Fontenelle, bordel de dieu, tu chies dans la colle !

Sébastien Fontenelle, déjà signataire aux côtés de l’association « Participation et Spiritualité musulmanes » (sic) d’une incroyable pétition anti-Charlie Hebdo (que nous avions évoquée dans notre billet du 8 novembre 2011), a récidivé le 10 novembre sur son blog. La mosquée de Montbéliard ayant été incendiée, et le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, ne s’y étant « pas encore » rendu, alors qu’il s’était empressé d’aller serrer la main de Charb au lendemain de l’incendie de Charlie Hebdo, Fontenelle ironise :

« À l’heure où j’écris ces lignes : Nicolas Demorand n’a pas (encore) proposé aux musulman(e)s qui fréquentent cette mosquée (et qui sont pour l’instant un peu seul(e)s à déplorer son incendie) de les accueillir à Libération, nattendant [sic] qu’ils trouvent un endroit sûr (et que Claude Guéant leur délègue une protection). »

Notons qu’il est peut-être dommage que des actes comme l’incendie criminel d’un journal ou d’une mosquée aient besoin d’être publiquement condamnés, comme s’il n’était pas évident que de tels actes sont condamnables, comme si chacun avait à prouver par une condamnation spectaculaire son attachement réel à la laïcité ou à la liberté d’expression. Ce sont décidément les fous qui gouvernent l’asile, de nos jours. Car on peut reprocher bien des choses à Charb, et peut-être davantage encore à Demorand, mais pourquoi diable l’ex-Libé qui dépanne provisoirement un autre journal privé de bureau et d’ordinateurs se transformerait-il soudain, même par solidarité, en lieu de culte ? C’est complètement con. Ou alors, qu’attend Politis, qui emploie ce brave Fontenelle, pour ériger une chaire d’imam en ses locaux ?

Quant à Guéant, dont chacun connaît la tendance à la stigmatisation des immigrés dans le but de séduire les électeurs du FN, on peut évidemment le soupçonner d’avoir intérêt à s’occuper publiquement d’un incendie dont des islamistes pourraient être responsables mais beaucoup moins d’un autre sinistre dont les victimes sont musulmanes. Mais en quoi Charb, et les autres journalistes de Charlie Hebdo, devraient-ils être tenus pour responsables des agissements de Guéant ?

Charlie Hebdo s’est permis une satire de la charia qui est tout à fait dans la tradition anticléricale du journal. L’indéniable discrimination dont sont victimes en France les Musulmans et surtout les populations d’origine immigrée (quelle que soit leur religion) doit-elle être compensée par une autocensure qui interdirait à un journal qui a toujours chié sur toutes les religions de se moquer de l’Islam et surtout du fondamentalisme musulman ? Notons d’ailleurs que Charlie Hebdo n’a jamais appelé à moquer les mosquées ni à les incendier, et a condamné immédiatement l’incendie de la mosquée de Montbéliard (comme quoi les Musulmans n’ont pas été « les seuls à déplorer cet incendie ») :

« Suite à l’incendie de la mosquée de Montbéliard, et quelque [sic] soient les motivations des agresseurs, nous rappelons, au nom de la laïcité, qu’il est inacceptable d’attaquer des lieux de culte et de nuire à la liberté des croyants de pratiquer leur religion dans le respect des règles de la République. »

Mais cela ne sera sans doute pas suffisant pour Sébastien Fontenelle, qui a décidé que « Philippe » Charb, qui n’a pourtant pas encore accepté d’être nommé quelque part par Sarkozy, ne valait pas mieux que son prédécesseur le sinistre Philippe Val. Maintenant qu’il a signé une pétition dans laquelle la « liberté » des femmes musulmanes de « s’habiller comme bon leur semble » (donc de porter le « foulard » imposé par la domination masculine), est considérée comme plus urgente à protéger contre « un État national-laïque » (sic) que la liberté de se moquer des religions, on peut se demander si Sébatien Fontenelle n’a pas lâché la rambarde. On peut même craindre désormais de retrouver son nom aux côtés de celui du Mollah Omar ou de Mahmoud Ahmadinejad au bas de toute pétition malhonnête qui viserait à présenter Charlie Hebdo comme journal raciste et islamophobe vendu à BHL, Guéant et Lepen. Cut the crap !

Camarade Fontenelle, j’ai beau me sentir plus proche de CQFD et Politis (journaux où tu as tes entrées) que de Charlie Hebdo, là, je suis obligé de te dire solennellement que tu chies grave dans la colle. En ce 11 novembre, jour qui nous rappelle que des millions de pauvres types sont morts juste pour que nous puissions avoir un jour de congé, il serait temps que tu songes à un armistice raisonnable et que tu gardes tes forces pour des guerres plus sensées, y compris contre Charlie Hebdo si jamais un successeur de Val devait y refaire le coup du « choc des civilisations » et de la sainte Europe néolibérale.

A bas Charlie Hebdo, vive Charia Hebdo !

Les laïcards anticléricaux sont-ils condamnés à être les idiots utiles de La Pen (de mort) et à finir en apôtres islamophobes du « choc des civilisations » ? La gauche anticapitaliste et antiraciste est-elle condamnée à tolérer l’intégrisme islamiste, voire à s’acoquiner avec lui pour peu qu’il nuise à « l’Empire » et aux tartuffes qui vivent du spectacle de la contestation sans contester vraiment le Spectacle ?

Tel est le triste dilemme que soulève une fois de plus l’affaire « Charia Hebdo ». Charia HebdoRappelons les faits. Après la victoire du parti islamiste en Tunisie et l’annonce de l’instauration de la charia par le nouveau pouvoir libyen, l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo avait annoncé dès lundi 31 octobre 2011 que son numéro du mercredi 2 novembre serait rebaptisé « Charia Hebdo ». En une, un Mahomet dessiné par Luz et présenté comme « rédacteur en chef » de ce numéro exceptionnel, annonçait, goguenard : « 100 coups de fouet si vous n’êtes pas morts de rire ! » Dans la nuit du 1er au 2 novembre, les locaux de Charlie Hebdo étaient incendiés par jets de cocktail Molotov. Dans le même temps, le site web du journal était hacké par un groupe islamiste turc, l’hébergeur belge du site refusait de le remettre en ligne suite à des menaces de mort, et Facebook bloquait la page Charlie Hebdo sur son réseau antisocial. Bref, même s’il n’est pas établi que l’attentat ait été commis par des islamistes, le journal a bel et bien subi des représailles consécutives à la parution du numéro spécial « charia ».

Si l’attentat a été assez unanimement condamné dans les media et dans le monde politique, certaines voix ont tout de même émis un son discordant. Ainsi Daniel Schneidermann, dans Rue 89, désignait l’opération « Charia Hebdo » comme une « provocation pas drôle ». Mais comment un journal satirique tel que Charlie Hebdo pourrait-il ne pas être « provocateur » ? A titre personnel, j’aimerais aussi rétorquer au créateur d’Arrêt sur images que j’ai au contraire trouvé cette « provocation » très drôle, et même franchement bien vue dans le contexte, mais évidemment, le débat n’est pas là.

« Le con étant la cible naturelle de Charlie, on comprend (oups) que son combat (re-oups) le porte naturellement vers les sujets piège à con, plutôt que vers les dossiers compliqués (bon, j’arrête), comme, au hasard, la crise de l’euro, dans lequel les cons et les pas cons sont plus délicats à départager. »

Schneidermann s’essayant à l’humour avec des calembours à base de « cons » (et visiblement pas très sûr lui-même d’être drôle) fait ici référence à la célèbre une de Charlie Hebdo qui faisait dire (déjà) à Mahomet « c’est dur d’être aimé par des cons » en 2006 lors de l’affaire des caricatures. Puisqu’il accuse aussi Charlie de faire de ce type de « provocation » son « fond de commerce », on peut tout de même noter que près de 6 ans se sont écoulés entre les deux « provocations ». Le rythme des « provocations » n’est donc pas si excessif. Accuser enfin Charlie de ne pas parler de « la crise de l’euro », c’est oublier un peu vite que Bernard Maris écrit chaque semaine dans Charlie Hebdo un ou deux éditoriaux traitant d’économie et, notamment, de la question de l’euro (l’ex-directeur de la BCE Jean-Claude Trichet y a été maintes fois critiqué de façon bien plus virulente que ce brave Mahomet). J’ai beau avoir exécré les prises de position de Philippe Val du temps où il dirigeait le journal, avoir été indigné par la façon dont le même Val avait calomnié puis viré Siné en 2008, par la façon dont l’actuel directeur Charb avait alors lâchement obéi à son maître et abandonné son « ami » Bob, je ne comprends décidément pas le procès en sorcellerie fait par Schneidermann contre Charlie Hebdo. Il y avait assurément des reproches plus pertinents à adresser à ce numéro précis de Charlie (j’y reviendrai plus loin).

