Aux armes !

Lu sur le site de France-Info :

L’UMP veut que les Français fassent « allégeance aux armes de la France ». Tout Français prêterait serment, au moment de sa majorité ou de sa naturalisation. C’est l’une des 29 propositions que l’UMP doit présenter lors de sa convention sur la défense nationale. (…) Que propose le parti présidentiel ? Que chaque Français fasse, à sa majorité ou lors de sa naturalisation, “allégeance aux armes de la France”. Un engagement solennel, pendant lequel hommes et femmes promettraient de combattre du côté de la France en cas de conflit armé. Comme aux Etats-Unis.

Il est évidemment bien peu probable que l’UMP aille au bout d’une telle proposition, dont même les plus naïfs comprendront aisément qu’elle n’est destinée qu’à séduire l’électorat facho. Même le ministre de la Guerre Défense, Gérard Longuet, pourtant ancien membre du groupuscule d’extrême-droite Occident, se dit « un peu gêné ». C’est dire.

Pourtant, l’idée n’est pas à rejeter entièrement. Ce qui est bien sûr très gênant, c’est l’allégeance aux armes de la France nationale-sarkozyste, mais demander aux Français de prêter serment d’allégeance aux armes de la liberté et de l’égalité sociale contre le coup d’Etat de l’oligarchie financière dont le petit président de l’ex-République n’est que le valet ridicule, vulgaire et colérique, voilà qui aurait de la gueule ! Prenons aux mots cette vieille ganache moisie d’Hervé Mariton, à l’origine de cette lumineuse proposition, et faisons même quelques emprunts à la très violente Marseillaise dont l’écho pourrait redonner un peu de courage au peuple : Aux armes, citoyens ! Contre nous de la tyrannie des marchés ! Tremblez tyrans ! Marchons ! Marchons ! Qu’un sang impur abreuve les agences de notation !

Si néanmoins la clique nationale-sarkozyste devait mettre ses fantasmes militaristes à exécution, il serait utile de lui fredonner une autre mélodie, extraite de l’Internationale cette fois :

Les Rois nous saoulaient de fumées,
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
A faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

A bon entendeur salauds !

De la putification (4)

Voici deux informations qui n’ont guère eu d’échos en France en dehors des pages « people » ou « santé » de la presse de caniveau, l’ex-presse « sérieuse » préférant sans doute, comme Marianne, dans son édition du 6 août 2011, se poser des questions politiques essentielles telles que : « Royal-Hollande, et s’ils se réconciliaient… » Cut the crap !

La première information (répercutée entre autres par des torchons comme 20 minutes, France-Soir, Le Figaro…) nous apprend qu’une gamine de 10 ans a fait des photos « glamour » dans le magazine Vogue. Notons que c’est surtout une photo en particulier qui a scandalisé le monde anglo-saxon. On y voit l’enfant en « mannequin sur-maquillée, au regard provocateur, assise nonchalamment au milieu de coussins en léopard ». Ce petit scandale permet de s’interroger sur la « mode de l’hypersexualisation des enfants ». Car si la mère de cette victime de la putification est elle-même une habituée de la télé-poubelle, ce phénomène n’est pas pour autant circonscrit au monde débile des people. Il suffit de taper le nom de la fillette dans un moteur de recherche pour tomber sur des dizaines de photographies, où celle-ci apparaît systématiquement comme un objet affublé des atours, des poses et des mimiques de l’esthétique putifiée en vigueur depuis plusieurs années dans le monde de la mode et du show biz. Et même la presse de caniveau britannique, experte en putification, souligne que ce cas n’est pas isolé. Par exemple, les marques Marc Jacobs et Miu Miu ont chacune leur égérie pré-adolescente posant en femme fatale. Aujourd’hui, les vêtements pour enfants, surtout lorsqu’ils sont bon marché, portent l’empreinte de la putification la plus vulgaire, au point qu’il devient impossible à une famille modeste d’habiller une petite fille autrement qu’en mini-pute. Bientôt, les vraies prostituées devront-elles porter la burqa pour se distinguer des femmes ordinaires et aguicher les Caubère peut-être déjà blasés par une hypersexualisation devenue norme ?

Certes, en 1976 déjà, Alan Parker faisait jouer des rôles d’adultes à des enfants dans le film Bugsy Malone. Mais il s’agissait plutôt de créer ainsi un effet comique, et le contexte n’était pas celui d’une esthétique universellement putifiée. On ne vendait pas de strings aux petites filles, à qui on n’apprenait pas qu’une femme ne peut réussir socialement qu’en se servant de son corps ou en épousant un homme riche. Au contraire, c’était l’époque de la conquête du droit des femmes à disposer de leur corps, et du combat féministe qui traquait les phallocrates jusqu’au sein des mouvements contestataires eux-mêmes.

De nos jours, les petites filles sont gavées d’histoires de princesses stupides et ont pour modèles les stars putifiées de la télé-réalité ou les mannequins de mode. Ce qui nous amène à cette deuxième information selon laquelle les cas d’anorexie d’enfants se multiplient, particulièrement en Angleterre (pays qui a depuis l’époque Thatcher gardé une longueur d’avance dans la déliquescence). Selon l’organe de propagande nationale-sarkozyste qui s’est fait l’écho d’une enquête publiée outre-Manche, « pour les experts britanniques, la multiplication de ces cas d’anorexie précoce serait en partie, comme chez les adolescents et les jeunes adultes, liée à la pression sociale et aux images idéalisées des mannequins et célébrités à la limite de la maigreur qui font la une des médias. » Des médecins français, quant à eux, ont relevé des cas de petites filles qui commencent des régimes dès l’âge de 9 ou 10 ans. Ce n’est sans doute pas par désir de suivre la voie de Gisèle Halimi ou Simone de Beauvoir.

La connerie souriante des émoticonnes

Dans un entretien publié le 28 juillet 2011 sur le site Atlantico (lien retweeté par @PartiPirate — merci de la trouvaille), le sociologue Vincenzo Susca prétend que « le smiley fait exploser les codes bourgeois de l’écriture ».

Alors, t’es gentil, camarade (puisqu’on fait exploser les codes bourgeois, je me permets de t’appeler « camarade », tu permets ?), mais l’écriture sans smiley à la con, c’est pas un « code bourgeois », c’est une mise en forme du λόγος (logos) qui s’est développée des siècles avant que le premier bourgeois n’ait accaparé sa première plus-value. Tout au plus pourrait-on dire que l’usage des smileys (ou émoticônes) s’apparente à un retour (très relatif) au logogramme, favorisé par l’émergence d’internet, véritable tour de Babel où la rationalisation alphabétique se heurte à la multitude des langues. On le voit bien aussi avec l’usage fréquent de l’esperluette (« & ») et de l’arobase (« @ ») devenus des signes universels.  Mais si vraiment la mondialisation numérique des échanges écrits devait entraîner un abandon progressif du système alphabétique au profit des idéogrammes et pictogrammes, on peut se demander si l’humanité ne gagnerait pas à se convertir plutôt aux sinogrammes déjà utilisés par environ un quart des habitants de la planète. Les quelque 3000 signes mémorisés par un Chinois ou un Japonais pour lire et écrire le langage courant sont à mettre en parallèle avec la soixantaine de smileys hideux intégrés dans la dernière version d’Unicode (et dont moins d’une dizaine sont couramment utilisés). Autrement dit, si les internautes utilisent les smileys plutôt que les sinogrammes, c’est vraiment, pour le coup, parce qu’ils n’ont rien de complexe à signifier (poil au nez).

Du coup, on peut se demander si le camarade Susca, du haut de son statut d’éminent chercheur et maître de conférence en sociologie de l’imaginaire, n’est pas en train de nous faire tout simplement l’apologie de la bêtise du monde tel qu’il est, participant ainsi, peut-être inconsciemment, à « la fabrication du consentement » (pour reprendre l’expression de Noam Chomsky et Edward Herman), ou à « la propagande du quotidien » (pour reprendre celle d’Eric Hazan). Décortiquons :

Le smiley est l’une des formes élémentaires de l’écriture numérique, l’élément grammatical de base. On ne peut pas s’en passer. C’est le visage, l’émotion de celui qui l’écrit.

