Concurrence

« […] l’Antisocial plaide invariablement l’intérêt des consommateurs pour promouvoir la privatisation massive des monopoles d’Etat que sont généralement nos services publics. Or, en réalité, dans certains cas Léon Walras [économiste du XIXe siècle théoricien de la libre-concurrence] lui-même recommande le monopole d’Etat et refuse les privatisations. Il l’explique dans son analyse de l’économie du chemin de fer [Léon Walras, L’Etat et le chemin de fer, 1875] :

“Une seule conduite peut suffire à desservir toute une population d’eau ou de gaz aussi bien que dix conduites ; une seule route peut suffire à la même circulation de voyageurs et de marchandises que dix routes. […] Il y a là, J.S. Mill l’a justement remarqué, une circonstance qui met les industries où elle se produit en dehors du principe de la libre concurrence, par la raison que cette libre concurrence ne pourrait s’y exercer que moyennant des frais multipliés de premier établissement tout à fait inutiles en eux-mêmes. Poser un second système de conduites d’eau ou de gaz dans une ville où il y en a déjà un qui pourrait à lui seul répondre à tous les besoins, construire un second réseau de routes dans un pays où il y en a déjà un en état de suffire à lui seul toutes les communications, ce serait une façon absurde de poursuivre le bon marché.”

Suivant le raisonnement de Léon Walras, il existe donc des secteurs de l’économie pour lesquels l’organisation la plus efficiente est d’avoir un seul réseau d’exploitation avec un seul opérateur. Il serait absurde et contre-productif de construire en double des réseaux de circulation d’un point A à un point B : la route, le rail, la distribution d’électricité sont de bons exemples. L’économiste dit aussi que le monopole peut provenir de la détention exclusive du moyen de production : par exemple une mine, une nappe de pétrole, ou encore une source d’eau.

Léon Walras estime en outre que le monopole privé doit toujours être évité, au motif que l’entreprise en profite pour accroître facilement ses profits grâce à des prix déraisonnablement élevés. Il juge donc que tout monopole doit être la propriété de l’Etat […].

Bref, quand l’Antisocial s’appuie sur la pensée économique de Léon Walras pour plaider la transformation de services publics en oligopoles privés, il s’agit bel et bien d’une usurpation. »

Thomas Génolé, Antosocial, La guerre sociale est déclarée, Plon, 2018

Auteur : Serge Victor

Militant de gauche, écosocialiste, féministe, autogestionnaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.