Soutien au Média face aux rageux

Des ex-socios du Média ont publié une vidéo pour nuire au Média et pousser les socios à rejoindre le nouveau média concurrent de Denis Robert.

Le texte de cette vidéo est mensonger sur bien des points. Si j’étais déçu par Le Média au point de cesser d’être socio, je m’en irais soutenir une autre cause sans user mon énergie à produire une vidéo de dénigrement. Cette démarche malveillante destinée à nuire est vraiment curieuse. Voici quelques réfutations de ce texte :

« et alors que la direction maintient une opacité sur de nombreuses informations » 

La direction a donné de nombreuses informations, quand elle le pouvait, contrainte bien évidemment par les procédures en cours, pendant que d’autres organisaient des fuites dans Le Monde ou sur le forum. 

« Le licenciement du dernier directeur de la rédaction, comme ses conditions, constituent une énième crise grave pour Le Media et altèrent fortement la dynamique qui était à l’œuvre. » 

Non, la dynamique est toujours à l’œuvre. Et c’est précisément les ambitions personnelles du dernier directeur de la rédaction qui y auraient fait obsctacle s’il avait pu se maintenir de force. 

 « de nombreux socios partent ou réduisent le montant de leurs abonnements, les dons reculent, les audiences baissent, des intervenants se décommandent, les risques de contentieux s’accumulent, etc. » 

 Des socios sont partis, en raison d’une intense campagne de dénigrement et de calomnie. Mais il en reste plus de 10000, je crois, et les dons arrivent toujours (mais bien sûr, le défi reste d’en recueillir davantage et de faire venir de nouveaux socios). Les audiences restent bonnes. Et deux émissions ont même récemment approché le million de vues sur YT en très peu de temps. De nombreux intervenants passionnants sont toujours interviewés par le Média : des économistes (atterrés), des syndicalistes, des scientifiques, des militants, des intellectuels, des travailleurs en lutte… Les contentieux, Denis Robert en a causés, d’autres avant lui aussi. Cela ne veut pas dire que le Média n’obtiendra pas gain de cause. 

 « En l’absence d’informations sur la situation économique, il est impossible de connaître la situation exacte du Media. Mais, de sources internes, elle n’est pas bonne et l’information n’est pas donnée. » 

 Le compte de résultat 2019 avait été publié en mars 2020. Nous sommes en janvier 2021. Il est donc parfaitement mensonger d’affirmer que des informations ne seraient pas données. La situation économique du Média est toujours précaire, bien entendu, mais c’est le cas depuis le début de son histoire, et il n’y a là rien de nouveau. 

 « D’autre part cette situation divise une équipe qui était en train de construire un équilibre éditorial en cohérence avec son texte fondateur : d’autres départs sont à prévoir. »

Il est évident que des partisans de Denis Robert vont le rejoindre dans son nouveau projet. On pourrait attendre qu’ils aient l’honnêteté de le faire sans faire d’obstruction interne et sans essayer de négocier leur départ en termes financièrement impossibles pour le Média. En tout cas, l’équipe qui reste active et les nouvelles jeunes recrues qui dynamisent le contenu s’inscrivent bien dans un équilibre éditorial en cohérence avec le manifeste, n’en déplaise aux rageux et aux idolâtres. 

 « Comme lors des précédentes crises, les socios n’ont pas été informés des tensions qui traversaient les équipes. » 

 Lorsqu’il y a des tensions dans un collectif, il est rare qu’il en fasse état avant que ça ne devienne paroxystique, parce que justement, les gens essaient d’abord de s’accommoder. Et c’est un peu présomptueux de penser que nous socios aurions pu obliger Denis Robert à respecter son engagement initial de s’insérer dans un comité de rédaction, si ses propres collègues n’y sont pas parvenus. 

 « Une fois le conflit ouvert, les socios ont été pris à partie pour trancher dans ce conflit avec pour seule alternative de devoir choisir un camp, abreuvés qu’ils sont d’informations parcellaires via la presse, les réseaux sociaux et le forum du Media. » 

 Les fuites à la presse ou dans le forum ont émané du camp Robert. L’équipe en place n’a fait que réagir, parfois sur les réseaux sociaux, où elle se faisait interpeller et mettre en accusation sur la base de mensonges. 

 « Cette logique de camp, nous nous y sommes refusés. De nombreuses propositions ont été faites pour sortir de cette crise par le haut ». 