Aurons-nous la cruauté de révéler au camarade Susca que quelques internautes, néanmoins, persistent à s’en passer le plus souvent ? Nous ne sommes sans doute pas majoritaires, certes, et peut-être même sommes-nous en voie d’extinction, mais avec l’augmentation de l’espérance de vie dans les pays développés, il est à craindre que nous sévissions encore quelque temps. Et puis, si deux points soulignés d’un demi-cercle à l’intérieur d’un rond jaune sont « le visage, l’émotion de celui qui l’écrit », on peut se demander si le robot qui s’exprime ainsi sait réellement quelque chose des émotions dont la complexité et les nuances ne sauraient être exprimées par une dizaine de petits dessins.

Il faut dire que le web est l’endroit où l’on voit de plus en plus la rencontre des corps. Dans le web, le corps est le message. Ce n’est pas un hasard si l’érotisme ou la pornographie y sont privilégiées.

C’est marrant, moi à vue de nez, j’aurais plutôt dit que « l’érotisme ou la pornographie » sur internet étaient surtout une conséquence des frustrations qui découlent de la domination masculine, du poids persistant de la morale religieuse (judéo-chrétienne, islamique ou autre), de la putification capitaliste, de l’atomisation des individus privés de leurs liens de classe, de l’aliénation par le travail qui prive les hommes et les femmes de temps libre et de disponibilité affective et sexuelle, mais aussi de l’appauvrissement généralisé du langage, dont les causes sont multiples, mais dont les conséquences sont l’incommunicabilité entre les individus (ce qui n’aide pas à baiser). Dans ton cul le smiley !

(…) On peut donc résumer en disant que le smiley est le degré zéro de l’écriture car il s’agit de l’expression des corps, en tant que sensibilité. Mieux encore, je dirais qu’il s’agit là de l’inversion de la hierarchie entre le verbe et la chair. Le smiley est l’écriture de la chair, le langage de l’émotion publique et non de l’opinion publique héritée par la culture bourgeoise et moderne.

Tu t’emballes, camarade ! Que le smiley soit le degré zéro de l’écriture, c’est incontestable, mais de là à en faire une « expression des corps », une « écriture de la chair », alors là, non ! Aucun corps, aucune chair, ne ressemble à ça, ni ne s’exprime comme ça. Tu aurais fait l’analogie avec les masques archétypaux du théâtre antique, là je dis pas. Ça pouvait se tenir, à la rigueur, encore que ces masques permettaient surtout d’identifier de loin des personnages (et d’amplifier la voix des acteurs), à charge pour le public de se concentrer ensuite sur leur discours oral et gestuel. Quant à l’opposition entre « émotion publique » et « opinion publique héritée par la culture bourgeoise et moderne », elle oublie carrément la δόξα (doxa) grecque, par exemple, bien antérieure à l’essor de la « culture bourgeoise ». Et puis pourquoi négliger aussi la possibilité d’une opinion publique populaire, critique du modèle bourgeois, et s’appuyant néanmoins sur la rationalité et l’intellect ? Le langage complexe, au vocabulaire riche, structuré par une grammaire, une syntaxe et une orthographe rationnelles, produits d’une histoire longue, serait l’apanage de la bourgeoisie ? Et le populo, lui, devrait se contenter de petits Mickeys clignotant pour faire causer sa « chair » (parce que son cerveau, hein, ça doit pas lui servir beaucoup pour obéir au patron ou pointer au chômage) ? N’y aurait-il pas en fait chez notre universitaire s’extasiant devant le « degré zéro de l’écriture » un certain mépris de classe ? Je vous le demande.

Plus loin, l’interviewer pose pourtant une bonne question :

Comment analyser l’évolution historique du smiley ? Né dans le monde de l’entreprise dans les années 1960, il avait pour but d’améliorer le moral des employés. Puis, il a été remis au goût du jour par le mouvement techno, trente ans plus tard : on pouvait le voir sur certaines pilules d’ecstasy, par exemple…

Mais la réponse du camarade Susca est affligeante :

C’est intéressant. Cela montre bien les détournements effectués par la culture électronique. La communauté, via les rapports sociaux électroniques, ont [sic] détourné le smiley pour le changer en moyen d’expression d’une sensibilité ludique et festive. Elle a détourné les instruments de travail, de production et de pédagogie pour les transformer en spectacle, en forme d’amusement afin de célébrer un « nous » joyeux. Il s’agit donc du détournement du travail vers la fête.

Bien entendu, le fait que cela soit aussi lié à l’univers de l’extase – je pense ici à l’ecstasy – montre une certaine forme d’excès. Cela renvoie finalement au carnaval, au dédoublement des sens, à quelque chose de très joyeux, mais aussi de dangereux puisque l’individu se perd dans quelque chose de plus grand que lui.

Eh oui ! Notre sympathique chercheur tombe ici dans le panneau de « l’inversion concrète de la vie » par quoi Guy Debord définissait justement le « Spectacle » : il croit (ou veut nous faire croire) que le smiley caractérise un « détournement du travail vers la fête » par la « culture électronique », alors que précisément, le smiley caractérise l’inverse : un « détournement de la fête vers le travail » par intériorisation des seuls modes de communication autorisés par la société spectaculaire-marchande. La sous-culture électronique du smiley (créé à l’origine par « le monde de l’entreprise ») est ce que le capitalisme laisse au peuple afin qu’il puisse « s’amuser » avec son instrument de travail, c’est-à-dire afin qu’il soit encore d’une certaine manière dans le travail même lorsqu’il fait la « fête », fête qui perd ainsi tout aspect libératoire. Il faut que le peuple, qui a toutes les raisons objectives d’être malheureux, soit absolument « joyeux » (on lui vendra les drogues nécessaires à ce bonheur factice, même si cela montre « une certaine forme d’excès », revers de cette souriante médaille). Il faut que le peuple, qu’on exploite jusqu’au trognon, ne puisse plus inventer de formes vraiment « ludiques » d’expression comme la grève, la manifestation, la séquestration de patron, l’occupation d’usine, l’insurrection, la révolution… parce que c’est un petit peu vieux jeu, sans doute, comme « amusement », (et assurément trop dangereux pour l’ordre établi). Il ne faut plus que le peuple puisse exprimer son malaise, sa dépression, son désespoir, sa fatigue (un ecsta et ça repart ! — et de nos jours, c’est plutôt la cocaïne qui se démocratise, d’ailleurs). C’est sûr qu’avec une dizaine de smileys dans ton disque dur, tu vas avoir du mal à faire autre chose que célébrer ce « nous joyeux » qui remplit le camarade Susca d’extase. Sauf que ce « nous joyeux », c’est pas vraiment un « nous » : essaie d’organiser une vraie action collective avec des zombies défoncés à l’ecsta ou à la coke et ne sachant s’exprimer que par onomatopées (à l’oral) ou par smileys (à l’écrit) ! Et puis, ce « nous », il est pas vraiment si « joyeux » que ça, même s’il n’a plus les outils pour exprimer autre chose qu’un bonheur forcé, ce qui fait que nombre d’individus risquent de « se perdre dans quelque chose de plus grand » qu’eux, doux euphémisme pour dire qu’ils finissent carrément à la rue, à l’asile ou à la morgue. Ô joie ludique et festive !

Nouvelle bonne question :

Ne marque-t-il pas aussi la fin de l’ironie dans les échanges par écrit, un manque de subtilité ?

La réponse vaut son pesant du pillules qui font danser :

On se fourvoie en disant que les cultures contemporaines sont « débiles », si vous me passez l’expression. En réalité, derrière chaque smiley, il y a une histoire. Derrière chaque forme de communication ponctuée par un smiley, il existe du secret, du mystère, des subtilités que seuls les membres de la « tribu » concernée peuvent comprendre.

Là, on se dit qu’il a dû prendre des trucs vachement forts et carrément hallucinogènes, le Vincenzo. Gare à la descente !

Il y a de la récréation et de la recréation qui se joue là-dedans, notamment au sein des jeunes générations qui arrivent à communiquer avec cinq personnes à la fois tout en jouant à un jeu vidéo et en faisant leurs devoirs en même temps. Les générations plus âgées sont incapables de faire cela.