De même je ne comprends pas l’article de Matthias Reymond sur ACRIMED, qui fait le parallèle entre l’attentat contre Charlie Hebdo et un autre commis quelques jours plus tôt contre un squat abritant des familles roms. Il est sans doute significatif que le monde médiatique se soit ému du sort de confrères plus que de celui de Roms. Mais en quoi peut-on le reprocher à Charlie Hebdo (qui consacre par ailleurs une chronique hebdomadaire aux expulsés et qui n’a jamais couvert de louanges la politique anti-Roms de Sarko, Hortefeux et Guéant) ? Moi qui me suis souvent régalé des attaques d’ACRIMED ou du Plan B contre Val et son hebdo, j’avoue que je ne suis plus. Et lorsque je lis les tweets de Mona Chollet, la dénonciation d’un « coup de pub » par Serge Quadruppani, gens dont j’apprécie par ailleurs habituellement les écrits, et que je vois une pétition « pour la défense de la liberté d’expression contre le soutien à Charlie Hebdo », je me demande si je n’ai pas la berlue. Car parmi les pétitionnaires figurent les journalistes Olivier Cyran et Sébastien Fontenelle qu’on a déjà vu mieux inspirés mais aussi deux membres d’une association « Participation et Spiritualité musulmanes » (sic !). Ils affirment :

« qu’un cocktail molotov lancé la nuit dans des locaux vides et n’occasionnant que des dégâts matériels ne mérite pas une mobilisation médiatique et politique supérieure à celle, pour le moins discrète, qu’occasionne l’incendie ou la mise à sac d’une mosquée ou d’un cimetière musulman ».

A cela, on peut tout de même répondre qu’il est difficile lorsqu’on incendie de nuit des locaux d’être sûr à 100% que ceux-ci sont vraiment vides et que le feu ne risque pas de s’étendre à une zone habitée. Le geste n’est donc pas bénin. On peut aussi répondre que Charlie Hebdo, victime de cet incendie, n’est en rien responsable de « la couverture médiatique et politique » qu’il a occasionné, et qu’enfin cette couverture médiatique dépend aussi (malheureusement sans doute) de la notoriété de la victime. Ainsi, si d’aventure je m’amusais à taguer « ni Allah ni maître » sur le mur de tel lycée de ma connaissance au nez à la barbe (c’est le cas de le dire) des « frères » qui racolent régulièrement devant ses portes, et si par la suite mon logement était incendié, quelque chose me dit que la couverture médiatique de l’événement serait encore plus faible que celle d’un saccage de mosquée ou de cimetière musulman.

Les pétitionnaires affirment encore :

« que la disproportion entre les unes alarmistes sur l’incendie de Charlie Hebdo et les brèves de dix lignes sur les saccages de lieux de culte musulmans entretient une vision du monde raciste : si un saccage est plus grave qu’un autre, c’est que les biens des uns sont plus précieux que les biens des autres, et c’est en définitive que les uns valent plus que les autres. »

On ne peut nier, évidemment, que le racisme soit un fléau dans ce pays, que la discrimination, notamment à l’embauche ou en matière de logement, y soit une réalité, et il est évident que la droite nationale-sarkozyste et l’extrême-droite ont tout intérêt à faire une lecture islamophobe de l’événement. Mais on ne peut pour autant décréter que le traitement médiatique de l’incendie de Charlie Hebdo dans sa globalité soit de nature à entretenir « une vision du monde raciste ». Ou alors on suit le même chemin que Val et son copain BHL qui voient dans toute critique du sionisme, de l’impérialisme et du néocolonialisme une preuve d’antisémitisme.

Je passe plus rapidement sur le reste du texte de la pétition, qui défend la « liberté » des femmes musulmanes à porter le voile (sic !), et qui dénonce « la nouvelle marque de fabrique » de Charlie Hebdo : « un anticléricalisme primaire doublé d’une obsession islamophobe ». Voici donc qu’après avoir utilisé la même technique délirante que Val pour dénigrer par avance les arguments de l’adversaire (forcément « antisémite » pour Val, forcément « islamophobe » pour nos braves pétitionnaires), nos camarades pourfendeurs du racisme ordinaire (au point d’en voir même là où il n’y en a pas) attaquent ici Charlie Hebdo pour « anticléricalisme primaire », expression qu’on eût pu attendre de Christine Boutin ou d’un quelconque démocrate-chrétien moisi dans l’eau bénite, mais qui est décidément plus surprenante venant d’adversaires de l’ordre national-sarkozyste. Comment Olivier Cyran, qui a longtemps écrit lui-même dans Charlie Hebdo, a-t-il pu signer un tel tissu de conneries ? Des rancœurs personnelles peut-être entièrement légitimes contre ce journal ne peuvent justifier de tels amalgames.

A tous ces camarades si islamophiles, j’ai envie de répondre que Charlie Hebdo a toujours été anticlérical, et que, du temps de Choron par exemple, il l’était même avec bien plus de virulence qu’aujourd’hui. Les religions juive ou chrétienne, entre autres, y ont été largement brocardées. Le traitement réservé à l’Islam par Charlie Hebdo en lien avec l’actualité (événements de Libye et de Tunisie) n’a rien de choquant. Pour qui a pris la peine de lire le numéro « Charia Hebdo », il est clair, à moins d’être demeuré ou de mauvaise foi, que la satire porte sur l’islamisme politique et non sur les musulmans, tel l’article de la franco-marocaine Zineb El Rhazoui qui donne quelques exemples tragiquement ridicules d’application de la charia. Charlie Hebdo n’a empêché personne de croire au dieu de l’Islam, n’a brûlé aucune mosquée, n’a pas appelé à la haine raciale et n’a prôné aucune discrimination contre les musulmans. Quadruppani, qui a autrefois écrit dans Siné Hebdo, hebdomadaire du très anticlérical Siné, dit sur son blog que ses amis tunisiens « n’ont pas besoin que des crétins laïcards excitent les crétins barbus ». Mais le propre des crétins barbus n’est-il pas précisément de s’exciter pour pas grand chose (un adultère, une mèche de cheveux qui dépasse d’un foulard de femme, un bout de lardon oublié dans un plat, un simple dessin…) ? Ces « crétins barbus » si prompts à lancer des menaces de mort pourraient très bien se moquer avec humour des mécréants sans risquer que des « crétins laïcards » les menacent ou les agressent physiquement. Tout ce qu’ils risquent en retour est un blasphème bien senti, mais un blasphème n’est qu’un mot, et leur dieu devrait être au-dessus de ça, à moins qu’il ne soit qu’un mot lui aussi : CQFD.

Siné, qu’on ne peut suspecter de sympathie pour l’équipe de Charlie Hebdo, qui fut — rappelons-le — militant actif de la cause algérienne en pleine guerre d’Algérie, et qui est encore pro-palestinien et anticolonialiste, écrivait dans sa zone du 18 octobre 2011 : « Même le restau chinois à côté de chez moi, est devenu ‘halal‘, c’est dingue ! Noisy-le-Sec ressemble de plus en plus à La Mecque ». Et le vieux Bob de déplorer la mode du « crâne rasé » et « barbouze » à côté de « femmes emmitouflées dans leur linceul ». Voilà qui est plus cinglant que les gentilles caricatures de Charia Hebdo, ce qui a peut-être échappé à nos si vigilants pétitionnaires antiracistes. Il serait d’ailleurs plaisant qu’ils osent accuser Siné de racisme et d’islamophobie… Le fondamentalisme musulman et sa prétention à régenter la vie privée mais aussi à occuper l’espace politique est bel et bien un fléau qui gagne du terrain dans des pays de vieille culture musulmane mais aussi en France. Le dire et s’en inquiéter n’est pas faire acte de racisme ou d’islamophobie, même si cet état de fait est évidemment pain bénit pour l’extrême-droite. La gauche ne doit pas l’ignorer, et doit au contraire s’efforcer de réoccuper le terrain sur lequel son absence a créé le vide dans lequel se sont engouffrés les militants islamistes (et aussi les militants du FN). Car c’est bien la démission de l’État, les politiques antisociales de ces dernières années, et le déclin des organisations militantes de gauche (associations, syndicats et partis) qui ont permis aux islamistes de s’engouffrer dans la brèche. La seule réponse qui vaille à ce problème est sociale, et il est évidemment vain et stupide d’interdire la burqa si dans le même temps le peuple est livré à la misère et à une indignité que seul le repli identitaire ou religieux peut illusoirement atténuer. Or, ce n’est pas en cédant à la peur, ou en pratiquant une autocensure destinée à éviter toute manifestation qui pourrait être prise comme une « provocation » tant par les barbus que par les fachos, que l’on peut espérer mobiliser le peuple dans les luttes sociales qu’il est plus que jamais urgent de mener. Une telle stratégie ne ferait que légitimer encore davantage les religieux qui, loin de s’inscrire dans la nécessaire lutte des classes, seront les premiers à aller se goinfrer dans les salons du pouvoir national-sarkozyste, sitôt que le petit président de l’ex-République leur proposera un rôle officiel une fois la loi de 1905 abrogée.

