ON NE COMBAT PAS LE MAJORDOME DU CAPITAL EN VOTANT POUR LE CHIEN DE GARDE DU CAPITAL

La question du vote du second tour à l’élection présidentielle 2022 après l’élimination de justesse de la gauche va susciter sans doute des débats jusqu’au 24 avril. Ces débats sont douloureux et légitimes.

Mais il convient de rappeler que les organisations de gauche (au sens large) tiennent des positions qui vont du « barrage anti-Le Pen » (via un vote Macron) au slogan « ni Le Pen ni Macron » en passant par le choix entre abstention, vote blanc (ou nul) et vote Macron. Tous ces choix peuvent être discutés dans la situation terrible que nous vivons. Mais la position commune de toute la gauche est « pas une voix pour Le Pen ». Et soit dit en passant, non, on ne l’appelle pas « Marine », car cette familiarité ne fait qu’euphémiser insidieusement le fascisme. L’héritière Le Pen n’est pas notre copine. Ce n’est pas une sympathique mémère à chats. C’est la fille grande-bourgeoise d’un tortionnaire dont le parti d’extrême-droite a été fondé par d’anciens SS, d’anciens pétainistes, des intégristes cathos et des militants de l’OAS.

Elle est toujours entourée de nazillons et malgré l’intense campagne médiatique de dédiabolisation, bien aidée par l’épouvantail Zemmour, qui aura contribué à l’humaniser, son programme est fait pour nous faire morfler, et ne propose qu’un libéralisme ethnicisé qui n’a rien d’un programme de gauche.

Mathieu Molard : « Si Marine Le Pen est élue, il y aura des violences dans les minutes qui suivent. »

Aux camarades tentés par la fuite en avant fasciste sous prétexte de « tout brûler » (enfin surtout les tentes des exilé.e.s, hein), que ça causerait une « révolution » (lubie que l’histoire a toujours démentie), que Le Pen n’aurait pas de majorité à l’assemblée (c’est mal connaître la 5e République), que ce ne serait pas pire que Macron (les ratonnades et la chasse aux « gauchiasses », les fafs s’y préparent de longue date et ils ne se contenteront pas de crever quelques yeux et d’arracher quelques mains comme sous Macron), que l’héritière Le Pen aurait un programme « social » (la blague), disons ceci :

ON NE COMBAT PAS LE MAJORDOME DU CAPITAL EN VOTANT POUR LE CHIEN DE GARDE DU CAPITAL.

Fraternellement,

No pasaran.

Auteur/autrice : Serge Victor

Militant de gauche, écosocialiste, féministe, autogestionnaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

css.php
%d blogueurs aiment cette page :