Le problème, c’est que les « jeunes générations », pas plus que les « générations plus âgées », ne sont vraiment capables « de faire cela », en réalité. Parce que : 1) elles jouent à des jeux vidéos à la place de faire leurs devoirs et non en même temps (il y a d’ailleurs sans doute déjà des huiles au ministère de l’ex-Education nationale qui réfléchissent à comment transformer les cours en jeux vidéos « ludiques » aimablement sponsorisés par qui de droit) ; 2) elles ne communiquent pas avec 5 personnes à la fois, elles échangent des smileys et des borborygmes avec 5 personnes à la fois, ce que les « générations plus âgées » sont parfaitement à même de faire aussi pour peu qu’elles renoncent justement à communiquer avec le langage des êtres humains et à énoncer des messages complexes. Si tumkroipa c kta r1 piG 🙂 MDR !!! D’ailleurs, en cherchant bien, on peut trouver des vieux qui ne savent pas écrire (beaucoup de cadres, de chefs d’entreprise…) mais aussi des jeunes qui s’expriment par phrases complexes, même à l’écrit. J’en ai même déjà vu qui savaient accorder un participe passé avec le complément d’objet direct lorsque celui-ci est situé avant l’auxiliaire avoir et qui n’avaient que mépris pour les smileys et autres kikoo, lol

Ce n’est pas fini :

Auparavant, le travail et le politique étaient les moteurs de la société. Désormais, c’est l’inverse : ce sont les rapports sociétaux de base qui développent des formes culturelles, qui se propagent ensuite dans les sphères du travail ou du politique. Le smiley est donc l’un des éléments du feu sacré du quotidien.

Pourtant, l’interwiever avait bien rappelé plus haut que le smiley venait du « monde de l’entreprise », ce qui montre exactement l’inverse de la plaisante inversion qu’a cru dénicher Susca. Ces « formes culturelles » sont bien venues des « sphères du travail » pour modeler les « rapports sociétaux » de manière à en extirper toute dimension « politique ». Quant au « feu sacré du quotidien », « tu sais où tu peux te le mettre ? » te diront sans doute les victimes de la folie économique non contenue par le politique (avec un bon gros bras d’honneur en guise de smiley).

On constate ainsi que le travail et le politique essayent de résister, de survivre malgré leur obsolescence en martyrisant les formes de communication sensibles issues du réseau numérique.

graffiti
Graffiti de Guy Debord (1953)

C’est vrai, ne martyrisons plus les gentils smileys ! Plus sérieusement, « l’obsolescence » du politique est un vœu pieu, camarade. Les révolutions arabes et le mouvement des Indignés montrent au contraire un retour du politique qui, cette fois, il est vrai, a su « détourner » les instruments de communication modernes à son profit.
Quant à « l’obsolescence » du travail, on y travaille, merci.

 

 

Question :

Le smiley serait donc le symbole du combat qui oppose Internet au pouvoir politique ?

Réponse hilarante :

Absolument. Mais ce n’est pas un combat révolutionnaire. Ce combat se joue sur un mode ludique, sur le mode de la fête. Ce n’est pas une guerre. Internet est alternatif au pouvoir politique, bien-sûr. Mais son but n’est pas de s’opposer à celui-ci. Il s’agit d’un monde qui n’a pas besoin de s’opposer au système pour exister, mais dessine des formes d’autonomie douées de mythes, dieux et émotions propres, ainsi que de ses propres formes de pouvoir (…).

Mais si, il y a une guerre, sur internet, comme ailleurs. C’est une guerre sociale menée par l’oligarchie et les banksters contre l’ensemble de la planète. Internet n’est pas « alternatif au pouvoir politique ». La seule alternative à un pouvoir politique, c’est un autre pouvoir politique (par exemple un pouvoir qui appartiendrait vraiment au peuple). Internet n’est pas un pouvoir, c’est juste un moyen (ou un espace) de communication, mais les forces qui s’affrontent peuvent s’en servir, et cela fait déjà longtemps que le pouvoir économique (bien plus que le pouvoir politique qui n’est plus que son valet) réalise le cauchemar d’Orwell en utilisant les armes de la connerie publicitaire, du nivellement par le bas, de l’appauvrissement du langage, de la putification par le biais, notamment, d’internet, afin d’endormir le peuple et de lui ôter jusqu’à l’idée même de révolte politique et sociale. Il est temps justement de mener un vrai « combat révolutionnaire » contre un système qui nous empêche d’exister. Cela peut se faire aussi grâce à internet, toutes générations confondues. On en perçoit déjà les frémissements. Et pendant ce temps-là, camarade Susca, vas-tu continuer à applaudir en souriant devant 3 smileys ludiques et apolitiques ?

Cut the crap !

 

Ralliements

Le Comité Périphérique clandestin de Cut the crap avait été très ferme : « Camarade Stal, c’est toi qui vas te charger de la propagande pseudo-virale sur les réseaux antisociaux à la con. Que ni dieu ni maître ne soit avec toi ! ». Ils sont un peu à cheval sur les principes, faut dire, au Comité. C’est pour ça qu’ils me sucrent toujours ma particule quand ils s’adressent à moi. Parce que mon nom, c’est plutôt « de Stal », du fait que par féminisme j’ai pris le nom de famille de ma femme Germaine, et mon prénom c’est Pierre-Joseph, proudhonnement. Il est vrai qu’il ne devrait plus y avoir ni particule ni noblesse depuis l’abolition des privilèges le 4 août 1789. Faudrait en glisser deux mots aussi à la clique bling bling qui se goberge aujourd’hui sur le dos du peuple et dont les privilèges ne sont pas moins indécents que ceux des aristos d’antan. Les prochaines nuits du 4 août répareront peut-être cet oubli ?

Bref, je fus missionné pour faire de l’agitprop communiste libertaire pro-situ féministe sur cette saloperie de Toile à neuneus qu’est devenu internet, prêt à bouffer comme il se doit du facho, du curé, du beauf, du caubère, du patron, du bourgeois, du militaire, de l’énarque, du petit président… mais aussi du socialiste de droite, du social-libéral, du réformiste timide, du stalinien pépère, du trostkyste borné, du gauchiste de salon, de l’écolo verdâtre, du syndicaliste bureaucrate…

Mais au fil de mes pérégrinations sur internet, j’ai surtout rencontré des anarchistes de droite, de ceux qui sont revenus de tout sans jamais être allés nulle part, purs produits de l’esprit dépressif hérité des années 80 (cette décennie* qui ordonna à chacun : « sois un individu » pour mieux interdire au peuple d’être une force collective). Pourtant, dans cet océan d’impuissance aigrie, l’écho d’un nom s’est peu à peu propagé, surfant sur le tumulte du chaos social et ranimant ça et là des espoirs politiques inattendus : Mélenchon !

Ouais, j’entends d’ici les rires…

Ça va, c’est bon, vous pouvez reprendre votre respiration.

C’est vrai que de prime abord, c’est pas évident. Moi même, j’ai comme un vertige de me voir faire ainsi l’apologie d’un Républicain tsoin tsoin, ancien trotskyste, mitterrandiste réformiste, légaliste, ancien ministre, ancien sénateur, ancien apparatchik du PS, adoubé aujourd’hui par un parti communiste en ruine pour une candidature médiatique à une élection piège à cons qui se déroulera dans le cadre d’une République qui était déjà monarchique mais qui est devenue carrément bananière sous le règne du petit Zébulon vulgaire élu en 2007.

Oui mais. Mélenchon a l’éloquence cadencée et il manie la dialectique avec une gouaille rafraîchissante. Il a eu le cran de claquer la porte du PS (à voir dans la série vidéo « Monsieur Mélenchon« ), a apporté un soutien constant aux luttes sociales au sein desquelles les hiérarques socialistes brillaient par leur absence, et a fait preuve d’une réjouissante virulence contre le pouvoir de la finance et contre la bêtise des media… A cela je ne suis pas insensible. Déjà en son temps la création du NPA avait suscité mon intérêt, bien que je n’aie jamais été séduit par les manoeuvres trostkystes : enfin un mouvement se dessinait qui semblait vouloir fédérer différentes composantes de la gauche non libérale et qui pouvait donner un poids politique à la contestation sociale. Mais le NPA a fait flop. Et c’est bien le Front de Gauche qui réussit à présent avec le Parti de Gauche de Mélenchon, mais aussi avec le PCF et d’autres composantes (issues notamment de scissions du NPA ou de la LCR), à créer une force anti-capitaliste et altermondialiste liée au mouvement social et pouvant peser électoralement. Pour qui vient comme moi de l’anarchisme ou de l’extrême-gauche, les partis électoralistes sentent le soufre, mais de même que les élections n’ont aucun intérêt sans lutte sociale, le mouvement social se condamne aujourd’hui à l’impuissance s’il refuse de se servir du levier électoral. L’échec des luttes de ses dernières années malgré de très fortes mobilisations en a donné la preuve. Il vaut mieux laisser la stratégie de la tension à la droite : ceux qui pensent que seul le pire peut entraîner une vraie réaction populaire causeront certes le pire, mais plus personne ne sera ensuite en mesure de réagir. Cela n’en vaut pas La Pen.