 Un certain nombre de signataires de ce texte ont au contraire pris parti et ont mené une guerre de tranchée sur le forum pour obtenir la démission de la direction, le retour de Denis Robert, un plébiscite, le report de la construction de la SCIC, etc., applaudissant les socios qui annonçaient leur départ, attisant la rage, et invectivant les membres de l’équipe qui osaient venir donner leur point de vue.

« Pourquoi la direction du Media a-t-elle toujours posé des conditions préalables rendant impossibles toutes les tentatives de médiation qui ont été initiées en interne ? Pourquoi a-t-elle toujours rejeté l’idée de l’intervention d’un tiers professionnel des situations de crise ? » 

 Affirmation mensongère. Le Média n’a rien rejeté du tout. C’est au contraire Denis Robert qui a torpillé la première tentative de médiation en publiant une vidéo insultante et diffamatoire, et qui a refusé ensuite de retirer cette vidéo, cause principale de son licenciement. S’ensuit une série de questions dans la droite lignée du « sealioning » (technique de trolling : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sealioning) déjà utilisé sur le forum. Il s’agit de poser des questions auxquelles il a déjà été répondu, non pas pour obtenir des réponses (qu’on a déjà) mais pour faire des sous-entendus polémiques et diffamatoires, et jeter donc de l’huile sur le feu. L’AG de l’asso, pas plus que les socios, n’avaient à statuer sur la crise, qui était interne à la rédaction, pas plus que sur le licenciement, qui relevait du droit du travail. 

 « Pourquoi la direction n’a-t-elle pas su mettre un terme à la relation de travail avec Denis Robert de manière pacifiée ? » 

 Cette fausse question est particulièrement tordue. En effet, c’est Denis Robert qui a empêché que les choses se déroulent de manière pacifiée, en faisant fuiter des échanges internes et en publiant une vidéo insultante. 

 « Pourquoi, alors que les problèmes de souffrance au travail évoqués comme étant à l’origine du licenciement de Denis Robert seraient anciens, la direction ne les a- t-elle pas traités plus tôt alors qu’elle en aurait été alertée préalablement ? » 

 Autre question particulièrement retorse parce que négligeant le fait que Denis Robert n’était pas un salarié lambda mais faisait bien partie du comité de direction. La direction, c’était lui aussi. Et de nombreuses tentatives ont été faites justement pour résoudre les problèmes posés par le management de Denis, la dernière consistant justement, non pas à le licencier, contrairement à ce que prétendent ici les rageux, mais à lui proposer de conserver ses émissions et son salaire et de ne plus diriger la rédaction. C’est cette solution qu’il a refusée et à laquelle il a réagi par la vidéo diffamatoire qui a causé son licenciement. 

 « Ainsi, nous relevons que les ressorts de cette crise ont été initiés une fois la situation économique du Media redressée. » 

 Le situation économique du Média n’a pas été redressée. Elle est toujours précaire, et les comptes ont juste bénéficié, au moment du départ de Denis Robert, d’un report de charges, et des aides accordées dans le cadre du confinement. Denis Robert a contribué (personne ne le nie) au développement du Média, travail collectif et non d’un seul homme, mais il n’a pas opéré de miracle financier. Certains de ses projets (partenariat avec des mécènes, régie publicitaire) allaient même à l’encontre de l’indépendance du Média. 

 « Aucun bilan (financier, social) n’y est présenté en fin d’année, pas plus que le projet de l’association (l’évolution de ses objectifs, de sa stratégie, de ses moyens) ». 

 Les comptes ont été présentés chaque année à partir de 2019. Le projet de l’association, qui devait être la création d’une SCIC de presse, a été contrecarré plusieurs fois par les différentes directions. Mais les statuts de la SCIC, dans la rédaction desquels Denis Robert ne s’est pas investi, ont été votés par les socios, et le calendrier, quoi que perturbé par la crise, se poursuit. 

 « Le président, Bertrand Bernier, a été désigné par défaut lors de la précédente crise. » 

 Dans une structure comme celle du Média, les désignations sont toujours un peu « par défaut », dans la mesure où se retrouvent désignés celles ou ceux qui ont bien voulu se dévouer, et ils ne sont pas des millions. Bertrand Bernier a été depuis sa nomination un élément important du Média, et a permis à celui-ci de se doter d’une capacité de production de haut niveau. 