Oui, « Charia Hebdo » m’a fait rire, et je considère que pouvoir se moquer de toutes les religions, dans un pays laïque, est la moindre des choses. Charlie Hebdo n’est pas ce qui se fait de plus féroce en la matière.

Pour ma part, je revendique le droit de proférer des propos bien plus sacrilèges que ceux de Charlie Hebdo, et sans même prétendre à être drôle. Par exemple :

  • Il y a plein d’autres dieux que « Dieu » (mais aucun, de toutes façons, n’est un vrai dieu), et personne, pas même Mahomet, n’est leur prophète.
  • La religion est l’opium du peuple (ceci n’est pas une citation de Groucho Marx).
  • Les dieux et leurs interdits à la con ont été inventés par des hommes pour légitimer leur domination.
  • Ni Allah ni maître !

Depuis plusieurs milliers d’années, les croyants ont dit bien pire des athées, et ont commis bien des crimes au nom de leur(s) dieu(x). Quant à moi, en proférant ces « blasphèmes » que je tiens pour des vérités, je ne tue personne, je ne mutile personne, je n’empêche personne de croire, je n’attente à la liberté de personne. Le fait que je consacre quelques lignes à ce sujet alors que je n’ai pas parlé de tel ou tel autre fait divers dont ont pu être victimes des musulmans ou des étrangers ne fait pas de moi un islamophobe ou un raciste.

Même si ses dessins me font souvent marrer (ce qui fait que j’ai finalement recommencé à lire Charlie Hebdo après le départ du sinistre Val), je considère que Charb, l’actuel directeur de Charlie Hebdo, ainsi que les autres membres de l’équipe qui ont fermé leur gueule lors du lynchage de Siné, sont de fieffés coquins, de sales traîtres, ou de piteux lâches. Cependant, des coquins, des traîtres et des lâches peuvent aussi être drôles ou écrire des choses intéressantes. Certains complotistes hystériques (gros fachos mais aussi gens de gauche) ont accusé Charlie Hebdo d’avoir commis une escroquerie à l’assurance en faisant incendier ses propres locaux. D’autres, dans un registre similaire, parlent d’un coup monté pour doper les ventes et renflouer des comptes pas brillants. C’est complètement con, et quand bien même Charlie Hebdo aurait voulu sciemment susciter le scandale à des fins publicitaires, il n’en reste pas moins que ce journal satirique de tradition anticléricale est tout à fait dans son rôle en caricaturant les religions, y compris la musulmane. L’idée de faire un numéro intitulé Charia Hebdo, dans le contexte de l’automne 2011, était fort bonne, et si j’étais à la place de Charb, je rebaptiserais définitivement ainsi le journal.

Le plus étonnant dans cette histoire, c’est qu’en se focalisant sur une satire anticléricale pourtant très légitime, des gens aussi engagés à gauche que Cyran, Fontenelle, Chollet, Quadruppani ou même Schneidermann sont complètement passés à côté d’un article de ce numéro de Charlie Hebdo qui, lui, était éminemment plus critiquable. Il s’agit d’un article signé Paul Klein intitulé « Mélenchon, le candidat AAAAA ». Le journaliste y dénonce le happening du Parti de Gauche qui avait investi le 21 octobre 2011 le siège parisien de l’agence Moody’s aux cris de « A, A, A, nous ne sommes pas des andouillettes ! ». Apparemment, cette opération n’a pas fait rire Paul Klein. Décidément, entre Klein et Schneidermann, il y en a qui devraient peut-être péter un coup, des fois. Toujours est-il que l’article enchaîne une série de reproches foireux contre Mélenchon, parce qu’il avait osé dire : « L’agence Moody’s prétend qu’elle va surveiller le peuple français, le peuple français l’informe qu’il surveille Moody’s ».

Premier reproche, alambiqué : « Moody’s ne surveille pas le peuple français, mais l’état des finances du gouvernement français ». Mélenchon aurait donc tort. Monsieur Klein n’a apparemment pas compris que cette surveillance vise justement à pousser le gouvernement à ne céder en aucun cas aux revendications sociales du peuple. Il s’agit donc bien, indirectement certes, mais clairement tout de même, d’une surveillance exercée sur le peuple auprès de qui le gouvernement joue le rôle de garde-chiourme au service de l’oligarchie financière et de ses dévouées agences de notation. Un journaliste écrivant dans un journal qui se prétend de gauche devrait le comprendre d’emblée.

Deuxième reproche : « S’il y a donc une action à mener, elle doit viser le gouvernement et non les agences de notation ». Parce que l’un empêcherait l’autre ? Un peu comme si se moquer de la charia empêchait de dénoncer les discriminations subies par des musulmans et faisait des moqueurs d’abominables racistes, en somme… Mélenchon ne réserve-t-il donc ses critiques qu’aux agences de notation et épargne-t-il le gouvernement ou les media ? Sur quelle planète vit donc Monsieur Klein ? Et dès lors que le gouvernement se soumet aux agences de notation, n’est-il pas quelque peu logique et légitime de les attaquer elles aussi ?

Troisième reproche : Mélenchon ose parler « au nom du peuple ». Et Klein de faire sur le champ un parallèle avec la Terreur de 1793 ! Du coup, je me demande si ce Paul Klein ne serait pas en fait Philippe Val revenu incognito à Charlie Hebdo pour dénoncer dans tout discours de gauche une dérive terroriste-antisémite-totalitaire-islamiste (rayez la mention inutile). L’auteur de l’article aura donc oublié que Mélenchon est bel et bien un élu du peuple (député européen et conseiller régional), qu’il est de bon ton chez les élus de parler « au nom du peuple », quand bien-même ils n’en représentent en réalité qu’une fraction, et qu’en l’occurrence la tirade de Mélenchon avait un côté bravache délibérément comique (le petit Parti de Gauche français qui essaie de faire peur au géant Moody’s devant lequel tremblent les gouvernements de ce monde, c’est à l’image du courage désabusé voire désespéré dont font preuve de nos jours les mouvements sociaux).

Quatrième reproche : « les gens qui travaillent chez Moody’s ne sont-ils pas français ? Ne font-ils pas partie du peuple français ? » Paul Klein, décidément obtus, n’a pas compris que Mélenchon et ses camarades ne manifestaient pas contre les employés de Moody’s mais contre Moody’s, et il ne lui est pas venu à l’esprit que parmi ces employés, il y avait peut-être des électeurs du Front de Gauche riant sous cape. Car Monsieur Klein l’ignore sans doute, mais toute la gauche n’est pas salariée ou pigiste à Charlie Hebdo. On a même déjà vu des élus de gauche employés du Crédit Lyonnais ou de la Poste, alors pourquoi pas Moody’s ?

Cinquième reproche : « il ne sert à rien de nier qu’il s’agit d’un acte de violence ». Là, on ne peut que se demander si la gauche façon Klein a déjà participé à une lutte sociale. Pour voir dans ce petit happening bon-enfant destiné à mettre les rieurs du côté du Front de Gauche un acte de violence robespierriste, il faut vraiment avoir renoncé à toute forme de lutte. Etre de droite, en somme.

