étais pas le seul militant ayant tendance à mêler le noir de l’anarchie au rouge du socialisme. Lorsque Mélenchon appelle le peuple à prendre le pouvoir et donne comme consigne « n’attendez pas les consignes », on peut se demander si c’est moi qui suis un ex-anarchiste rallié à la gauche parlementaire ou si c’est lui, l’ex-trotskyste ex-sénateur et ministre socialiste, qui ne serait pas en train de mettre un peu d’anarchie dans sa République. Pour ma part, je reste et je demeure partisan d’un collectivisme non-autoritaire et de tout ce qui peut contribuer à l’émancipation politique, économique, sociale et culturelle de l’être humain. Pour cela, je suis prêt à utiliser tous les moyens même légaux. Mais la participation à des élections et aux débats parlementaires ne sont pas une fin en soi : le but reste bel et bien d’abolir la domination de l’homme par l’homme et la société de classes. Le programme du Front de Gauche, qui n’est certes pas un programme révolutionnaire, mais est un programme radical et concret de gouvernement applicable immédiatement, est une première étape, dans le contexte des forces réellement en présence, contexte dans lequel, tu le reconnais toi-même, le prolétariat n’a ni la conscience ni les armes qui lui permettraient d’abolir l’Etat bourgeois. Même dans le cadre limité qu’offre le programme « l’humain d’abord », il manque d’ailleurs selon moi des éléments de radicalité concrète qui auraient pu s’y trouver (je pense au revenu universel de vie, par exemple), mais c’est déjà un bon compromis et nous avons devant nous une réelle occasion d’opérer avec les assemblées citoyennes, les luttes sociales, et une victoire électorale désormais à portée de main, un véritable début de révolution citoyenne. Prôner cette voie nous situe bien dans la gauche radicale et non dans l’extrême-gauche révolutionnaire, quoi qu’en disent les médias bourgeois effrayés par le rouge de nos drapeaux. Mais cette révolution citoyenne est bel et bien un instrument de lutte contre la domination du Capital et ne nous range en rien dans le camp de la bourgeoisie, quoi qu’en disent les trotskystes gardiens de la vraie foi révolutionnaire.

Le Front de Gauche, par la force des choses au moins, n’est pas réductible à « la gauche parlementaire », pour la bonne raison qu’il a très peu de députés et de sénateurs (presque tous issus du seul PCF) et ne peut donc peser qu’à la marge dans le débat parlementaire. En se lançant dans la bataille sociale et en militant pour un referendum sur le TSCG, le Front de Gauche agit même objectivement d’ores et déjà dans un cadre plus extra-parlementaire que parlementaire. Par ailleurs, certains militants du Front de Gauche sont tout à fait prêts, je pense, si le contexte devenait réellement révolutionnaire, à oeuvrer au sein de conseils ouvriers à l’expropriation des capitalistes.

 

L’Etat bourgeois n’est pas bourgeois par nature.