 « Dans les faits, Bertrand Bernier, arrivé en cours de route dans le projet – sans légitimité particulière et ayant acquis ses fonctions par défaut » 

 Présentation vraiment crapuleuse. Selon une telle logique, Denis Robert était aussi arrivé en cours de route, avec une expérience de journaliste de presse écrite et de documentariste, mais aucune expérience de présentation télévisuelle ni de management. Sans légitimité particulière, donc. C’est une manière malhonnête de présenter les choses. Tous ceux qui travaillent au Média ont légitimité à le faire. 

 « dirigeant sans projet adossé à un modèle économique » 

 Accusation infondée. Le projet est fixé depuis le départ et n’a pas changé : produire un média de masse accessible gratuitement et financé par les souscripteurs. Tout autre « modèle économique », reposant par exemple sur le financement par de la publicité ou par de riches mécènes, serait en revanche une remise en cause du projet. 

 « Pendant la crise, ils ont récusé toute introduction d’un tiers favorisant la prise en compte des différents points de vue et le respect du droit du travail. » 

 C’est faux. Ils ont récusé une initiative biaisée qui posait comme préalable à la discussion l’abandon du projet de réorganisation de la rédaction. 

 « Fait aggravant, il s’avère que M. Gautheron a quitté depuis sa fonction de présidence, tandis que M. Théry chercherait actuellement à le faire. Comment ces personnes ont-elles pu prendre des décisions si lourdes pour l’avenir du Media, sans en référer à l’AG, alors qu’elles n’en assumeront pas les conséquences ? » 

 Précisément parce que ces présidents, loin d’être une « direction » au sens habituel du terme dans les entreprises capitalistes, étaient les représentants d’un collectif de travail, et qu’ils ont agi dans le sens de l’intérêt de ce collectif. 

 « Nous avons été nombreux à y exprimer notre stupéfaction, à demander des réponses, à proposer des actions alternatives, à constater les incohérences et les refus de répondre, et à exprimer notre mécontentement voire notre colère. » 

 Dit autrement : quelques rageux ont voulu obtenir satisfaction de toutes leurs lubies, n’ont pas accepté les réponses qui leur étaient données, et une petite poignée à présent impliquée dans ce texte et cette vidéo visant à nuire au Média, ont alors pourri littéralement le forum pendant des jours. 

 « Globalement, ce forum n’est pas exploité comme un outil au service de l’implication des socios dans le fonctionnement du Media ». 

 Si. C’est bien ce qu’il est. 

 « Les règles de fonctionnement restent floues, la modération obscure et autoritaire, les bannissements expéditifs, les décisions arbitraires. » 

 C’est faux. Les règles sont exposées clairement en tête du forum. La modération est transparente, rare, et collégiale, les bannissements exceptionnels et motivés par des faits. 

 « Ainsi plusieurs d’entre nous ont été bannis du forum pour avoir critiqué les décisions de la direction du Media. » 

 C’est faux. De très rares rageux (3 ou 4) ont été bannis non pour leurs critiques mais pour des manquements au règlement du forum et des comportements inadmissibles. 

 « La rédaction de la newsletter, qui doit rapporter les échanges et la vie du forum auprès de l’ensemble des socios, pose également problème. Chaque sujet proposé par les socios est soumis à un droit de véto de la direction du Media. Ses décisions ne sont jamais motivées. Elles sont toujours irrévocables. Rien dans la newsletter n’appartient donc vraiment aux socios. Nous n’avons pas pu nous en servir pour informer l’ensemble des socios de nos analyses et de nos initiatives, ni pour faire état de la stupéfaction et du mécontentement pourtant largement majoritaires sur le forum. » 

 La newsletter n’a pas du tout la fonction inventée ici de toutes pièces. Son rôle est d’informer les socios sur les programmes du Média. C’est la newsletter du Média, pas la newsletter des socios. Des socios du forum ont obtenu d’y glisser une petite synthèse de 3 ou 4 fils de discussion du forum afin de donner envie d’aller sur celui-ci. Il n’a jamais été question que ce « communiqué des socios » soit un moyen de propagande pour une faction ni que la newsletter du Média relève de la responsabilité des socios. 