Sixième reproche : « d’un candidat de gauche, on attend un discours qui s’élève au-dessus de la pensée magique (où les agences de notation font figure de fétiches malveillants) ainsi d’ailleurs que du manichéisme opposant les méchants Américains menaçant la paix du monde aux gentils Chinois, victimes des Tibétains ». A nouveau, Paul Klein ne voit donc pas que les agences de notation sont des acteurs parmi d’autres du coup d’Etat financier qui s’opère sous nos yeux, et que les dénoncer n’empêche pas de critiquer l’ensemble du mécanisme, ce que le candidat du Front de Gauche ne manque assurément pas de faire aussi. En revanche, faire de Mélenchon un pro-chinois anti-américain primaire relève de la désinformation. Dans un livre* paru en 2010, Mélenchon écrivait, certes, que « la relation [avec la Chine] peut être plus équilibrée et stimulante qu’avec l’empire en déclin technique des États-Unis ». Et d’ajouter : « Que le régime chinois ne nous convienne pas est une chose. Que le capitalisme y fasse des ravages, de même. Mais que ce soit le prétexte pour laisser les seuls États-Unis s’accorder directement avec lui dans le cadre d’un G2 dorénavant très visible est une immense faute politique ». Une telle realpolitik ne fait peut-être pas rêver, et elle peut être critiquée. Mais le rééquilibrage des relations extérieures de la France prônée par Mélenchon ne fait pas de lui un admirateur béat du régime chinois. Quant au Tibet, Klein fait sans doute allusion aux propos tenus par Mélenchon à la télévision sur le plateau de Laurent Ruquier en 2008. Mais qu’a-t-il dit au juste ? Que le servage et la théocratie bouddhiste qui sévissaient au Tibet avant 1959 n’étaient pas meilleurs que la domination chinoise qui s’y est rétablie depuis (et qui remontait en fait au XIVe siècle), et qu’il est illusoire de penser qu’on puisse obliger aujourd’hui la Chine à renoncer à « 25% de son territoire ». Bref, on peut éventuellement reprocher à Mélenchon une trop grande indulgence vis à vis de la Chine, mais un journal qui dénonce l’horreur et l’absurdité de l’application de la loi coranique devrait être un peu plus sensible à la critique d’une autre charia, même si l’obscurantisme bouddhiste a bizarrement meilleure presse en Occident que l’Islam le plus modéré.

A la fin de son article, Paul Klein profère enfin une énormité : « La crise actuelle vient de la pression que les marchés financiers font peser sur les États. Ces marchés n’ont pas besoin d’agences de notation pour mettre la France sous pression ». Or, les agences de notation sont précisément un des instruments grâce auxquels les marchés financiers exercent leur « pression » sur les États, et donc sur les peuples. Pourquoi s’interdire dès lors de dénoncer ces agences, même « à coups d’andouillettes » ? Ces andouillettes qui décidément n’ont pas fait rire Monsieur Klein n’étaient pourtant pas halal.

Charlie Hebdo journal islamophobe et raciste ? Cut the crap ! Charlie Hebdo reste un journal satirique anticlérical, voilà tout. Mais l’article de Paul Klein montre que l’esprit de Val hante toujours ce journal, qui reste capable donc, bien qu’il se revendique de gauche, du même délire antisocial et contre-révolutionnaire qui a permis jadis à Philippe Val de conquérir les beaux esprits germanopratins, si bien que celui qui se prenait pour Montaigne a fini comme Besson.

A bas Charlie Hebdo, vive Charia Hebdo !

* Jean-Luc Mélenchon, Qu’ils s’en aillent tous !, Flammarion, 2010.

Assez d’innovation, plus de révolution !

C’est donc officiel : François Hollande sera bien le candidat de l’ex-PS aux élections présidentielles de 2012 (et non le candidat « de la gauche », malgré ce qu’affirmaient certaines affiches durant la campagne des primaires). La prophétie auto-réalisatrice des sondages faisandés peut donc s’accomplir et, si les 17% du démondialisateur Montebourg ont quand même constitué une bonne nouvelle (pour Mélenchon du moins), il est indéniable que ce n’est pas le candidat le plus à gauche qui se trouve ainsi désigné. Nous ne céderons pas pour autant à la mode de le traiter de « Flanby », car s’il est vrai en revanche que Sarkozy est bien un tout petit président de l’ex-République, il est trop tôt encore pour dire si Hollande se révélera, une fois le pouvoir éventuellement conquis, d’une gauche plus « molle » que les Mitterrand, Delors, Fabius, Bérégovoy, Jospin, DSK, Aubry… qui furent par le passé si rarement durs avec les marchés.

Nous nous pencherons plutôt sur un détail inquiétant, déjà ancien, mais relayé par François Hollande lui-même dans une interview publiée par Charlie-Hebdo le 19 octobre 2011, et qui nous révèle un François Hollande bonne poire d’Apple.

« Moi-même, dans mon propre département, j’ai mis une tablette numérique iPad à disposition de tous les élèves de collège. Tous. C’est une façon de participer à une innovation pédagogique et de lutter contre les inégalités, en aidant des familles qui n’ont pas les moyens d’acquérir ce matériel. Quand je vois que les Hauts-de-Seine distribuent un ou deux iPad par collège, et que moi, qui ai hérité du département le plus endetté de France, je fais distribuer un iPad par collégien, je me dis que quand on veut on peut ».

L’ex-Steve Jobs s’en frotterait les mains, s’il était encore de ce monde. Cette opération « Ordicollèges », en effet, ne coûterait peut-être pas 1,5 millions d’euros au Conseil Général de Corrèze si Hollande n’avait pas choisi la très chère tablette numérique d’Apple (alors qu’il existe même une marque concurrente française d’un meilleur rapport qualité/prix, comme s’en étonnait déjà Claude Soula le 20 novembre 2010). Sur son propre site de député, Hollande relaie pourtant sans vergogne la propagande servie par un cadre d’Apple :

« L’iPad est de loin la meilleure manière pour les élèves d’expérimenter le web, l’email, les photos et la vidéo, et avec plus de 40 000 applications iPad disponibles, l’iPad transforme la façon dont les professeurs enseignent et dont les élèves étudient ».

Sauf que non. L’iPad est peut-être un joli gadget, très fun, très mode, très tendance… mais c’est un attrape-cons inutile complètement verrouillé : la plupart des « 40000 applications » sont payantes et n’ont aucun intérêt pédagogique. D’ailleurs, la « pédagogie » n’a pas tant besoin d’innovation (terme de la novlangue de droite qui vise à masquer sous un pseudo-modernisme un réel conservatisme) que de moyens humains (ce que le candidat Hollande a d’ailleurs le mérite de promettre de rétablir dans l’Education nationale). Et ce n’est peut-être pas à une entreprise qui pollue la Chine et y fait exploiter des quasi-esclaves de « transformer la façon dont les professeurs enseignent et dont les élèves étudient ».

Le rôle d’un Conseil Général est-il de transformer les élèves de collège et leurs profs en clients captifs d’un produit qui sera déjà totalement obsolète au bout de trois ans (et bien sûr incompatible avec les futures applications) ? Non. L’iPad est-il vraiment le meilleur outil qui soit pour « expérimenter le web, l’email, les photos et la vidéo » ? Non plus. L’iPad ne servira à rien à qui n’a pas déjà un ordinateur (équipé d’iTunes) et une connexion internet. Un portable ou un netbook librement configurable, adapté à des formats de fichiers ouverts et équipé de logiciels libres aurait été un investissement infiniment moins coûteux, plus utile, plus durable et plus éthique pour faire accéder l’ensemble des élèves à l’informatique.

En courant ainsi après l’exemple des Hauts-de-Seine (le richissime département naguère géré par Sarko ou Pasqua), en se faisant ainsi le VRP d’Apple avec l’argent du « département le plus endetté de France », Hollande se montre vraiment pomme à l’eau. Ce n’est pas de bon augure pour la suite, hélas.

Assez d’innovation, camarade Hollande, et plus de révolution !

On a dépassé la vitesse des Lumières

L’événement pourrait bouleverser la théorie de la relativité : une équipe de chercheurs a observé un faisceau de neutrinos dont la vitesse dépasse celle de la lumière, pourtant considérée comme indépassable depuis Einstein.

Pourtant, certains indices laissaient soupçonner depuis longtemps que cette limite pouvait être franchie : la connerie de droite, en effet, a toujours été plus rapide que les Lumières. Par exemple, t’as même pas eu le temps de relire Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Diderot, Condorcet… que déjà Hortefeux a réussi à sortir une blague raciste, que Guéant a expulsé une centaine de Roms, que Djourhi, Bourgi et Takieddine ont prélevé leurs rétro-commissions, que Fillon a cassé les retraites, que Vanneste, Mariton, Luca et autres réacs rances ont mis tout le monde au garde-à-vous parce qu’on n’est pas des pédés, et que Sarko a remis les clés du pays aux agences de notation…

Oui, la connerie de droite est vraiment plus rapide que les Lumières. Au point qu’on aimerait bien que le CERN nous fabrique un jour un décélérateur de particules.