C’est une vraie prouesse de la part de Mélenchon que d’avoir réussi à unir des communistes (qui comptent toujours en leur sein un bon paquet de bureaucrates staliniens), des trotskystes, des altermondialistes, des écologistes et des socialistes de gauche, pour créer un nouvel élan militant et obtenir aux dernières élections des scores plus élevés que ceux de l’extrême-gauche traditionnelle. Le grand Soir n’est pas au bout du vote, bien sûr, mais la possibilité de mettre enfin un terme à la casse nationale-sarkozyste n’est pas à négliger. Le programme défendu par la candidature de Mélenchon est un vrai programme de rupture. Il peut bénéficier de l’enracinement du PCF, des relais syndicaux de celui-ci mais aussi des trostkystes, de la radicalité et du foisonnement des groupes et associations engagés dans les luttes sociales et culturelles, de l’apport d’intellectuels critiques… Un bon score électoral obligerait le vainqueur, quel qu’il ou elle soit en 2012, à en tenir compte, ce qui conférerait une nouvelle dynamique aux luttes sociales.

Oui, j’ai fait partie des milliers de personnes qui ont vibré lors du discours de Mélenchon place Stalingrad en entendant son appel à « l’insurrection civique » : « il est fini, le temps de l’éparpillement et de l’impuissance ! (…) ; nous ne sommes pas réunis pour célébrer un candidat, mais notre force collective  (…) ; la saison des tempêtes est revenue dans l’histoire (…) ; il faut changer le régime de la propriété dans ce qui concerne les biens communs d’intérêt général »… Et la référence aux « Robins des bois » qui rétablissent l’électricité à ceux à qui EDF l’avait coupée, à la lutte des « Conti », l’emploi des mots « anticapitaliste », « communiste », et même « libertaire » (!) à côté des plus convenus « républicain », « socialiste », ou « écologiste », voilà qui dénote d’un syncrétisme de gauche assez inhabituel, et en tout cas inédit ces dernières années devant une audience aussi nombreuse.

Et du coup, le Comité Périphérique clandestin de Cut the crap, craignant que je ne succombe au culte de la personnalité, a décidé de lancer un appel solennel aux contributions afin de brider un peu mon enthousiasme. Notre blog doit donc s’ouvrir à de nouveaux rédacteurs (on acceptera aussi les dessinateurs, photographes, musiciens, graveurs sur bois, armuriers, ou sculpteurs de statues du chef…), même s’ils n’ont pas encore succombé à la fièvre mélenchoniste. Il suffit pour cela de nous contacter ici-même (ou via Facebook et Twitter) pour proposer vos idées et contributions.

* Voir François Cusset, La Décennie, éd. La Découverte, 2006.

Cut the crap infiltre les réseaux antisociaux

Nos plus fidèles lecteurs l’auront peut-être remarqué : ce blog jusqu’ici plutôt austère est désormais souillé par la présence de gadgets web 2.0 destinés à accroître si possible notre visibilité et notre audience par le truchement dérisoire de réseaux antisociaux (injustement appelés « réseaux sociaux »), tels Facebook ou Twitter.

Ces réseaux sont des produits marketing créés par d’ineptes geeks boutonneux dénués de conscience politique, tels l’infâme Mark Zuckerberg, avec l’appui de business angels et de « capital-risqueurs » avides et profiteurs. Malgré une image qui se veut fun, cool et branchée, leur but est la collecte de données personnelles revendues ensuite à des tiers, ce qui est assez effrayant si l’on considère que de nombreux utilisateurs livrent ainsi en pâture aux bourreurs de crâne publicitaires — mais aussi à la police ! — des renseignements sur leurs moindres faits et gestes. Plus encore que sur le reste du web, ces réseaux antisociaux sont couverts de bruit, celui des épanchements narcissiques et des récits épiques de ces héros des temps modernes qui font caca le matin, mangent lors des repas, prennent des photos de vacances et qui — chose inouïe — étaient tellement mignons lorsqu’ils étaient petits ; le bruit aussi des propos de comptoir et des bêlements des adeptes de la pensée positive qui se souhaitent de « belles journées » alors qu’il serait déjà plaisant qu’une journée fût simplement « bonne » (sinon, on se dirait « beaujour » et non « bonjour », bande de débiles) ; le bruit également des rumeurs les plus folles et des théories du complot les plus paranoïaques, mais aussi des modes les plus imbéciles ; le bruit des misères affectives ou sexuelles qui cherchent désespérément à se toucher sans avoir à faire l’effort de se connaître (ou réciproquement) ; ou encore le bruit des gazouillis ineptes (tweets) véhiculant en quelques mots abrégés sans orthographe ni syntaxe une pensée courte, tronquée ou vide, privée de la richesse du langage ordinaire, et qui devrait être interdite aux plus de 12 ans, même sous forme de SMS.

Non aux SMS
Non au langage SMS (par Cyril Holweck)

 

Le pire, d’ailleurs, c’est que l’information des media officiels emprunte désormais de plus en plus cette voie-là. Souvenons-nous du début de l’affaire DSK et de l’observation faite alors par Télérama :

Dépassées par les évènements, les télévisions et les radios en étaient réduites, comme tout un chacun, à lire Twitter. Sur TF1, Laurence Ferrari n’assumait pas l’origine de ses informations et avouait, sans duper personne, les avoir « reçues par SMS ». Sans scrupule, Olivier Mazerolle, la star de BFM TV, reconnaissait transmettre les messages écrits sur la plateforme par son envoyé spécial Emmanuel Duteil. Même sur France Info, Twitter était cité au même titre qu’une dépêche de l’AFP. Chose impensable il y a encore quelques semaines. Mais après tout, les informations étaient fiables et vérifiables puisque rapportées par de nombreux journalistes.

On peut aussi évoquer Maryse Burgot lisant sur un trottoir de New York devant les caméras de France 2, le 19 mai 2011, les tweets envoyés par son collègue Hakim Abdelkhalek depuis la salle d’audience du tribunal où comparaissait DSK. La télévision se contentant d’être en direct une chambre d’écho pour Twitter, les télé-spectateurs de la chaîne de l’ex-service public pourraient donc faire aisément l’économie de la redevance.

Et pourtant… Facebook et Twitter sont aussi utilisés par des personnalités, des militants, des organisations, des media… de gauche ! Les révolutions arabes et le mouvement des Indignés ont bel et bien utilisé ces outils à des fins contestataires, voire révolutionnaires. Il est donc peut-être possible de tenter d’en faire un usage à la fois critique et utile. Après tout, il n’y a rien de plus con qu’un slogan, mais une manif sans slogan, ça ne casse pas trois pattes à un canard. Peut-être faut-il envisager ces réseaux sous cet angle ? Si Bourdieu avait bien établi que la critique de la télévision ne pouvait être faite à la télévision sans être instantanément récupérée, dévoyée ou vidée de tout contenu, il n’en est peut-être pas forcément de même pour les réseaux antisociaux, bien qu’ils aient aussi leurs propres dispositifs de censure (il n’est par exemple pas permis sur Facebook de créer un compte d’utilisateur au nom de « Cut the crap » ).