 « La SCIC n’aura pas d’incidence directe sur le fonctionnement du forum, qui est le lieu de candidature des socios à l’AG. Ainsi, tout semble organisé pour verrouiller le fonctionnement de la SCIC, comme l’est aujourd’hui celui de l’AG. » 

 Affirmation fausse autant que confuse. Il n’y a jamais eu de candidature de socios à l’AG via le forum. Les socios présents actuellement à l’AG ont été cooptés après la crise Lancelin, ce qui constituait une ouverture par rapport au système verrouillé créé par Chikirou. La SCIC permettra justement de passer à une vraie participation directe des socios à l’AG et à la désignation de représentants au CS. 

 « Dans cette crise, nous considérons ainsi que les présidents des sociétés et de l’association Le Media ont été mus par la volonté d’évincer Denis Robert de sa fonction de directeur de la rédaction, quitte à évincer sa personne, davantage que par le souci de gérer la situation dans l’intérêt social des entreprises dont la gestion leur était confiée. » 

 Cette affirmation ne repose sur rien. On peut tout autant penser au vu des éléments rendus publics que Denis Robert prévoyait d’évincer une partie des salariés du Média pour les remplacer par des amis à lui. Cela reste dans tous les cas de la spéculation. Le fait est que c’est bien Denis Robert qui s’est rêvé en directeur général du Média, contredisant alors ses engagements précédents, lorsqu’il affirmait : « je ne veux pas de pouvoir ». 

 « Le Media aujourd’hui n’incarne pas les valeurs affichées dans son manifeste. » 

 C’est faux. Non seulement le Média les incarne toujours, mais bien mieux que le nouveau média concurrent de Denis Robert qui affiche vouloir s’ouvrir aux mécènes. 

 « Nous constatons que chaque année le Media est secoué par une crise violente, que ses moyens se délitent et que nos contributions sont accaparées par des conflits qui entravent le développement du Media dans sa capacité à réaliser les promesses formulées lors de sa création. » 

 Faisons mentir cette prophétie autoréalisatrice de rageux qui cherchent à couler le Média par leur propagande mensongère. Le Média réalise bien ses promesses, mais il a toujours besoin de nos contributions pour continuer. 

 « Ainsi, la résolution de cette crise s’apparente pour nous à la confiscation du Media par un petit groupe (dont fait partie la direction) qui s’est accaparé tous les pouvoirs et qui s’octroie les moyens que nous lui donnons pour des finalités que nous ne partageons pas, en n’hésitant pas à discréditer et à exclure tous ceux pouvant s’opposer à lui. »

  Bien au contraire, la résolution de cette crise s’apparente au maintien du projet du Média malgré les tentatives de Denis Robert pour s’approprier la structure et malgré les tentatives de ses partisans les plus enragés pour la déstabiliser.

« nous quittons le Media »

C’est votre droit, mais pas la peine de faire tout ce foin ni de chercher à le détruire. Personne ne blastera notre Média.

« L’esprit sain pue la connerie ! Vive Trotski ! »

Dans le roman de Milan Kundera, La plaisanterie (1967), Ludvik Jahn, étudiant et militant communiste, est exclu du parti communiste tchèque, renvoyé de l’université et interné pour avoir, dans une carte postale destinée à une jeune étudiante qu’il courtisait, inscrit une phrase au second degré : « L’optimisme est l’opium du genre humain ! L’esprit sain pue la connerie ! Vive Trotski ! ».