Tu commets une autre falsification en disant : « Fidèle en cela au réformisme, tu imagines l’Etat bourgeois s’auto-détruire par une réforme profonde de l’Etat et de la propriété ». Il n’en est rien. Si j’accepte aujourd’hui la voie que tu appelles réformiste (encore que je récuse la validité de ce terme), c’est parce qu’elle me semble être une des manières les plus propres (dans le contexte actuel) à renforcer nos positions dans notre opposition au Capital. Il ne s’agit absolument pas d’attendre que l’Etat bourgeois s’auto-détruise, mais bel et bien de le plier à nos fins. J’ai pensé autrefois, fidèle en cela à l’anarchisme (et non au « réformisme »), que l’Etat, qu’il soit bourgeois ou qu’il prétende être ouvrier (cela ne faisait pour moi aucune différence), devait être détruit, que tout Etat était synonyme de domination bureaucratique. Aujourd’hui, je pense que c’est l’individualisme libertarien qui gangrène la société, bien plus que l’Etat, fût-il bourgeois. J’en suis arrivé à la conclusion que la priorité ne doit plus être la destruction de l’Etat mais la reconstruction des capacités d’action collective. La destruction immédiate de l’Etat bourgeois était sans doute souhaitable à l’époque où la conscience de classe et la capacité d’auto-organisation collective étaient croissantes dans le prolétariat, mais elle ne l’est plus maintenant que le capitalisme a réussi à atomiser la société en kyrielles d’individus passifs et isolés. L’Etat, même bourgeois, demeure en certains de ses aspects un des derniers remparts contre la domination totale et absolue du Capital. Cet Etat est ambivalent : bien que bras armé de la domination capitaliste, il est aussi dans sa structure actuelle le fruit des luttes sociales des deux derniers siècles. Il n’est pas qu’un tissu de procédures et d’hommes au service du Capital, il est aussi un ensemble de lois conquises par les ouvriers, de fonctionnaires au service de l’intérêt général, qui soignent, éduquent, protègent, transportent, relient en dépit même des obstacles posés par leur propre hiérarchie. C’est sur cet aspect-là de l’Etat qu’un pouvoir de gauche devra s’appuyer, pour mieux lutter contre les forces qui, à l’intérieur de l’appareil d’Etat, sont soumises au Capital. La « réforme profonde de l’Etat et de la propriété » contribuera également à rendre au peuple le pouvoir confisqué par le Capital.

Nous ne nous attendons évidemment pas à ce que cela se passe sans résistance de la part du Capital et de la partie de l’appareil d’Etat qui lui est acquise. Oui, la bourgeoisie se défendra, bien sûr. Mais il ne faut pas pour autant rester tétanisé comme un lapin devant la lumière des phares par les exemples passés de répression sanglante contre le peuple et des gouvernements de gauche ayant réellement essayé de combattre le Capital. Le risque existe toujours, bien sûr, et il convient de le déjouer dans la mesure du possible, mais en aucun cas ce risque ne doit devenir prétexte à l’inaction. Et puis, s’il faut se fonder sur des exemples, les révolutions citoyennes sud-américaines de la dernière décennie montrent bien, même si elles ont leurs limites, que dans le contexte actuel d’affaiblissement de la puissance américaine, des mouvements de gauche radicale forts du soutien populaire peuvent conquérir le pouvoir, transformer l’Etat et l’utiliser pour redistribuer les richesses, pour affaiblir la domination du Capital… sans finir inévitablement comme Allende. En France et en Europe, la paupérisation des classes moyennes fait que toute une partie de la petite bourgeoisie, y compris celle qui pourrait avoir un rôle à jouer au sein de l’appareil d’Etat dans une répression contre-révolutionnaire, a désormais intérêt à s’allier au prolétariat conscientisé contre l’oligarchie… à moins qu’elle ne succombe à la séduction des chiens de garde du capitalisme que sont les mouvements néo-nazis, fascistes, et autres lepénistes. C’est là tout l’enjeu de la stratégie Front contre Front de Mélenchon. Et cet enjeu dépasse de loin le cadre de l’Etat-Nation. Il y a aujourd’hui une convergence internationale des luttes contre le capitalisme et ses hommes de main fascistes. Différents fronts de gauche se sont constitués, chacun à leur rythme, avec plus ou moins de difficultés, voire d’échecs, mais aussi des réussites.

 

Le Front de Gauche est-il dans la majorité ou dans l’opposition à Hollande ?