Non sans réticence, nous tentons donc l’aventure, prêts à nous enduire nous-mêmes de goudron et de plumes si, au lieu de parvenir à infecter tant soit peu les réseaux antisociaux nous nous laissons finalement contaminer par l’inanité qui y règne le plus souvent. Ainsi, chaque article de notre blog est désormais pourvu d’un bouton « Partager/Marquer » qui permet d’en faire la promotion sur différents réseaux, dont Facebook et Twitter ou même par simple courriel. Les usagers de Facebook pourront aussi nous y retrouver, puisque notre commissaire du peuple chargé de la propagande virale, Pierre-Joseph de Stal, y a ouvert une page Cut the crap. N’hésitez pas à devenir ses camarades (sur Facebook, bizarrement, ça s’appelle des « amis »), et à recommander notre page ou les articles qui y sont relayés en cliquant par exemple sur « j’aime » (étrangement, il n’y a pas de bouton « je déteste »). Vous pouvez aussi y faire des commentaires, y compris négatifs, ce qui est déjà le cas sur le blog, bien sûr. Enfin, nous avons aussi un compte Twitter : @cutzecrap, auquel vous pouvez vous abonner. Nos tweets apparaissent sur la colonne de droite de ce blog.

lol !!! mdr !!! 🙂

L’Homme sans Qualité

Dans Le Monde du 30 mai 2011, Miguel Benassayag dénonce les méfaits du « néomanagement ». En référence à l’oeuvre de Robert Musil*, il dépeint les nouveaux gestionnaires et autres managers comme des « hommes sans qualités », « agents de la tristesse », « petits hommes gris » qui sévissent à présent jusque dans l’éducation et la santé.

Ordinateur et pointeuse en poche, ils ont pour mission d’apurer les comptes et de « remettre au travail » le personnel. Avec eux, plus de « feignants », d' »assistés », de « privilégiés » (certains ont dû télécharger récemment le portrait de Laurent Wauquiez en fond d’écran…). Ils appliquent le règlement, tout le règlement, rien que le règlement.

Or dans ces endroits singuliers où l’on soigne et où l’on apprend, l’essentiel se passe justement à côté du règlement. Pas contre, mais en dehors. Dans un hôpital, dans un centre psy, la qualité des soins dépend avant tout de la relation avec le patient. Elle passe par l’écoute, le dialogue, le regard, l’attention, et le pari partagé. Une minute peut valoir une heure, une heure une journée, une journée une vie. Aucun logiciel ne peut traiter ce genre de données.

Dans les centres médico-psychopédagogiques, les écoles, collèges et lycées, les objectifs chiffrés, les fichiers, les classements et catégories administratives ne peuvent cadrer avec des parcours d’élèves et patients multiples, complexes et singuliers. Ici, le travail a à voir avec le désir et le lien. Qui peut prétendre quantifier et rationaliser cela ? 

A l’appui de l’analyse de Benassayag, rappelons que cette rationalisation systématique des tâches humaines n’est pas nouvelle. Elle n’est que le prolongement du vieux taylorisme qui fit les beaux jours de l’industrie du début du XXe siècle et de ses dérivés, le fordisme et le toyotisme. Les techniques de management et les process de Qualité qui ont commencé à se mettre en place il y a une vingtaine d’années en France après avoir déjà fait le bonheur des managers américains sont les héritiers directs de « l’organisation scientifique du travail » de Taylor mais elles ont survécu à la désindustrialisation et ont su gagner facilement le secteur tertiaire. Il s’agit encore et toujours de décrire les tâches pour les quantifier et les rationaliser afin d’éviter les gaspillages, les temps morts, les dysfonctionnements, dans le but d’accroître encore la productivité. Mise en fiche, surveillance, définition d’objectifs, procédures normées… sont autant de moyens de contrôle de l’humain, désormais soumis au fantasme d’une réduction de l’aléatoire, d’une disparition du hasard, d’une éradication du trop incertain facteur humain. L’homme encadré par les procédures de Qualité (ou d’assurance Qualité), dans l’isolement des tâches, coupé du collectif, poussé à l’individualisme et soumis à un strict management, est dépourvu du caractère imprévisible et dangereux propre à l’être humain. Il s’agit bien là d’une déshumanisation. D’ailleurs, la gestion de la Qualité vise même à la Qualité Totale (Total Quality Management), mais les philosophes permanentés si prompts à déceler les ferments du totalitarisme dans tout mouvement social n’ont jamais daigné pointer ce totalitarisme-là. Ironie du sort selon Benassayag, cette rationalisation au nom de la productivité est en fait totalement contre-productive :

A force de vouloir imposer de la rationalité, en contrôlant les horaires, en voulant rentabiliser chaque minute (chaque euro d’argent public dépensé…), en quadrillant les services, en instituant des rôles de petits chefs et sous-chefs, c’est la contrainte qui devient la règle, épuisant le désir et l’initiative des salariés.

Obligés de travailler dans un univers panoptique où tout est mesurable et transparent, ils perdent le goût de leur métier, s’impliquent logiquement moins, et souffrent au quotidien.

Ce qui était déjà vrai dans l’industrie, puis dans les anciens services publics privatisés ou en voie de privatisation (France Télécom, La Poste…) touche à présent les services restés publics tels les établissements scolaires ou hospitaliers, dont on orchestre ainsi, au nom de la rationalité productiviste, une inefficacité qui n’en justifiera ensuite que mieux la privatisation.

Ces bouleversements se préparent dans la durée, lentement, discrètement. Et c’est bien de cette façon que la petite armée de ces hommes sans qualités est en train de préparer le terrain d’une société brutale et obscure.

Les suicides chez France Telecom qui ont naguère défrayé la chronique, et qui continuent en 2011, ne sont que le sommet de l’iceberg : c’est la totalité de la société soumise à une rationalisation folle qui est désormais en proie à une véritable dépression.

Déprimés : les victimes de la crise (qu’on appelait « dépression » dans les années 30), les ménages surendettés, les chômeurs, les militants désabusés par tant de défaites sociales, les déçus de la gauche, les vieux dont les entreprises ne veulent plus, les jeunes qui n’auront pas de retraite… mais aussi les salariés fliqués, les fonctionnaires méprisés, les guichetiers de la poste transformés en machines, et même les enseignants transformés en gardes-chiourme d’une jeunesse sans espoir. Dans l’Education nationale, par exemple, le livret personnel de compétences déjà en place dans les écoles primaires débarque cette année dans les collèges. Les élèves sont ainsi fichés tandis que les profs se voient obligés des heures durant de cocher des cases aux intitulés ubuesques, ce qui est aussi un moyen de dévaloriser leur travail : les « têtes pensantes » du ministère conçoivent les livrets et autres fiches, que les profs, simples petites mains, remplissent à la chaîne. Une compétence ne peut qu’être « acquise » ou « non-acquise » (ou, éventuellement, « en cours d’acquisition »). Pas de place pour la nuance, le commentaire, la complexité.

Le collectif national de résistance à Base élèves contre le fichage à l’école fournit fort utilement un kit anti-LPC à destination des enseignants et des parents d’élèves. D’autres initiatives de ce type doivent se développer dans tous les secteurs : profs, ouvriers, employés, suicidés… même combat ! Pour un Homme sans Qualité, virons les hommes sans qualités !

LPC

 

* Robert Musil, L’homme sans qualités, Seuil, 1979.

 

De la putification (3)

Selon Le Canard enchaîné du 25 mai 2011, le petit président de l’ex-République se réjouissait en secret des déboires de DSK, convaincu qu’ainsi la gauche ne pourrait plus l’attaquer sur le terrain de la morale. Mais la droite ayant aussi désormais en ses rangs un suspect d’agression sexuelle, on peut dire que finalement, Sarko l’a eu dans le Tron.

De la putification (2) : Arrêtez les kahneries !

Dominique Strauss-Kahn, ex-probable candidat à la présidence de l’ex-République française, a démissionné du FMI, et son inculpation par l’injustice américaine pour agression sexuelle et tentative de viol à l’encontre d’une femme de chambre a été confirmée jeudi 20 mai 2011.

Est-il coupable ?