Aux armes !

Lu sur le site de France-Info :

L’UMP veut que les Français fassent « allégeance aux armes de la France ». Tout Français prêterait serment, au moment de sa majorité ou de sa naturalisation. C’est l’une des 29 propositions que l’UMP doit présenter lors de sa convention sur la défense nationale. (…) Que propose le parti présidentiel ? Que chaque Français fasse, à sa majorité ou lors de sa naturalisation, “allégeance aux armes de la France”. Un engagement solennel, pendant lequel hommes et femmes promettraient de combattre du côté de la France en cas de conflit armé. Comme aux Etats-Unis.

Il est évidemment bien peu probable que l’UMP aille au bout d’une telle proposition, dont même les plus naïfs comprendront aisément qu’elle n’est destinée qu’à séduire l’électorat facho. Même le ministre de la Guerre Défense, Gérard Longuet, pourtant ancien membre du groupuscule d’extrême-droite Occident, se dit « un peu gêné ». C’est dire.

Pourtant, l’idée n’est pas à rejeter entièrement. Ce qui est bien sûr très gênant, c’est l’allégeance aux armes de la France nationale-sarkozyste, mais demander aux Français de prêter serment d’allégeance aux armes de la liberté et de l’égalité sociale contre le coup d’Etat de l’oligarchie financière dont le petit président de l’ex-République n’est que le valet ridicule, vulgaire et colérique, voilà qui aurait de la gueule ! Prenons aux mots cette vieille ganache moisie d’Hervé Mariton, à l’origine de cette lumineuse proposition, et faisons même quelques emprunts à la très violente Marseillaise dont l’écho pourrait redonner un peu de courage au peuple : Aux armes, citoyens ! Contre nous de la tyrannie des marchés ! Tremblez tyrans ! Marchons ! Marchons ! Qu’un sang impur abreuve les agences de notation !

Si néanmoins la clique nationale-sarkozyste devait mettre ses fantasmes militaristes à exécution, il serait utile de lui fredonner une autre mélodie, extraite de l’Internationale cette fois :

Les Rois nous saoulaient de fumées,
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
A faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

A bon entendeur salauds !

De la putification (4)

Voici deux informations qui n’ont guère eu d’échos en France en dehors des pages « people » ou « santé » de la presse de caniveau, l’ex-presse « sérieuse » préférant sans doute, comme Marianne, dans son édition du 6 août 2011, se poser des questions politiques essentielles telles que : « Royal-Hollande, et s’ils se réconciliaient… » Cut the crap !

La première information (répercutée entre autres par des torchons comme 20 minutes, France-Soir, Le Figaro…) nous apprend qu’une gamine de 10 ans a fait des photos « glamour » dans le magazine Vogue. Notons que c’est surtout une photo en particulier qui a scandalisé le monde anglo-saxon. On y voit l’enfant en « mannequin sur-maquillée, au regard provocateur, assise nonchalamment au milieu de coussins en léopard ». Ce petit scandale permet de s’interroger sur la « mode de l’hypersexualisation des enfants ». Car si la mère de cette victime de la putification est elle-même une habituée de la télé-poubelle, ce phénomène n’est pas pour autant circonscrit au monde débile des people. Il suffit de taper le nom de la fillette dans un moteur de recherche pour tomber sur des dizaines de photographies, où celle-ci apparaît systématiquement comme un objet affublé des atours, des poses et des mimiques de l’esthétique putifiée en vigueur depuis plusieurs années dans le monde de la mode et du show biz. Et même la presse de caniveau britannique, experte en putification, souligne que ce cas n’est pas isolé. Par exemple, les marques Marc Jacobs et Miu Miu ont chacune leur égérie pré-adolescente posant en femme fatale. Aujourd’hui, les vêtements pour enfants, surtout lorsqu’ils sont bon marché, portent l’empreinte de la putification la plus vulgaire, au point qu’il devient impossible à une famille modeste d’habiller une petite fille autrement qu’en mini-pute. Bientôt, les vraies prostituées devront-elles porter la burqa pour se distinguer des femmes ordinaires et aguicher les Caubère peut-être déjà blasés par une hypersexualisation devenue norme ?

Certes, en 1976 déjà, Alan Parker faisait jouer des rôles d’adultes à des enfants dans le film Bugsy Malone. Mais il s’agissait plutôt de créer ainsi un effet comique, et le contexte n’était pas celui d’une esthétique universellement putifiée. On ne vendait pas de strings aux petites filles, à qui on n’apprenait pas qu’une femme ne peut réussir socialement qu’en se servant de son corps ou en épousant un homme riche. Au contraire, c’était l’époque de la conquête du droit des femmes à disposer de leur corps, et du combat féministe qui traquait les phallocrates jusqu’au sein des mouvements contestataires eux-mêmes.

De nos jours, les petites filles sont gavées d’histoires de princesses stupides et ont pour modèles les stars putifiées de la télé-réalité ou les mannequins de mode. Ce qui nous amène à cette deuxième information selon laquelle les cas d’anorexie d’enfants se multiplient, particulièrement en Angleterre (pays qui a depuis l’époque Thatcher gardé une longueur d’avance dans la déliquescence). Selon l’organe de propagande nationale-sarkozyste qui s’est fait l’écho d’une enquête publiée outre-Manche, « pour les experts britanniques, la multiplication de ces cas d’anorexie précoce serait en partie, comme chez les adolescents et les jeunes adultes, liée à la pression sociale et aux images idéalisées des mannequins et célébrités à la limite de la maigreur qui font la une des médias. » Des médecins français, quant à eux, ont relevé des cas de petites filles qui commencent des régimes dès l’âge de 9 ou 10 ans. Ce n’est sans doute pas par désir de suivre la voie de Gisèle Halimi ou Simone de Beauvoir.

La connerie souriante des émoticonnes

Dans un entretien publié le 28 juillet 2011 sur le site Atlantico (lien retweeté par @PartiPirate — merci de la trouvaille), le sociologue Vincenzo Susca prétend que « le smiley fait exploser les codes bourgeois de l’écriture ».

Alors, t’es gentil, camarade (puisqu’on fait exploser les codes bourgeois, je me permets de t’appeler « camarade », tu permets ?), mais l’écriture sans smiley à la con, c’est pas un « code bourgeois », c’est une mise en forme du λόγος (logos) qui s’est développée des siècles avant que le premier bourgeois n’ait accaparé sa première plus-value. Tout au plus pourrait-on dire que l’usage des smileys (ou émoticônes) s’apparente à un retour (très relatif) au logogramme, favorisé par l’émergence d’internet, véritable tour de Babel où la rationalisation alphabétique se heurte à la multitude des langues. On le voit bien aussi avec l’usage fréquent de l’esperluette (« & ») et de l’arobase (« @ ») devenus des signes universels.  Mais si vraiment la mondialisation numérique des échanges écrits devait entraîner un abandon progressif du système alphabétique au profit des idéogrammes et pictogrammes, on peut se demander si l’humanité ne gagnerait pas à se convertir plutôt aux sinogrammes déjà utilisés par environ un quart des habitants de la planète. Les quelque 3000 signes mémorisés par un Chinois ou un Japonais pour lire et écrire le langage courant sont à mettre en parallèle avec la soixantaine de smileys hideux intégrés dans la dernière version d’Unicode (et dont moins d’une dizaine sont couramment utilisés). Autrement dit, si les internautes utilisent les smileys plutôt que les sinogrammes, c’est vraiment, pour le coup, parce qu’ils n’ont rien de complexe à signifier (poil au nez).

Du coup, on peut se demander si le camarade Susca, du haut de son statut d’éminent chercheur et maître de conférence en sociologie de l’imaginaire, n’est pas en train de nous faire tout simplement l’apologie de la bêtise du monde tel qu’il est, participant ainsi, peut-être inconsciemment, à « la fabrication du consentement » (pour reprendre l’expression de Noam Chomsky et Edward Herman), ou à « la propagande du quotidien » (pour reprendre celle d’Eric Hazan). Décortiquons :

Le smiley est l’une des formes élémentaires de l’écriture numérique, l’élément grammatical de base. On ne peut pas s’en passer. C’est le visage, l’émotion de celui qui l’écrit.