Voilà la question qui obsède décidément les médias, mais aussi LO ! A quoi cela sert-il d’étudier Marx, Lénine et Trotsky si c’est pour penser comme Jean-Michel Apathie ? Il faudra qu’on m’explique. Mélenchon aura beau répondre inlassablement qu’il est dans « l’autonomie conquérante », refusant d’être dans l’opposition aux côtés de la droite et refusant tout autant de soutenir la politique austéritaire de la majorité formée par le PS et ses vassaux, rien n’y fait. Du côté des médias, rien d’étonnant, il faut alimenter le spectacle en termes simplistes et jouer à essayer de faire dire aux politiciens ce qu’ils font mine de ne pas vouloir dire. On ira même faire de Mélenchon le « meilleur opposant » (sondage à l’appui) à Hollande, en lui reprochant néanmoins « d’éructer » ou de « vociférer » (ce qui relève bien, ne t’en déplaise, camarade, du même champ sémantique que le ton « tonitruant » évoqué par Paul Sorel pour Lutte Ouvrière), afin de mieux souligner son « impatience » et son « intransigeance », qu’on se fera un devoir d’opposer (pour le plus grand plaisir de l’Elysée) à un PCF supposé plus doux. Quant à toi, camarade trotskyste, tu as décidé de ton côté que Mélenchon était « dans la majorité » et même le « revendiquait ». C’est évidemment faux, mais LO veut tellement que Mélenchon soit dans le camp de Hollande, pour mieux pouvoir le ranger dans le camp de la bourgeoisie, que la réalité des discours n’a plus aucune importance. Mélenchon affirme-t-il que le Front de Gauche est prêt à gouverner ? Tu en déduis qu’il veut gouverner avec Hollande, ce qui est pourtant impensable : non seulement Mélenchon a de longue date déclaré qu’il refuserait tout maroquin, mais le PCF, qui était peut-être le plus susceptible de céder aux sirènes du PS a lui aussi refusé (malgré les prophéties contraires des médias) d’aller au gouvernement ; avec « l’autonomie conquérante », Mélenchon a explicitement annoncé que l’objectif stratégique était de ravir le leadership à gauche au PS — c’est dire que si un jour Hollande appelle Mélenchon à Matignon, ce sera parce que celui-ci aura conquis la majorité, soit par un ralliement (peu probable) de nombreux députés PS au Front de Gauche, soit par une victoire du Front de Gauche à des élections anticipées. Que Mélenchon puisse se penser en possible remplaçant d’Ayrault (et même de Hollande), voilà qui n’a rien d’extraordinaire de la part d’un homme qui s’est présenté à l’élection présidentielle. Mais pourquoi diable, camarade, en déduis-tu que ce serait pour gouverner, comme le PS et avec le PS, « l’Etat de la bourgeoisie » plutôt que pour mettre en marche la révolution citoyenne pour laquelle il aura été élu ? Parce que les « politiciens » racontent toujours des « fables », peut-être ? Moi je veux bien, mais fidèle en cela à mon anarchisme viscéral, je mets les « politiciens » de LO dans le même sac. Pourquoi les ouvriers devraient-ils les croire, eux, plutôt que Mélenchon ? Peut-être pour une raison tout à fait objective : si Mélenchon arrive un jour au pouvoir, ce sera à la faveur d’un vaste mouvement social et porté par une alliance de partis différents, tous exigeants et rompus à la critique (contrairement aux vassaux actuels du PS) : il sera sous haute surveillance. Mais en l’état actuel des choses, si LO « renverse » un jour « l’Etat bourgeois » à la faveur d’une révolution prolétarienne (ce qui est bien moins probable qu’une victoire du FdG), ce sera par un coup de force solitaire. Arrivera-t-il alors aux révolutionnaires non soumis à l’orthodoxie de LO la même chose qu’aux Menchéviks, SR et anarchistes de jadis (couic) ? La révolution citoyenne n’est certes pas une révolution prolétarienne, tout simplement parce que le prolétariat n’est plus celui du XIXe siècle. Il n’a pas disparu, contrairement à ce qu’ont longtemps affirmé les médias, mais il a changé : il pèse moins en nombre et en capacité d’organisation collective, il n’a plus dans la société la même place incontournable dans la production de richesses, et il ne peut plus avoir, à lui seul, le rôle révolutionnaire que Marx lui avait assigné. Mais il existe aux côtés du prolétariat une petite-bourgeoisie plus ou moins prolétarisée, souvent intellectuelle, et qui est mûre désormais pour trahir sa classe. Je pense, comme François Ruffin (dans le numéro 55 de Fakir), que c’est l’alliance des ouvriers les plus conscients et de ceux qu’on a souvent moqués sous le terme de « bobos » qui peut aujourd’hui accomplir la révolution citoyenne contre l’oligarchie.