La réponse est oui. Comme le souligne Jean-Luc Mélenchon sur son blog, Dominique Strauss-Kahn a déjà fait des millions de victimes « avérées et prouvées » : les Grecs. En effet, le FMI, sous la direction de DSK, a imposé à la Grèce ruinée depuis le krach de 2008 une cure d’austérité et des privatisations qui ont poussé le peuple grec à faire huit grèves générales. « En un an, l’économie grecque a reculé de 7,4 %. Un recul sans équivalent dans le monde ! (…) Ce qui est incroyable c’est la cupidité des banksters. Ils ont d’abord ruiné le pays, ils continuent à l’étrangler avec des taux usuraires », dit encore Mélenchon. Il faut évidemment préciser que DSK n’est pas le seul coupable. Il a pour complices Angela Merkel, Nicolas Sarkozy et tant d’autres « chefs d’Etat » qui ne sont que les valets du capitalisme financier et qui ont, eux aussi, du sang sur les mains. Combien de vies brisées ? Combien de suicides ? Qui rendra justice au peuple grec et aux autres peuples victimes des mesures d’ajustement et des restructurations imposées par le FMI ? « Justice is done« , a proclamé Barak Obama après l’exécution sommaire de Ben Laden, présumé responsable des attentats du 11 septembre 2001. Les Grecs dont on viole sans vergogne les droits économiques et sociaux doivent-ils réclamer pour les coupables avérés de leur ruine le même type de châtiment ? Ironie du sort : DSK est en taule au moment où Jean-Marc Rouillan en sort. Justice is done ? Allons, encore un peu d’audace, monsieur Obama !

Coupable, Dominique Strauss-Kahn l’est aussi à l’égard des Palestiniens, victimes des exactions d’un Etat ségrégationniste auquel il a toujours apporté un soutien inconditionnel Il est même entré en politique précisément dans ce but, si l’on en croit ce qu’il affirmait en février 1991 dans le n°35 de la revue Passages :

« Je considère que tout Juif de la diaspora, et donc c’est vrai en France, doit partout où il le peut apporter son aide à Israël. C’est pour ça d’ailleurs qu’il est important que les Juifs prennent des responsabilités politiques. Tout le monde ne pense pas la même chose dans la Communauté juive, mais je crois que c’est nécessaire. Car, on ne peut pas à la fois se plaindre qu’un pays comme la France, par exemple, ait dans le passé et peut-être encore aujourd’hui, une politique par trop pro-arabe et ne pas essayer de l’infléchir par des individus qui pensent différemment en leur permettant de prendre le plus grand nombre de responsabilités. En somme, dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, au travers de l’ensemble de mes actions, j’essaie de faire en sorte que ma modeste pierre soit apportée à la construction de la terre d’Israël. »

Combien de morts la construction d’Israël si chère au coeur de DSK a-t-elle causés ? A l’évidence, il ne sera jamais jugé pour cela.

Dominique Strauss-Kahn est-il pour autant coupable de crimes sexuels ? Il reste « présumé innocent », jusqu’à preuve du contraire, bien sûr, et si sa culpabilité n’a plus besoin d’être démontrée dans le domaine politique, la procédure de droit commun, elle, ne fait que commencer aux Etats-Unis. Ajoutons que nul homme, fût-il un authentique pervers sexuel et un criminel, ne mérite d’être humilié publiquement devant les caméras du monde entier ni de subir l’inhumanité barbare du système carcéral américain (ni même du système carcéral français, qui ne vaut pas mieux). Il n’est pas juridiquement prouvé que DSK ait violé une ou plusieurs femmes, ni même qu’il en ait harcelé sexuellement. A la faveur des derniers évènements, surgissent dans les médias des témoignages qui laisseraient entendre que Dominique Strauss-Kahn « aime les femmes » au point de les draguer très « lourdement », voire pire, si l’on en croit Tristane Banon, Piroska Nagy ou Aurélie Filippetti (« il frôle souvent le harcèlement », disait déjà Jean Quatremer en 2007). Dès lors, ce qui est en cause, au-delà du fait divers, et au-delà aussi de l’éventuelle hyperactivité sexuelle de DSK qui ne regarde que lui et ses partenaires tant que tout le monde est consentant, c’est la mise en évidence à travers le cas DSK d’une persistance de la phallocratie malgré la « révolution sexuelle », l’égalité des droits et la parité entre les hommes et les femmes inscrites dans la loi française.

Non, Dominique Strauss-Kahn n’est pas un séducteur ! Comme le souligne le Collectif Les mots sont importants, « une grande partie [des femmes sollicitées par DSK] ne sont sans doute pas ‘séduites’ par cet homme ». Comme le dit par ailleurs Mélenchon, « aimer les femmes » et « les violer » sont « deux attitudes qui n’ont pas de lien ». Sa réputation de gros lourd ne fait donc pas de DSK automatiquement un violeur (Mélenchon le souligne pour montrer que ceux qui connaissaient la réputation de DSK ne pouvaient pas se douter qu’il finirait accusé de viol). Mais un homme qui drague « lourdement » et systématiquement les femmes n’est pas un homme qui « aime » les femmes. C’est le plus souvent un homme inquiet de sa propre identité sexuelle et qui cherche à se rassurer par la preuve de virilité que lui procurent la possession et la soumission d’une variété importante de femmes, comme si toutes étaient irrévocablement destinées à succomber à son pouvoir de « séduction » (ou plus prosaïquement à son pouvoir d’achat, à son pouvoir politique et à sa position hiérarchique). Un tel homme éprouve donc de grandes difficultés à avoir avec des femmes des relations non-sexuelles, comme par exemple des relations de travail. Il ne les voit que comme objets de son désir et non comme sujets. Tel un vulgaire Caubère, il paie pour qu’elles fassent semblant de le désirer, ou tel un gros beauf, il siffle avec obscénité la passante inconnue ou encore colle une main au cul de la femme dont il pense qu’elle n’osera pas lui mettre une grande tarte dans sa gueule de con — à moins qu’il ne soit décidément con au point de penser que cela lui fait plaisir, le comble étant qu’il existe effectivement des connes qui se sentent flattées d’être ainsi traitées comme des putes. Pour peu qu’en plus, le phallocrate s’appuie sur une vraie position de pouvoir et d’autorité (chef, patron, ministre, président, directeur du FMI…), il attirera à lui une foule de dindes candidates à la putification qui le conforteront dans sa pathologie sous l’oeil goguenard et envieux de ses congénères machos. A ce stade, même celle qui refuse de s’offrir ou de se vendre pourra être forcée de céder en silence au chantage et aux pressions. C’est dans ce cas seulement que la justice parle de « harcèlement » (puni en France d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende, mais encore faut-il que la victime soit en mesure de prouver les faits, ce qui n’est pas simple). Nul besoin au demeurant d’être directeur du FMI ou président de l’ex-République pour être en position de harceleur. Combien de petits chefaillons exercent encore impunément leur « droit » de cuissage ? Combien de petits caïds obtiennent par la peur ce que leur seul pouvoir de séduction ne leur aurait jamais permis d’obtenir ? Et combien de losers qui n’obtiennent jamais rien mais insultent et injurient les femmes qui ont le malheur de croiser leur chemin et de ne pas succomber illico à leur charme latin ?

Le phallocrate type agit le plus souvent sous le coup d’une pulsion liée à une homosexualité refoulée ou à un complexe engendré par la petite taille de son pénis (l’affirmation peut sembler gratuite faute d’études statistiques fiables, mais c’est une hypothèse cohérente que chacun pourra s’amuser à vérifier par quelques investigations dans son entourage). Pour éviter les passages à l’acte violents et empêcher la nuisance du machisme au quotidien, il faudrait que ces comportements soient reconnus comme pathologiques (ne soient donc plus légitimés ni même excusés culturellement) et sujets de la réprobation générale voire de soins médicaux. Un homme directeur d’une importante institution internationale, et promis peut-être à occuper un jour la plus haute fonction de son propre pays, qui succomberait à une pulsion de viol alors que les feux de l’actualité sont braqués sur lui, serait à coup sûr un grand malade. Il n’est pas certain cependant que 70 ans de prison constituent une efficace thérapie ni une réelle aide aux victimes.