Aurons-nous la cruauté de révéler au camarade Susca que quelques internautes, néanmoins, persistent à s’en passer le plus souvent ? Nous ne sommes sans doute pas majoritaires, certes, et peut-être même sommes-nous en voie d’extinction, mais avec l’augmentation de l’espérance de vie dans les pays développés, il est à craindre que nous sévissions encore quelque temps. Et puis, si deux points soulignés d’un demi-cercle à l’intérieur d’un rond jaune sont « le visage, l’émotion de celui qui l’écrit », on peut se demander si le robot qui s’exprime ainsi sait réellement quelque chose des émotions dont la complexité et les nuances ne sauraient être exprimées par une dizaine de petits dessins.

Il faut dire que le web est l’endroit où l’on voit de plus en plus la rencontre des corps. Dans le web, le corps est le message. Ce n’est pas un hasard si l’érotisme ou la pornographie y sont privilégiées.

C’est marrant, moi à vue de nez, j’aurais plutôt dit que « l’érotisme ou la pornographie » sur internet étaient surtout une conséquence des frustrations qui découlent de la domination masculine, du poids persistant de la morale religieuse (judéo-chrétienne, islamique ou autre), de la putification capitaliste, de l’atomisation des individus privés de leurs liens de classe, de l’aliénation par le travail qui prive les hommes et les femmes de temps libre et de disponibilité affective et sexuelle, mais aussi de l’appauvrissement généralisé du langage, dont les causes sont multiples, mais dont les conséquences sont l’incommunicabilité entre les individus (ce qui n’aide pas à baiser). Dans ton cul le smiley !

(…) On peut donc résumer en disant que le smiley est le degré zéro de l’écriture car il s’agit de l’expression des corps, en tant que sensibilité. Mieux encore, je dirais qu’il s’agit là de l’inversion de la hierarchie entre le verbe et la chair. Le smiley est l’écriture de la chair, le langage de l’émotion publique et non de l’opinion publique héritée par la culture bourgeoise et moderne.

Tu t’emballes, camarade ! Que le smiley soit le degré zéro de l’écriture, c’est incontestable, mais de là à en faire une « expression des corps », une « écriture de la chair », alors là, non ! Aucun corps, aucune chair, ne ressemble à ça, ni ne s’exprime comme ça. Tu aurais fait l’analogie avec les masques archétypaux du théâtre antique, là je dis pas. Ça pouvait se tenir, à la rigueur, encore que ces masques permettaient surtout d’identifier de loin des personnages (et d’amplifier la voix des acteurs), à charge pour le public de se concentrer ensuite sur leur discours oral et gestuel. Quant à l’opposition entre « émotion publique » et « opinion publique héritée par la culture bourgeoise et moderne », elle oublie carrément la δόξα (doxa) grecque, par exemple, bien antérieure à l’essor de la « culture bourgeoise ». Et puis pourquoi négliger aussi la possibilité d’une opinion publique populaire, critique du modèle bourgeois, et s’appuyant néanmoins sur la rationalité et l’intellect ? Le langage complexe, au vocabulaire riche, structuré par une grammaire, une syntaxe et une orthographe rationnelles, produits d’une histoire longue, serait l’apanage de la bourgeoisie ? Et le populo, lui, devrait se contenter de petits Mickeys clignotant pour faire causer sa « chair » (parce que son cerveau, hein, ça doit pas lui servir beaucoup pour obéir au patron ou pointer au chômage) ? N’y aurait-il pas en fait chez notre universitaire s’extasiant devant le « degré zéro de l’écriture » un certain mépris de classe ? Je vous le demande.

Plus loin, l’interviewer pose pourtant une bonne question :

Comment analyser l’évolution historique du smiley ? Né dans le monde de l’entreprise dans les années 1960, il avait pour but d’améliorer le moral des employés. Puis, il a été remis au goût du jour par le mouvement techno, trente ans plus tard : on pouvait le voir sur certaines pilules d’ecstasy, par exemple…

Mais la réponse du camarade Susca est affligeante :

C’est intéressant. Cela montre bien les détournements effectués par la culture électronique. La communauté, via les rapports sociaux électroniques, ont [sic] détourné le smiley pour le changer en moyen d’expression d’une sensibilité ludique et festive. Elle a détourné les instruments de travail, de production et de pédagogie pour les transformer en spectacle, en forme d’amusement afin de célébrer un « nous » joyeux. Il s’agit donc du détournement du travail vers la fête.

Bien entendu, le fait que cela soit aussi lié à l’univers de l’extase – je pense ici à l’ecstasy – montre une certaine forme d’excès. Cela renvoie finalement au carnaval, au dédoublement des sens, à quelque chose de très joyeux, mais aussi de dangereux puisque l’individu se perd dans quelque chose de plus grand que lui.

Eh oui ! Notre sympathique chercheur tombe ici dans le panneau de « l’inversion concrète de la vie » par quoi Guy Debord définissait justement le « Spectacle » : il croit (ou veut nous faire croire) que le smiley caractérise un « détournement du travail vers la fête » par la « culture électronique », alors que précisément, le smiley caractérise l’inverse : un « détournement de la fête vers le travail » par intériorisation des seuls modes de communication autorisés par la société spectaculaire-marchande. La sous-culture électronique du smiley (créé à l’origine par « le monde de l’entreprise ») est ce que le capitalisme laisse au peuple afin qu’il puisse « s’amuser » avec son instrument de travail, c’est-à-dire afin qu’il soit encore d’une certaine manière dans le travail même lorsqu’il fait la « fête », fête qui perd ainsi tout aspect libératoire. Il faut que le peuple, qui a toutes les raisons objectives d’être malheureux, soit absolument « joyeux » (on lui vendra les drogues nécessaires à ce bonheur factice, même si cela montre « une certaine forme d’excès », revers de cette souriante médaille). Il faut que le peuple, qu’on exploite jusqu’au trognon, ne puisse plus inventer de formes vraiment « ludiques » d’expression comme la grève, la manifestation, la séquestration de patron, l’occupation d’usine, l’insurrection, la révolution… parce que c’est un petit peu vieux jeu, sans doute, comme « amusement », (et assurément trop dangereux pour l’ordre établi). Il ne faut plus que le peuple puisse exprimer son malaise, sa dépression, son désespoir, sa fatigue (un ecsta et ça repart ! — et de nos jours, c’est plutôt la cocaïne qui se démocratise, d’ailleurs). C’est sûr qu’avec une dizaine de smileys dans ton disque dur, tu vas avoir du mal à faire autre chose que célébrer ce « nous joyeux » qui remplit le camarade Susca d’extase. Sauf que ce « nous joyeux », c’est pas vraiment un « nous » : essaie d’organiser une vraie action collective avec des zombies défoncés à l’ecsta ou à la coke et ne sachant s’exprimer que par onomatopées (à l’oral) ou par smileys (à l’écrit) ! Et puis, ce « nous », il est pas vraiment si « joyeux » que ça, même s’il n’a plus les outils pour exprimer autre chose qu’un bonheur forcé, ce qui fait que nombre d’individus risquent de « se perdre dans quelque chose de plus grand » qu’eux, doux euphémisme pour dire qu’ils finissent carrément à la rue, à l’asile ou à la morgue. Ô joie ludique et festive !

Nouvelle bonne question :

Ne marque-t-il pas aussi la fin de l’ironie dans les échanges par écrit, un manque de subtilité ?

La réponse vaut son pesant du pillules qui font danser :

On se fourvoie en disant que les cultures contemporaines sont « débiles », si vous me passez l’expression. En réalité, derrière chaque smiley, il y a une histoire. Derrière chaque forme de communication ponctuée par un smiley, il existe du secret, du mystère, des subtilités que seuls les membres de la « tribu » concernée peuvent comprendre.

Là, on se dit qu’il a dû prendre des trucs vachement forts et carrément hallucinogènes, le Vincenzo. Gare à la descente !

Il y a de la récréation et de la recréation qui se joue là-dedans, notamment au sein des jeunes générations qui arrivent à communiquer avec cinq personnes à la fois tout en jouant à un jeu vidéo et en faisant leurs devoirs en même temps. Les générations plus âgées sont incapables de faire cela.