Les divergences entre LO et le Front de Gauche sont réelles et profondes. La stratégie solitaire de LO, à mon sens, est une impasse, qui joue la politique du pire dans l’espoir que cela donne envie aux ouvriers de faire la révolution, et s’il est vrai que le combat anticapitaliste ne passe pas obligatoirement par une adhésion au Front de Gauche, je trouve décidément très obtus le discours consistant à falsifier systématiquement nos propos pour mieux nous qualifier de valets de la bourgeoisie. Néanmoins, j’espère effectivement, camarade, qu’on se retrouvera dans les luttes. Si le sort me place un peu devant, je ne pourrai néanmoins pas m’empêcher de me retourner parfois avec appréhension : un coup de couteau dans le dos est si vite arrivé.

 

Front contre Front

Faut avouer qu’on avait un peu chopé le melon, avec ces saloperies de sondages qui avaient donné Méluche à plus de 15%, voir 17%. Non seulement on le voyait passer devant l’héritière du vieux borgne bouffi (de haine), mais on se prenait à rêver d’un deuxième tour Hollande contre Mélenchon (avouez que cela aurait eu de la gueule !). Mais non, les sondages, comme d’habitude, étaient bidon. Et celui qui avait su faire resurgir les thèmes de la lutte des classes et du progrès social a fini loin derrière le néo-fascisme savamment dédiabolisé par les médias et les faux-frères socialistes. La chute est rude, mais une fois la déception avalée et digérée, il faut sortir du piège confortable (tant on y est habitué) de la déprime et du catastrophisme. Comme le disait Bernard Langlois (@Panouille) sur Twitter le 24 avril :

« Ceux des électeurs de Méluche qui ont le moral à zéro (paraît-il …) sont des puceaux politiques. Ce qu’a réussi leur candidat est déjà superbe ! »

Je me range moi-même dans cette catégorie des « puceaux politiques ». J’ai beau avoir participé à pas mal de mouvements sociaux, avoir souvent voté le plus à gauche possible ou m’être abstenu (mais en toute conscience), jamais je n’avais eu à ce point le sentiment de pouvoir peser par mon action personnelle (le vote mais aussi et surtout l’agit-prop) en faveur d’un mouvement susceptible non seulement de résister à la contre-révolution libérale, mais aussi de relancer une vraie dynamique de conquêtes sociales, d’un mouvement qui ne soit cantonné ni à une radicalité folklorique éclatée et impuissante ni à un réformisme ayant renoncé à toute réforme sociale (quand il ne cède pas tout bonnement à la contre-réforme), d’un mouvement, donc, à la fois radical et unitaire, d’ores et déjà apte à conquérir le pouvoir et à l’exercer. J’en suis arrivé à la conclusion qu’il était temps de prendre vraiment parti, et c’est pourquoi j’ai adhéré au Parti de Gauche, pas tant parce que « l’heure est grave » que parce que je veux contribuer à cet élan nouveau insufflé par le Front de Gauche qui permet aujourd’hui de réunir sur un même objectif (la révolution citoyenne) des courants socialistes, communistes, trotskystes, écologistes et même libertaires. A ce titre, je trouve d’ailleurs la conclusion défaitiste de l’édito de Bernard Maris dans Charlie Hebdo du 25 avril 2012 erronée :

« Autant que le score de Le Pen, l’effondrement de l’écologie traduit la poussée de la droite. Plus l’écologie s’effondre, plus le capitalisme se porte bien. C’est un des points les plus tristes de ce premier tour. »

