Avis aux camarades intoxiqués par la désinformation antivax

J’ai été vacciné contre la covid 19 par deux prises du vaccin Moderna et une prise du vaccin Pfizer en rappel 6 mois plus tard.

Aucun effet secondaire notable, à part une légère douleur au point d’injection pendant 2 ou 3 jours. L’idée de reprendre une 4ème dose dans 6 mois ne me cause aucun souci, car les résultats des essais cliniques et la pharmacovigilance sur des milliards de vaccinés attestent que ces vaccins sont très efficaces, même si leur efficacité est limitée dans le temps, et que les effets secondaires graves sont rarissimes. Me faire vacciner autant qu’il le faudra n’est pas un problème : je me fais déjà vacciner chaque année contre la grippe et je m’en porte très bien. De nombreux vaccins sont déjà obligatoires et nécessitent plusieurs rappels sans que cela pose problème non plus.

Une récente enquête sur Ventavia, une entreprise en charge de 2,28 % des 44000 patients de l’essai de phase 3 du vaccin Pfizer, enquête dont l’auteur n’est d’ailleurs pas d’une crédibilité absolue, ne remet pas en cause, selon Numérama (entre autres), l’efficacité ni l’innocuité du vaccin, qui ont été confirmées par les données en vie réelle (cela dit, il faudra évidemment creuser ces affirmations et punir les responsables s’il se confirme qu’il y a eu des manquements).

Pour les différents troubles enregistrés après vaccination, les chiffres de pharmacovigilance ne montrent aucune surmortalité par rapport à ce qui est attendu en population générale.

“Pour Pfizer, qui représente l’immense majorité des injections, « les décès survenus dans la population de patients de moins de 50 ans n’apportent pas, dans leurs caractéristiques, d’élément en faveur d’un rôle de la vaccination », écrit l’ANSM dans son dernier rapport. Chez les plus de 50 ans, le précédent rapport notait que l’enquête n’avait « apporté aucun élément nouveau au profil de sécurité du vaccin » Pfizer.”

source : Le Dauphiné Libéré

Les charlatans et les fachos qui prétendent le contraire en faisant dire à des données brutes de déclaration d’incident ce qu’elles ne disent pas (et même le contraire de ce qu’on peut en conclure) sont des menteurs et des manipulateurs. Quand on est de gauche, on ne gobe pas ce genre de mensonge, et on ne prend pas pour argent comptant les affirmations de Mme Michu qui dit que le beau-frère du voisin de la cousine de sa collègue est resté dans le coma pendant un mois à cause du vaccin, sans que la presse ait jamais fait mention nulle part d’un tel scoop.

Je prendrai autant de doses qu’il le faudra aussi longtemps qu’il le faudra pour me protéger et contribuer à l’effort collectif pour contenir la circulation du virus et protéger les plus faibles (les immunodéprimés, les personnes à risque, ceux pour qui la vaccination n’est pas efficace…). En effet, les vaccins ont donné de bons résultats pour réduire la circulation des premiers variants du virus. Avec le variant delta, beaucoup plus contagieux, c’est plus compliqué, mais même si les vaccins semblent échouer à empêcher la transmission au sein d’un foyer, ils réduisent un peu les risques d’infection primaire et la durée de celle-ci.

La vaccination coûte cher à la Sécu et enrichit Pfizer ou Moderna ? Certes, et nous devons donc lutter tous ensemble pour la levée des brevets et l’accès des pays pauvres à ces vaccins. La vaccination ne suffira pas à en finir avec la pandémie (les masques et gestes barrières demeurent essentiels), mais elle est un outil essentiel.

Une partie de la gauche sombre hélas aujourd’hui dans un de ses vieux démons : la campisme. De même qu’autrefois des camarades prenaient systématiquement la défense de dictatures totalitaires dites communistes et considéraient comme ami tout régime s’opposant aux Etats-Unis, on en voit aujourd’hui gober goulûment toute propagande aussi mensongère soit-elle pourvu qu’elle ait l’air de s’opposer à Macron. C’est ainsi que Raoult, un mandarin de droite totalement inséré dans le système et soutenu par toute la droite la plus rance ainsi que par le milliardaire Bernard Arnault, a été fantasmé en rebelle durant la crise sanitaire, alors même qu’il rompait avec la science et mettait en danger la vie de patients par des pratiques de charlatan qui se trouvent à présent taxées de crimes contre l’humanité au Brésil où elles ont été promues par le fasciste Bolsonaro. Les liens des covidosceptiques antivax de Réinfocovid avec l’empire anthroposophe et l’extrême-droite ne sont plus à démontrer non plus. La toxicité du blog fRance Soir, propriété de l’affairiste Azalbert, lié à l’extrême-droite Q Anon, n’est plus à démontrer non plus. Et pourtant, nombre de camarades continuent à en relayer les publications ou à en répéter les mensonges.

Pourtant, rien n’oblige à se vautrer dans ce campisme. On peut combattre Macron et son monde ET combattre la fachosphère antivax. Non seulement on le peut, mais on le doit. Les fachos ont toujours été les chiens de garde du système capitaliste, ceux vers qui les capitalistes se tournent pour défendre leurs intérêts quand les contradictions du capitalisme rendent la situation trop incertaine. On ne combat pas le capitalisme en faisant alliance avec les chiens de garde du Capital.

La défense de « la liberté » contre l’obligation vaccinale n’est pas émancipatrice, car la liberté de laisser circuler un virus qui a déjà fait plus de 5 millions de morts et des millions d’invalides n’est autre que la liberté du renard libre dans le poulailler libre chère aux libéraux. Le principe de l’obligation vaccinale sur tout ou partie de la population n’est pas contestable : c’est une mesure d’intérêt général. Là où la contestation peut se porter, quand on est de gauche, c’est contre la privatisation de cette obligation mise en place par le pass sanitaire de Macron, laissant peser sur des décision individuelles et sur des contrôles exercés par des commerçants, ce qui devrait relever de la responsabilité de l’Etat. Il est tout à fait nécessaire aussi de critiquer la façon dont le monarque Macron décide solitairement des mesures sanitaires, le plus souvent lorsqu’il est trop tard, la brutalité de la décision ne servant en définitive qu’à compenser son côté insuffisant, improvisé et tardif. Et il est bien évidemment plus que jamais nécessaire de critiquer la déliquescence de l’hôpital public, l’absence de moyens mobilisés contre la pandémie et l’absence de taxation des plus riches pour financer la politique sanitaire.

Mais rien ne justifie de vouer un culte à un charlatan, de répéter des sornettes réactionnaires et obscurantistes ni de défiler avec des fachos derrière des slogans antivax.

Auteur/autrice : Serge Victor

Militant de gauche, écosocialiste, féministe, autogestionnaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.