Le problème, c’est que les « jeunes générations », pas plus que les « générations plus âgées », ne sont vraiment capables « de faire cela », en réalité. Parce que : 1) elles jouent à des jeux vidéos à la place de faire leurs devoirs et non en même temps (il y a d’ailleurs sans doute déjà des huiles au ministère de l’ex-Education nationale qui réfléchissent à comment transformer les cours en jeux vidéos « ludiques » aimablement sponsorisés par qui de droit) ; 2) elles ne communiquent pas avec 5 personnes à la fois, elles échangent des smileys et des borborygmes avec 5 personnes à la fois, ce que les « générations plus âgées » sont parfaitement à même de faire aussi pour peu qu’elles renoncent justement à communiquer avec le langage des êtres humains et à énoncer des messages complexes. Si tumkroipa c kta r1 piG 🙂 MDR !!! D’ailleurs, en cherchant bien, on peut trouver des vieux qui ne savent pas écrire (beaucoup de cadres, de chefs d’entreprise…) mais aussi des jeunes qui s’expriment par phrases complexes, même à l’écrit. J’en ai même déjà vu qui savaient accorder un participe passé avec le complément d’objet direct lorsque celui-ci est situé avant l’auxiliaire avoir et qui n’avaient que mépris pour les smileys et autres kikoo, lol

Ce n’est pas fini :

Auparavant, le travail et le politique étaient les moteurs de la société. Désormais, c’est l’inverse : ce sont les rapports sociétaux de base qui développent des formes culturelles, qui se propagent ensuite dans les sphères du travail ou du politique. Le smiley est donc l’un des éléments du feu sacré du quotidien.

Pourtant, l’interwiever avait bien rappelé plus haut que le smiley venait du « monde de l’entreprise », ce qui montre exactement l’inverse de la plaisante inversion qu’a cru dénicher Susca. Ces « formes culturelles » sont bien venues des « sphères du travail » pour modeler les « rapports sociétaux » de manière à en extirper toute dimension « politique ». Quant au « feu sacré du quotidien », « tu sais où tu peux te le mettre ? » te diront sans doute les victimes de la folie économique non contenue par le politique (avec un bon gros bras d’honneur en guise de smiley).

On constate ainsi que le travail et le politique essayent de résister, de survivre malgré leur obsolescence en martyrisant les formes de communication sensibles issues du réseau numérique.

graffiti
Graffiti de Guy Debord (1953)

C’est vrai, ne martyrisons plus les gentils smileys ! Plus sérieusement, « l’obsolescence » du politique est un vœu pieu, camarade. Les révolutions arabes et le mouvement des Indignés montrent au contraire un retour du politique qui, cette fois, il est vrai, a su « détourner » les instruments de communication modernes à son profit.
Quant à « l’obsolescence » du travail, on y travaille, merci.

Question :

Le smiley serait donc le symbole du combat qui oppose Internet au pouvoir politique ?

Réponse hilarante :

Absolument. Mais ce n’est pas un combat révolutionnaire. Ce combat se joue sur un mode ludique, sur le mode de la fête. Ce n’est pas une guerre. Internet est alternatif au pouvoir politique, bien-sûr. Mais son but n’est pas de s’opposer à celui-ci. Il s’agit d’un monde qui n’a pas besoin de s’opposer au système pour exister, mais dessine des formes d’autonomie douées de mythes, dieux et émotions propres, ainsi que de ses propres formes de pouvoir (…).

Mais si, il y a une guerre, sur internet, comme ailleurs. C’est une guerre sociale menée par l’oligarchie capitaliste contre l’ensemble de la planète. Internet n’est pas « alternatif au pouvoir politique ». La seule alternative à un pouvoir politique, c’est un autre pouvoir politique (par exemple un pouvoir qui appartiendrait vraiment au peuple). Internet n’est pas un pouvoir, c’est juste un moyen (ou un espace) de communication, mais les forces qui s’affrontent peuvent s’en servir, et cela fait déjà longtemps que le pouvoir économique (bien plus que le pouvoir politique qui n’est plus que son valet) réalise le cauchemar d’Orwell en utilisant les armes de la connerie publicitaire, du nivellement par le bas, de l’appauvrissement du langage, de la putification par le biais, notamment, d’internet, afin d’endormir le peuple et de lui ôter jusqu’à l’idée même de révolte politique et sociale. Il est temps justement de mener un vrai « combat révolutionnaire » contre un système qui nous empêche d’exister. Cela peut se faire aussi grâce à internet, toutes générations confondues. On en perçoit déjà les frémissements. Et pendant ce temps-là, camarade Susca, vas-tu continuer à applaudir en souriant devant 3 smileys ludiques et apolitiques ?

Cut the crap !

Ralliements

Le Comité Périphérique clandestin de Cut the crap avait été très ferme : « Camarade Stal, c’est toi qui vas te charger de la propagande pseudo-virale sur les réseaux antisociaux à la con. Que ni dieu ni maître ne soit avec toi ! ». Ils sont un peu à cheval sur les principes, faut dire, au Comité. C’est pour ça qu’ils me sucrent toujours ma particule quand ils s’adressent à moi. Parce que mon nom, c’est plutôt « de Stal », du fait que par féminisme j’ai pris le nom de famille de ma femme Germaine, et mon prénom c’est Pierre-Joseph, proudhonnement. Il est vrai qu’il ne devrait plus y avoir ni particule ni noblesse depuis l’abolition des privilèges le 4 août 1789. Faudrait en glisser deux mots aussi à la clique bling bling qui se goberge aujourd’hui sur le dos du peuple et dont les privilèges ne sont pas moins indécents que ceux des aristos d’antan. Les prochaines nuits du 4 août répareront peut-être cet oubli ?

Bref, je fus missionné pour faire de l’agitprop communiste libertaire pro-situ féministe sur cette saloperie de Toile à neuneus qu’est devenu internet, prêt à bouffer comme il se doit du facho, du curé, du beauf, du caubère, du patron, du bourgeois, du militaire, de l’énarque, du petit président… mais aussi du socialiste de droite, du social-libéral, du réformiste timide, du stalinien pépère, du trostkyste borné, du gauchiste de salon, de l’écolo verdâtre, du syndicaliste bureaucrate…

Mais au fil de mes pérégrinations sur internet, j’ai surtout rencontré des anarchistes de droite, de ceux qui sont revenus de tout sans jamais être allés nulle part, purs produits de l’esprit dépressif hérité des années 80 (cette décennie* qui ordonna à chacun : « sois un individu » pour mieux interdire au peuple d’être une force collective). Pourtant, dans cet océan d’impuissance aigrie, l’écho d’un nom s’est peu à peu propagé, surfant sur le tumulte du chaos social et ranimant ça et là des espoirs politiques inattendus : Mélenchon !

Ouais, j’entends d’ici les rires…

Ça va, c’est bon, vous pouvez reprendre votre respiration.

C’est vrai que de prime abord, c’est pas évident. Moi même, j’ai comme un vertige de me voir faire ainsi l’apologie d’un Républicain tsoin tsoin, ancien trotskyste, mitterrandiste réformiste, légaliste, ancien ministre, ancien sénateur, ancien apparatchik du PS, adoubé aujourd’hui par un parti communiste en ruine pour une candidature médiatique à une élection piège à cons qui se déroulera dans le cadre d’une République qui était déjà monarchique mais qui est devenue carrément bananière sous le règne du petit Zébulon vulgaire élu en 2007.

Oui mais. Mélenchon a l’éloquence cadencée et il manie la dialectique avec une gouaille rafraîchissante. Il a eu le cran de claquer la porte du PS (à voir dans la série vidéo « Monsieur Mélenchon« ), a apporté un soutien constant aux luttes sociales au sein desquelles les hiérarques socialistes brillaient par leur absence, et a fait preuve d’une réjouissante virulence contre le pouvoir de la finance et contre la bêtise des media… A cela je ne suis pas insensible. Déjà en son temps la création du NPA avait suscité mon intérêt, bien que je n’aie jamais été séduit par les manoeuvres trostkystes : enfin un mouvement se dessinait qui semblait vouloir fédérer différentes composantes de la gauche non libérale et qui pouvait donner un poids politique à la contestation sociale. Mais le NPA a fait flop. Et c’est bien le Front de Gauche qui réussit à présent avec le Parti de Gauche de Mélenchon, mais aussi avec le PCF et d’autres composantes (issues notamment de scissions du NPA ou de la LCR), à créer une force anti-capitaliste et altermondialiste liée au mouvement social et pouvant peser électoralement. Pour qui vient comme moi de l’anarchisme ou de l’extrême-gauche, les partis électoralistes sentent le soufre, mais de même que les élections n’ont aucun intérêt sans lutte sociale, le mouvement social se condamne aujourd’hui à l’impuissance s’il refuse de se servir du levier électoral. L’échec des luttes de ses dernières années malgré de très fortes mobilisations en a donné la preuve. Il vaut mieux laisser la stratégie de la tension à la droite : ceux qui pensent que seul le pire peut entraîner une vraie réaction populaire causeront certes le pire, mais plus personne ne sera ensuite en mesure de réagir. Cela n’en vaut pas La Pen.