Eh bien non, camarade Maris (aurais-tu trop été imprégné par tes lectures sur la défaite de 1940 ?), l’écologie ne s’est pas effondrée : avec les 2,31% d’Eva Joly (candidate d’Europe Ecologie-Les Verts) et les 11,11% de Mélenchon (candidat dont le programme s’appuie sur la « planification écologique »), l’écologie a en fait totalisé 13,42% des voix au 1er tour, un véritable record pour une élection présidentielle. Il n’y a pas non plus de « poussée de la droite », le total de toutes les droites confondues étant passé de 63,57% au premier tour en 2007 à 54,21% en 2012 (ce qui fait que François Hollande, s’il doit bel et bien miser sur l’anti-sarkozysme d’une partie de l’électorat de droite pour l’emporter, doit surtout réussir à faire voter pour lui l’ensemble de la gauche). Quant au score de La Pen, il faut le relativiser : il reste inférieur en pourcentage au total obtenu en 2002 par Le Pen père et Mégret (19,2%). Même la progression en nombre de voix (+2.587.243) de l’héritière de Montretout par rapport à son père (exceptionnellement bas en 2007 en raison de l’effet Sarkozy) est inférieure à celle obtenue par Mélenchon par rapport à Marie-Georges Buffet (+3.278.030). Pourtant, pour reprendre les termes d’Emmanuel Todd, « le FN a eu N. Sarkozy comme attaché de presse très actif pendant 5 ans », le plus étonnant étant finalement que davantage d’électeurs n’aient pas préféré l’original à la copie, et que 27,18% d’entre eux aient encore trouvé moyen de voter pour l’agité.

C’est bien la politique de Sarkozy, Besson, Hortefeux et Guéan qui a légitimé le basculement de nombreux électeurs de droite vers l’extrême-droite. Certes, la « dispersion des classes populaires » (évoquée par l’excellent article de Fakir) et la crise ont permis au FN, malgré les efforts du Front de Gauche, de rester en tête du vote ouvrier. Mais cela n’invalide pas la stratégie anti-FN de Mélenchon, contrairement à ce qu’affirme le sociologue Vincent Goulet, notamment lorsqu’il dit :

« Combattre frontalement le Front National risque de renforcer ses positions. Expliquer à un électeur de Marine Le Pen qu’il se trompe et qu’il vote pour une “semi-démente” n’est guère le moyen de l’inviter à voir les choses autrement. Il est sans doute possible, à partir de ces schèmes qui sont apolitiques et partagés par tous, de proposer des visions de la réalité du monde social alternatives à celles du Front National, de détourner, reformuler et subvertir les thématiques de la peur et du repli pour construire un référentiel politique progressiste. Ce travail ne passe pas seulement par des programmes ou de la “bonne communication” politiques mais aussi par un engagement concret, pratique aux côtés de ceux qui se sentent déclassés, spoliés, fragilisés. Les schèmes sont des catégories fondamentales nées de la pratique, et c’est d’abord dans la pratique qu’ils peuvent trouver leurs prolongements politiques. La lutte pour l’hégémonie culturelle, préalable à la direction de l’Etat pour Antonio Gramsci, doit véritablement s’incarner dans toutes les fractions des classes populaires. »