Ancien communiste libertaire imprégné par les théories situationnistes, aujourd’hui écosocialiste autogestionnaire partisan du salaire à vie communiste et d’une stratégie de Front Populaire dans les urnes et dans la rue, je n’ai jamais été trotskiste. Pour moi, Trotski, c’était une sorte de Staline raté, massacreur de Kronstadt et de la makhnovtchina, et mes toutes premières expériences politiques ont été d’aller faire chier les dévôts de LO (Lutte Ouvrière) durant les cours de marxisme qu’ils prodiguaient dans mon bahut. Je répugnais même alors à lire 16 fusillés à Moscou de Victor Serge (dont je diffusais le texte aux éditions Spartacus dans les librairies dans le cadre d’un boulot d’objecteur de conscience auprès d’une ancienne mao spontex), parce que cet ancien libertaire proche de la bande à Bonnot avait trahi l’anarchisme en se ralliant au bolchevisme puis à Trotski contre Staline (j’ai heureusement fini par surmonter mes préjugés, et découvert que Victor Serge avait fini par se distancier du sectarisme de Trotski, ouf).
Toutefois, en étudiant l’histoire du mouvement ouvrier, j’avais évidemment plus de sympathie pour les mouvements proches du trotskisme comme le POUM espagnol ou le groupe « Socialisme ou Barbarie » que pour les « stals » défenseurs du bilan « globalement positif » de l’URSS. Par la suite, j’ai milité un peu au sein du groupe « Noir et Rouge » proche de l’OCL (Organisation Communiste Libertaire), j’ai participé à quelques actions antifascistes avec des groupes anarchistes, j’ai eu l’occasion de complexifier un peu ma vision du trotskisme (ou des trotskismes), mais aussi du communisme bureaucratique au contact de militants de la LCR, du NPA, mais aussi du PCF, croisés dans les luttes, notamment au sein du Front de Gauche ou dans le cadre antifasciste ou syndical (au sein d’un syndicat SUD). La lecture de Debord et des Situationnistes m’a rapproché du conseillisme. Mon bref passage au Parti de Gauche, ou plus récemment la lutte au sein des Gilets Jaunes avec des militants du POI (Parti Ouvrier Indépendant), m’a mis aussi en contact avec la tradition trotskiste « lambertiste » à l’égard de laquelle j’ai toujours de grandes réticences. D’abord partisan du revenu universel comme militant de la musique libre sous « Creative Commons » dans les années 2000, j’ai été ensuite convaincu par les thèses de Bernard Friot, contre lequel récemment un camarade du PCF (salarié du parti) me mettait en garde en me disant : « tu sais, Friot, c’est un vrai stal ». En prenant mes distances avec la France Insoumise, j’ai pu mesurer la capacité de haine sans frein de certains Insoumis qui n’ont pas manqué de me qualifier de « traître » à la solde de Macron, Le Pen voire des Illuminati. Et puis, encore plus récemment, un troll anti-Mélenchon forcené agissant avec une meute de militants du PCF m’a accusé d’être un « trotskiste ». Ça avait l’air très très grave. Et ça faisait de moi un « dissimulateur » par essence, qui avancerait forcément « masqué ». Nonobstant le ridicule de l’accusation et le côté franchement borderline de l’accusateur (ressemblant finalement beaucoup à l’objet de sa détestation), cela m’a amené à me repencher sur toute cette histoire de la gauche et du mouvement ouvrier parsemée d’anathèmes, d’excommunications, de haines recuites et de vendetta séculaire. Ce qui m’avait séduit dans le Parti de Gauche (que j’ai quitté depuis), c’était la notion de parti « creuset » qui semblait ambitionner de dépasser tous ces anciens clivages qui avaient rendu la gauche impuissante face à la contre-révolution néolibérale. Que reste-t-il aujourd’hui de ces vieilles querelles dogmatiques ? N’est-il pas temps de bâtir collectivement et démocratiquement (pour une fois), par la base (et non par la volonté d’un César ou de bureaucrates moisis), ce parti (ou mouvement, ou rassemblement, ou fédération, je m’en cogne) creuset dont nous avons besoin pour battre à la fois le néolibéralisme et le fascisme, et reprendre le cours de la longue révolution des communs dont la Révolution française, la Révolution russe, la Libération, mai 68 n’ont été que des étapes ?

Je n’ai hélas à ce sujet pas beaucoup de raisons d’être optimiste.

Déficitaire, le régime de retraite des cheminots ?

Le régime spécial de retraite des cheminots serait déficitaire, hurlent les psychopathes macronards pour justifier la casse de TOUS les régimes de retraite par la contre-réforme de Macron. Mais si ce régime est déficitaire, obligeant l’Etat à mettre la main à la poche pour combler le trou (3,3 milliards en 2016, ce qui correspond d’ailleurs à ce que l’Etat a cédé aux riches en remplaçant l’ISF par l’IFI), c’est uniquement parce que des postes de cheminots ont été supprimés et le statut gelé pendant que l’Etat embauchait des contractuels et sous-traitait au privé. Du coup, les cheminots étant moins nombreux, leurs cotisations ne suffisent plus à équilibrer les pensions des cheminots à la retraite. A cause de cette politique idiote de libéralisation (qui nuit à la sécurité et à la qualité du service, comme l’ont prouvé le terrible accident de Brétigny, ou plus récemment celui des Ardennes), le nombre d’agents de la SNCF est passé de 303000 en 1970 à 150000 aujourd’hui, soit deux fois moins d’agents, qui doivent encore cotiser pour les pensions de 260000 retraités. S’il y avait toujours 300000 et quelque agents à la SNCF, leur régime de retraite ne serait pas déficitaire !