C’est une vraie prouesse de la part de Mélenchon que d’avoir réussi à unir des communistes (qui comptent toujours en leur sein un bon paquet de bureaucrates staliniens), des trotskystes, des altermondialistes, des écologistes et des socialistes de gauche, pour créer un nouvel élan militant et obtenir aux dernières élections des scores plus élevés que ceux de l’extrême-gauche traditionnelle. Le grand Soir n’est pas au bout du vote, bien sûr, mais la possibilité de mettre enfin un terme à la casse nationale-sarkozyste n’est pas à négliger. Le programme défendu par la candidature de Mélenchon est un vrai programme de rupture. Il peut bénéficier de l’enracinement du PCF, des relais syndicaux de celui-ci mais aussi des trostkystes, de la radicalité et du foisonnement des groupes et associations engagés dans les luttes sociales et culturelles, de l’apport d’intellectuels critiques… Un bon score électoral obligerait le vainqueur, quel qu’il ou elle soit en 2012, à en tenir compte, ce qui conférerait une nouvelle dynamique aux luttes sociales.

Oui, j’ai fait partie des milliers de personnes qui ont vibré lors du discours de Mélenchon place Stalingrad en entendant son appel à « l’insurrection civique » : « il est fini, le temps de l’éparpillement et de l’impuissance ! (…) ; nous ne sommes pas réunis pour célébrer un candidat, mais notre force collective  (…) ; la saison des tempêtes est revenue dans l’histoire (…) ; il faut changer le régime de la propriété dans ce qui concerne les biens communs d’intérêt général »… Et la référence aux « Robins des bois » qui rétablissent l’électricité à ceux à qui EDF l’avait coupée, à la lutte des « Conti », l’emploi des mots « anticapitaliste », « communiste », et même « libertaire » (!) à côté des plus convenus « républicain », « socialiste », ou « écologiste », voilà qui dénote d’un syncrétisme de gauche assez inhabituel, et en tout cas inédit ces dernières années devant une audience aussi nombreuse.

Et du coup, le Comité Périphérique clandestin de Cut the crap, craignant que je ne succombe au culte de la personnalité, a décidé de lancer un appel solennel aux contributions afin de brider un peu mon enthousiasme. Notre blog doit donc s’ouvrir à de nouveaux rédacteurs (on acceptera aussi les dessinateurs, photographes, musiciens, graveurs sur bois, armuriers, ou sculpteurs de statues du chef…), même s’ils n’ont pas encore succombé à la fièvre mélenchoniste. Il suffit pour cela de nous contacter ici-même (ou via Facebook et Twitter) pour proposer vos idées et contributions.

* Voir François Cusset, La Décennie, éd. La Découverte, 2006.

Cut the crap infiltre les réseaux antisociaux

Nos plus fidèles lecteurs l’auront peut-être remarqué : ce blog jusqu’ici plutôt austère est désormais souillé par la présence de gadgets web 2.0 destinés à accroître si possible notre visibilité et notre audience par le truchement dérisoire de réseaux antisociaux (injustement appelés « réseaux sociaux »), tels Facebook ou Twitter.

Ces réseaux sont des produits marketing créés par d’ineptes geeks boutonneux dénués de conscience politique, tels l’infâme Mark Zuckerberg, avec l’appui de business angels et de « capital-risqueurs » avides et profiteurs. Malgré une image qui se veut fun, cool et branchée, leur but est la collecte de données personnelles revendues ensuite à des tiers, ce qui est assez effrayant si l’on considère que de nombreux utilisateurs livrent ainsi en pâture aux bourreurs de crâne publicitaires — mais aussi à la police ! — des renseignements sur leurs moindres faits et gestes. Plus encore que sur le reste du web, ces réseaux antisociaux sont couverts de bruit, celui des épanchements narcissiques et des récits épiques de ces héros des temps modernes qui font caca le matin, mangent lors des repas, prennent des photos de vacances et qui — chose inouïe — étaient tellement mignons lorsqu’ils étaient petits ; le bruit aussi des propos de comptoir et des bêlements des adeptes de la pensée positive qui se souhaitent de « belles journées » alors qu’il serait déjà plaisant qu’une journée fût simplement « bonne » (sinon, on se dirait « beaujour » et non « bonjour », bande de débiles) ; le bruit également des rumeurs les plus folles et des théories du complot les plus paranoïaques, mais aussi des modes les plus imbéciles ; le bruit des misères affectives ou sexuelles qui cherchent désespérément à se toucher sans avoir à faire l’effort de se connaître (ou réciproquement) ; ou encore le bruit des gazouillis ineptes (tweets) véhiculant en quelques mots abrégés sans orthographe ni syntaxe une pensée courte, tronquée ou vide, privée de la richesse du langage ordinaire, et qui devrait être interdite aux plus de 12 ans, même sous forme de SMS.

Non aux SMS
Non au langage SMS (par Cyril Holweck)

 

Le pire, d’ailleurs, c’est que l’information des media officiels emprunte désormais de plus en plus cette voie-là. Souvenons-nous du début de l’affaire DSK et de l’observation faite alors par Télérama :

Dépassées par les évènements, les télévisions et les radios en étaient réduites, comme tout un chacun, à lire Twitter. Sur TF1, Laurence Ferrari n’assumait pas l’origine de ses informations et avouait, sans duper personne, les avoir « reçues par SMS ». Sans scrupule, Olivier Mazerolle, la star de BFM TV, reconnaissait transmettre les messages écrits sur la plateforme par son envoyé spécial Emmanuel Duteil. Même sur France Info, Twitter était cité au même titre qu’une dépêche de l’AFP. Chose impensable il y a encore quelques semaines. Mais après tout, les informations étaient fiables et vérifiables puisque rapportées par de nombreux journalistes.

On peut aussi évoquer Maryse Burgot lisant sur un trottoir de New York devant les caméras de France 2, le 19 mai 2011, les tweets envoyés par son collègue Hakim Abdelkhalek depuis la salle d’audience du tribunal où comparaissait DSK. La télévision se contentant d’être en direct une chambre d’écho pour Twitter, les télé-spectateurs de la chaîne de l’ex-service public pourraient donc faire aisément l’économie de la redevance.

Et pourtant… Facebook et Twitter sont aussi utilisés par des personnalités, des militants, des organisations, des media… de gauche ! Les révolutions arabes et le mouvement des Indignés ont bel et bien utilisé ces outils à des fins contestataires, voire révolutionnaires. Il est donc peut-être possible de tenter d’en faire un usage à la fois critique et utile. Après tout, il n’y a rien de plus con qu’un slogan, mais une manif sans slogan, ça ne casse pas trois pattes à un canard. Peut-être faut-il envisager ces réseaux sous cet angle ? Si Bourdieu avait bien établi que la critique de la télévision ne pouvait être faite à la télévision sans être instantanément récupérée, dévoyée ou vidée de tout contenu, il n’en est peut-être pas forcément de même pour les réseaux antisociaux, bien qu’ils aient aussi leurs propres dispositifs de censure (il n’est par exemple pas permis sur Facebook de créer un compte d’utilisateur au nom de « Cut the crap » ).

Non sans réticence, nous tentons donc l’aventure, prêts à nous enduire nous-mêmes de goudron et de plumes si, au lieu de parvenir à infecter tant soit peu les réseaux antisociaux nous nous laissons finalement contaminer par l’inanité qui y règne le plus souvent. Ainsi, chaque article de notre blog est désormais pourvu d’un bouton « Partager/Marquer » qui permet d’en faire la promotion sur différents réseaux, dont Facebook et Twitter ou même par simple courriel. Les usagers de Facebook pourront aussi nous y retrouver, puisque notre commissaire du peuple chargé de la propagande virale, Pierre-Joseph de Stal, y a ouvert une page Cut the crap. N’hésitez pas à devenir ses camarades (sur Facebook, bizarrement, ça s’appelle des « amis »), et à recommander notre page ou les articles qui y sont relayés en cliquant par exemple sur « j’aime » (étrangement, il n’y a pas de bouton « je déteste »). Vous pouvez aussi y faire des commentaires, y compris négatifs, ce qui est déjà le cas sur le blog, bien sûr. Enfin, nous avons aussi un compte Twitter : @cutzecrap, auquel vous pouvez vous abonner. Nos tweets apparaissent sur la colonne de droite de ce blog.

lol !!! mdr !!! 🙂