Dans les chefs d’inculpation contre DSK comme dans les témoignages sur sa conduite passée, on peut observer une conjonction assez flagrante de la domination masculine et de la domination de classe. La victime présumée de l’agression de New York est une femme mais aussi une femme de chambre.  Simple « troussage de domestique » donc, comme s’en est gaussé avec élégance un autre grand Kahn (voir l’article d’ACRIMED qui retranscrit les propos de Jean-François Kahn sur France Culture). Et cette femme de chambre serait une travailleuse immigrée d’origine africaine, position fragile s’il en est dans les sociétés occidentales. On a lu aussi ça et là que DSK draguait très lourdement les femmes journalistes, des jeunes militantes du PS… dans tous les cas, plutôt des femmes en position sociale ou hiérarchique inférieure, donc. A ce jour, en tout cas, personne n’a mentionné d’éventuelles tentatives insistantes de Srauss-Kahn pour se taper Danielle Mitterrand ou Bernadette Chirac, par exemple, alors qu’il est avéré qu’il a déjà été en contact avec elles. Aucune révélation non plus du côté de Margaret Thatcher ou Angela Merkel (les documents laissés par feu Mère Thérésa ne mentionnent jamais DSK non plus). Il semblerait donc que ce qui attire le plus DSK chez les femmes ne soit pas forcément leur pouvoir, leur force, leur expérience de la vie ou leur position élevée. On voit à travers l’exemple des penchants prêtés à DSK que la phallocratie traditionnelle qui avait été battue en brèche par le féminisme (du moins dans les classes moyennes, les élites et le prolétariat ayant somme toute peu évolué sur le plan des moeurs) est toujours vivace, et même re-légitimée par la putification qui s’exprime de plus en plus ouvertement dans la mode ou le monde du spectacle (avec par exemple la résurgence du strip-tease dit « burlesque« ). Si l’affaire DSK, par son impact, est sidérante, elle n’est qu’une péripétie qui ne remet pas en cause le fait que beaucoup de femmes considèrent aujourd’hui qu’il faut séduire, voire se déshabiller, voire coucher pour « réussir », qu’en se soumettant volontairement à la domination masculine, elles exerceront en fait le « vrai pouvoir » (ce qui n’est évidemment qu’une chimère). Dans cette étape de putification, le capitalisme transforme les corps en marchandises et les sentiments en transactions. L’amour et la sexualité se voient privés de la douceur de l’égalité et réduits à la violence des rapports de domination dans lesquels les cocus comme les violés sont toujours les plus faibles et les plus démunis : femmes, homosexuels, transsexuels, handicapés, immigrés, ouvriers, malades, vieillards, enfants… La misogynie, l’homophobie, la xénophobie, le racisme, le mépris de classe réifient le vivant et sont les vecteurs du processus de putification que connaît à présent le capitalisme mondialisé.

Il est hélas à craindre que l’affaire DSK ne freine en rien ce processus. Mais c’est loin d’être une préoccupation pour le toujours comique Parti ex-Socialiste français, déboussolé d’avoir perdu son homme providentiel, alors que celui-ci n’était même pas encore officiellement candidat à la candidature (quel cirque que ces primaires !). Pour un parti qui proclamait naguère « ni Dieu ni César ni tribun », c’est cocasse. On peut donc conclure par quelques mots gentils adressés au PS :

Bande de glands, vous avez dans vos rangs une kyrielle de bouffons de droite qui ont les mêmes idées que Strauss-Kahn et parmi lesquels vous pouvez même dégotter sans chercher bien loin quelques queutards fous qui ne vous dépayseront pas trop. Alors ne vous mettez pas la rate au court-bouillon sous prétexte que Strauss-Kahn est hors-jeu. N’importe quelle endive moite fera bien votre affaire. Même une femme, à vrai dire. Du moment qu’il s’agit de battre Sarkozy pour mener à sa place la même politique antisociale que lui. Sous l’égide du FMI, bien sûr. Et comme dit Jack Lang, « il n’y a pas mort d’homme », donc on s’en fout.

Confiscations

Selon Le Figaro (Beaumarchais, si tu savais… ), le bouclier fiscal aurait coûté 591 millions d’euros à l’Etat en 2010.

Selon La Tribune, le ministre de l’Education-pour-les-riches-et-la-prison-pour-les-pauvres prévoit de fermer 1.500 classes dans le primaire à la rentrée 2011 et de supprimer ce faisant 16.000 postes alors même que le nombre d’élèves est en augmentation. « Ce sont pas moins de 65.000 postes d’enseignants qui auront disparu en cinq ans ». Et de citer le petit président de l’ex-République : « compte tenu des déficits, des problèmes que nous avons, on ne peut pas faire le choix à la fois d’augmenter sans cesse le nombre et en même temps d’augmenter la rémunération des statuts ». Les intéressés peinent sans doute, soit dit en passant, à déceler une quelconque augmentation de leur rémunération.

Que pouvons-nous en conclure ?

1) La lecture de l’ex-presse d’ultra-droite néolibérale conservatrice équivaut à un bon bourrage de crâne, certes, mais aussi à un vrai lavage d’estomac. Dans notre ex-République nationale-sarkozyste, l’ex-presse ne se lit plus, elle se vomit jusqu’à la bile.

2) Avec les 591 millions d’euros rendus par l’Etat à ses petits protégés, on aurait pu payer 16.000 profs toute une année 3.078 euros par mois, soit un peu plus que le salaire mensuel net d’un prof certifié à l’échelon maximum d’avancement après 30 ans de carrière (3.026 euros). On mesure donc un peu mieux à quoi auront servi précisément ces 16.000 suppressions de postes, ce que n’ont évidemment remarqué ni La Tribune ni Le Figaro. Ce dernier précise néanmoins :

« Les 925 ménages ayant des revenus supérieurs à 44.980 euros par an et un patrimoine supérieur à 16,5 millions ont capté 60 % du coût du bouclier. Le fisc leur a remboursé en moyenne 381.000 euros. Sans bouclier, leur impôt aurait été confiscatoire. Voilà pourquoi la fin du bouclier ira de pair avec un allégement de l’ISF. »

On sait donc très précisément à quoi servira l’allègement de l’ISF : à éviter que l’impôt de ces gros cochons ne leur paraisse « confiscatoire ».

Et on sait très précisément comment sera financé cet allègement : en confisquant encore des milliers de postes à l’Education nationale en particulier, et à la Fonction publique en général.

Cut the crap !

De la putification (1)

Le 14 avril 2011, le comédien Philippe Caubère réagissait dans l’ex-Libération (torchon passé de Sartre à Demorand) à l’annonce d’un projet de loi visant à « pénaliser » les « clients de prostituées ».

On peut certes débattre du bien-fondé d’une criminalisation de la misère sexuelle qui s’inscrit peut-être dans l’indéniable criminalisation de la misère tout court orchestrée depuis des années par le petit président de l’ex-République. N’oublions pas que lorsqu’il n’était que ministre de l’Intérieur, l’agité s’était déjà penché sur les intérieurs des prostituées en inventant le délit de « racolage passif ». Mais Caubère ne se contente pas de dénoncer la pénalisation de la misère dans le cadre national-sarkozyste. Se présentant comme « acteur, féministe, marié et client de prostituées », il profite de sa tribune libre pour faire l’éloge de la prostitution.

« Marié pour la deuxième fois, très proche encore et toujours de ma première femme, m’autorisant depuis toujours, amantes, amoureuses ou petites amies (avec tous les ennuis que ça implique…), acceptant naturellemment la réciproque (et les ennuis… etc), je ne représente pas vraiment le prototype du mec frustré, sexuellement ou sentimentalement. Je n’ai pourtant jamais cessé depuis l’âge de 24 ou 25 ans d’avoir des relations -et des rapports- avec des personnes se prostituant. Serait-ce que je serais doté -ou affligé- d’une sorte de libido hors-normes? Je ne le crois pas (hélas, pourrais-je rajouter…). »

Cumulant des relations avec femme(s) officielle(s), « amantes, amoureuses ou petites amies », mais aussi prostituées, il pense donc ne pas être le « prototype du mec frustré sexuellement ou sentimentalement » et ne croit pas que sa « libido » soit « hors-normes ». Cut the crap ! Personne n’avait demandé à Philippe Caubère d’établir une « norme » des pratiques sexuelles masculines, mais s’il faut absolument être normatif, il apparaît que la libido de Monsieur Caubère est peut-être un peu plus « hors-normes », tout de même, que ce qu’il croit. En effet, d’après une enquête CSF pour l’INSERM de 2007, le nombre moyen de partenaires au cours d’une vie était de 11,6 pour les hommes en 2006 (4,8 étant le nombre médian). 18,1% des hommes (donc moins d’un sur cinq) auraient eu recours au moins une fois dans leur vie à la prostitution (3,1% y auraient eu recours dans les 5 dernières années). Il s’agit bien évidemment de chiffres sujets à caution puisque fondés sur les déclarations d’un échantillon de la population. Mais puisque Monsieur Caubère invoque la norme dans son plaidoyer pour la prostitution, on peut tout de même lui rétorquer qu’il apparaît comme nettement plus érotomane que la moyenne de ses concitoyens, qui ne cumulent pas, eux, simultanément femmes, amantes, petites copines et putes.