C’est donc l’Etat lui-même qui a rendu ce régime déficitaire. Pour retrouver l’équilibre, il suffirait de mettre fin à l’imbécile ouverture à la concurrence et de recruter de nouveaux cheminots. On en a besoin pour avoir un service public efficace et sécurisé. En attendant, il suffirait dans tous les cas de rétablir l’ISF pour financer l’aide d’Etat au régime de retraite des cheminots.

Lorsque les cheminots défendent leur statut, ils défendent l’intérêt général. Lorsqu’ils défendent leur régime de retraite, ils défendent la justice sociale, et leur grève actuelle est un instrument essentiel pour tous les salariés eux aussi en grève pour défendre leurs retraites contre le projet antisocial de retraite à points de Macron.

Big Bang

A l’initiative de Clémentine Autin, députée FI et d’Elsa Faucillon, députée communiste, a été publié un appel en faveur d’un « big bang » de gauche.

J’ai des doutes sur cette initiative, bien sûr. Manoeuvre d’une petite intelligentsia de gauche au service d’une possible ambition personnelle ? Enième rassemblement impuissant et désincarné pour un front unitaire rassemblé de l’unité de la gôche de gôche unie ensemble pour tisser des liens et des fils en vue d’un avenir en commun dans le grand rassemblement citoyen de la rassemblitude du peuple pour l’unitay ? Peut-être. On verra.
En attendant, le texte publié ne me semble en rien incompatible avec l’idée de nouveau front populaire ou de fédération populaire qu’il faudra bien réussir à constituer pour espérer vaincre à la fois le fascisme et le néolibéralisme autoritaire et mener ce pays vers la bifurcation écologique et sociale qui s’impose.

Et puis les cris de haine de certains camarades insoumis contre Clémentine Autain me font honte et me foutent franchement les jetons. Quoi qu’on pense de cette initiative, cela ne vaut pas un tel déferlement d’ordures.

Enfin, même si je suis plus partisan de constituer des collectifs à la base, sur le modèle des assemblées populaires des Gilets jaunes, voire en investissant celles-ci, je vois dans les premiers signataires des noms qui m’inspirent confiance, comme celui de Corinne Morel-Darleux ou Mathilde Larrère. Et le fait que l’appel regroupe des gens aussi différents que Rokhaya Diallo (bête noire du « Printemps Républicain ») et Gaël Brustier (ancien chevènementiste tenant du « populisme de gauche » naguère fondateur du collectif « Gauche Populaire » avec Laurent Bouvet, futur fondateur du… « Printemps Républicain ») me semble de bon augure, en terme de diversité de courants, à l’heure où les Insoumis ne trouvent rien de mieux à faire que se déchirer entre « souverainistes laïcards » et « islamo-gauchistes » sur les réseaux antisociaux (faute de pouvoir le faire en interne dans des espaces de délibération qui n’existent pas).

Continuer la lecture de « Big Bang »

#destroyunmacronard 6

C’est encore le malfaisant Malysse dont il nous faut pulvériser la bêtise et la malhonnêteté.

Dans un groupe de discussion Facebook qu’il harcèle comme un psychopathe depuis des mois, cet imbécile croit défendre sa candidate Loiseau (de malheur) contre les accusations de Mediapart (qui a révélé qu’elle avait candidaté en 1984 sur une liste étudiante d’extrême-droite)… en citant le Salon Beige, site d’extrême-droite qui cite lui-même un autre média d’extrême-droite : Minute.

Or, dans un autre article démontant la piteuse défense de Loiseau et de ses trolls macronards, Mediapart a déjà expliqué n’avoir rien recopié sur Minute et avoir eu l’info dès janvier 2018, via un document tout à fait authentifié (et non « vrai-faux ») sur lequel les fachos de Minute et leurs copains du Salon Beige n’ont évidemment pas l’exclusivité.

Continuer la lecture de « #destroyunmacronard 6 »