Vincent Goulet oppose le « combat frontal » contre le FN mené par Mélenchon et une pratique agissant directement sur les « schèmes » dont seraient prisonniers les électeurs du FN. Ce faisant, il semble oublier que derrière la figure emblématique et médiatique de Mélenchon, le Front de Gauche mène aussi au quotidien le combat pour « l’hégémonie culturelle ». Car l’un n’empêche pas l’autre (et bien sûr, il reste énormément à faire, notamment pour toucher les zones de rurbanisation qui n’ont de contact « culturel » avec le monde que par le biais de TF1). Goulet néglige aussi le fait que l’adhésion aux thèses du FN est permise chez beaucoup de ses électeurs par l’affaiblissement de ce que j’appellerais par analogie freudienne le « sur-moi civique ». Un verrou a sauté, en raison du développement de l’individualisme narcissique favorisé par 30 ans de contre-révolution néolibérale et de société de surconsommation, mais aussi en raison du « permis de haïr » en toute bonne conscience donné par la droite dite républicaine, particulièrement sous la présidence de Sarkozy. En d’autres termes, le petit-bourgeois blanc frustré dans son lotissement péri-urbain peut désormais cracher tout haut sa haine, son aigreur et ses fantasmes sans avoir peur de se faire traiter de facho ou de se prendre un pavé dans la chetron. Oui, il faut faire de l’éducation populaire, pour éveiller les consciences, oui, il faut agir sur les conditions objectives d’existence qui poussent quelques esprits faibles — et surtout la fraction du peuple qui a toujours été de droite — vers l’extrême-droite, mais il faut aussi faire usage d’une certaine violence (verbale, légale, et davantage si nécessaire) contre la haine ordinaire, et donc, comme a commencé à le faire Mélenchon, il faut bel et bien rediaboliser La Pen, et stigmatiser sans complaisance les gros cons de beaufs qui votent pour elle. Car toutes les victimes de la crise, tous les habitants de villages péri-urbains, tous les téléspectateurs de TF1, tous les frustrés de la surconsommation, ne sombrent pas fatalement dans le néo-fascisme, même s’ils ont plus de raisons que d’autres de s’y abandonner. Le racisme, la xénophobie, l’homophobie, l’anti-sémitisme, l’islamophobie sont des tares honteuses qui, à défaut d’être éradiquées, doivent se terrer derrière les volets clos des vieux pétainistes transis de peur tandis qu’on extirpe les racines du mal dans le paysage social. Autant que les marchés financiers, les fachos doivent réapprendre la peur des Rouges. Par ses attaques contre l’oligarchie et contre la « semi-démente » durant la campagne, Mélenchon a clairement signifié que les Rouges étaient à nouveau very dangerous. Le Front de Gauche n’a certes pas encore entamé la puissance d’un FN dopé aux stéroïdes sarkozystes, mais alors que le PS et la droite dite républicaine instrumentalisaient le FN au lieu de le combattre, nous avons, nous, peut-être contenu sa progression et établi la ligne de front. Sur les 27,18% d’électeurs de Sarkozy, combien auraient déjà basculé vers La Pen, la portant bien au-delà de 20%, si Mélenchon ne l’avait pas rediabolisée ? A l’inverse, combien d’électeurs de Hollande auraient voté Mélenchon si le traumatisme de 2002 n’avait joué en faveur du « vote utile » ? Mélenchon a lui-même cité  sur son blog une estimation (à prendre comme simple hypothèse) : 30% des électeurs de Hollande auraient été tentés, ce qui aurait pu rapporter 9 points supplémentaires au candidat du Front de Gauche. Ainsi, Mélenchon aurait pu obtenir autour de 20% des voix, ce qui l’aurait placé au-dessus de La Pen (comme quoi cette ambition n’était pas insensée). Dans ce cas, il est vrai, Hollande aurait tourné lui aussi autour de 20%, avec le risque que La Pen se retrouve au 2ème tour face à Sarko. Reconnaissons-le : notre appel d’avant le 1er tour à ne pas céder à la peur du FN est donc invalidé. Le choix des électeurs potentiels de Mélenchon ayant opté au dernier moment pour Hollande était légitime, même si, en donnant de l’avance à Hollande, il a permis objectivement à La Pen de se replacer hélas au centre des débats de l’entre-deux tours, relayant les thèmes de campagne de Mélenchon au second plan. Néanmoins, si le Front de Gauche continue de se renforcer, ce pourrait être bientôt aux électeurs du PS d’avoir à se ranger en dernière minute derrière le seul rassemblement de gauche qui soit vraiment en mesure de faire obstacle à la droite extrême. Il peut paraître paradoxal de l’affirmer à l’heure où nous nous apprêtons à voter pour Hollande dans le seul but de battre le néo-pétainiste Sarkozy. Mais le Front de Gauche est jeune, et la dynamique pour inverser le rapport de force avec le PS est bel et bien enclenchée.

Désormais, quels que soient les noms que revêtiront le parti de La Pen et de l’ex-droite sarkozyste lepénisée, ce sera Front contre Front : Front de Gauche contre Front d’extrême-droite, dans les urnes mais aussi dans la rue.