Se prétendant dans la norme alors qu’il est tout de même un peu a-normal  — ou plutôt (faussement) modestement über-normal — Philippe Caubère, en coquet queutard pas « frustré », affirme aussi :

« En revanche je sais que ce que je trouve avec une prostituée est une chose unique, que je ne trouverai jamais avec aucune autre personne, dans aucune relation dite ‘normale’. »

Et d’exposer ensuite au lecteur captivé tout le mal qu’il pense de la « dictature » exercée sur lui par une femme : sa propre mère. Que l’attitude de sa mère par rapport à la sexualité ait influé sur le comportement sexuel de Philippe Caubère est une possibilité, mais en quoi cela l’autorise-t-il à faire de son goût pour les relations multiples, notamment avec des prostituées, une norme collective légitime ? Sa mère était coincée du cul, donc il va aux putes. Admettons. Mais la névrose de la mère de Monsieur Caubère justifie-t-elle à elle seule le phénomène de la prostitution dans le monde ? La prostitution, dans sa globalité, est enfantée par la domination masculine et l’économie capitaliste. Le « client », quelles que soient ses raisons, se fait donc le complice du capitalisme phallocrate dans ce qu’il a de plus inhumain : aller aux putes ne fait certainement pas d’un homme un féministe !

Tardant à expliquer quelle « chose unique » il trouve dans les relations tarifées, Philippe Caubère inflige ensuite au lecteur une longue digression confuse sur la « violence des femmes » qui lui sert à dénigrer les « féministes de gauche » (y en a-t-il donc de droite ?). « Toutes des putes sauf Maman » dit l’adage phallocrate. On se demande si pour Monsieur Caubère, ce n’est pas l’inverse : « toutes comme Maman sauf les putes », ce qui permettrait de comprendre un peu mieux ce qu’il trouve de si unique chez les prostituées. Du coup, les « féministes de gauche » qui condamnent le commerce des corps le condamnent, ce pauvre Philippe, à ne pouvoir coucher qu’avec Maman. On comprend mieux sa colère. Et comme Philippe Caubère se situe modestement dans une « norme » élargie à son propre cas  (il l’a annoncé dès le début), il se pose en victime d’une « nouvelle chasse à courre dont l’homme est le gibier », en compagnie d’autres célébrités comme « Julian Assange, Bertrand Cantat ou Roman Polanski ». Ainsi, ce brave Caubère met dans le même sac un client de prostituées (lui-même), un homme accusé d’avoir contraint une jeune fille à un rapport sexuel sans préservatif, mais niant les faits et considéré comme innocent jusqu’à preuve du contraire (Assange), un homme condamné pour le meurtre de sa compagne et ayant purgé sa peine (Cantat), un homme poursuivi pour un viol sur mineure qu’il a reconnu mais dont la victime a retiré sa plainte (Polanski). Autant de cas très différents pénalement et moralement, mais à partir desquels Caubère veut montrer que l’homme en général serait victime d’une cabale féministe qui viserait à le transformer en délinquant sexuel avéré ou potentiel, signant ainsi la victoire posthume d’une mère castratrice et le retour à un ordre moral pré-soixante-huitard. Le fantôme de sa mère, les « féministes de gauche », Roselyne Bachelot et autres « obsédées » sans nul doute mal baisées, voudraient ainsi entraver la légitime jouissance masculine, c’est-à-dire, puisqu’il n’est pas « hors-normes » le légitime désir de Philippe Caubère de continuer à aller aux putes sans se faire emmerder (il ne dit pas en revanche si Bertrand Cantat devrait pouvoir continuer à tuer ses compagnes, si Roman Polanski doit pouvoir violer d’autres mineures ou si Julian Assange, si tant est qu’il l’ait fait, devrait contraindre d’autres femmes à baiser sans capote). Cut the crap !

« Seule la relation sexuelle avec une personne qui demande de l’argent pour cela peut se prétendre et s’affirmer comme réellement gratuite. »

Philippe Caubère, par ce sophisme sidérant, dévoile enfin ce qu’il y a de si « unique » dans la relation sexuelle tarifée : c’est la seule qui soit réellement « gratuite » ! Qu’est-ce à dire ? Qu’en payant une prostituée, il économise paradoxalement le « sentiment », la « souffrance », le « désespoir » que peuvent procurer des relations dites « normales« , du moins c’est sans doute ainsi que le petit Philippe a dû commencer à voir les choses avec la première femme de sa vie (sa mère), qui lui a visiblement coûté très cher affectivement. Devenu grand, Philippe est donc bien décidé à économiser ses forces affectives, quitte à payer pour cela.

« Le ou la prostitué(e) ne fait que dévoiler et assumer le rapport d’argent et de commerce tapi sous n’importe quel rapport amoureux ou sexuel, – du dîner offert à la personne qu’on drague, ou qu’elle se fait offrir, jusqu’à -bien pire et plus banalisée- l’estimation de la situation sociale et financière de celle, homme ou femme, prétendant au coït ou au mariage. La prostituée -ou la personne qui décide de se livrer pour un moment à la prostitution- nous libère de ce chantage, de ce non dit, nous en délivre. On peut -enfin !- baiser gratuit. »

Philippe, pauvre Philippe, crois-tu donc qu’une femme à qui tu as offert des fleurs ou un dîner a forcément envie de baiser avec toi ? Une pute coûte peut-être plus cher que des fleurs, mais la pute ne dit pas « non », du coup, tu as tout de même l’impression d’économiser. Ne serais-tu pas un peu radin et un peu beauf, en fait ? Ne vois-tu pas qu’en mettant sur le même plan les offrandes et les attentions données en gage d’affection (tout simplement pour faire plaisir à l’autre, et peut-être ainsi séduire ou entretenir la flamme), « l’estimation de la situation sociale et financière » (héritage désuet de l’époque des mariages arrangés), et le fric que tu donnes à une pute (pour qu’elle te laisse utiliser son corps en vue de ta seule jouissance), tu transformes tout rapport sexuel ou amoureux en vulgaire transaction commerciale ? De quel « chantage », de quel « non dit » te délivre donc la prostituée ? Elle te délivre de l’humain. Elle te délivre de la complexité de la relation à l’autre, du risque de discordance entre son désir et le tien, et de la frustration qui peut en découler. Elle te donne l’illusion qu’il te suffit de payer pour évacuer de l’équation sexuelle la volonté propre de l’autre. Tu la paies pour qu’elle te donne du plaisir, et qu’elle fasse comme si elle en avait envie, comme si elle n’aspirait pas en réalité à autre chose, comme si elle n’existait que pour satisfaire ton désir à toi. Mais lorsque tu confies au lecteur de Libé ou au télé-spectateur des talk-shows sur le plateau desquels tu fais aussi du racolage pour tes spectacles que tu es un « client » régulier depuis des années de « prostituées » qui font ce métier « par choix », tu te gardes bien d’assumer un éventuel recours à des esclaves sexuelles, par exemple originaires de pays de l’est ou de pays africains. As-tu vraiment toujours été si sélectif et soucieux de savoir si la pute que tu payais était en pleine possession de son libre-arbitre ? Ou as-tu tout simplement aujourd’hui les moyens de puiser dans un cheptel de meilleure qualité (hygiène garantie, dents saines, épilation soignée, cheveu soyeux, peau nette, haleine fraîche, niveau culturel satisfaisant pour éventuelles conversations post-coïtales ou en cas de panne… à moins que tes goûts n’aillent à l’opposé, vers le sale et le sordide, mais on ne peut faire que des suppositions car tu ne nous en dis rien) ?

Le terme de « prostituée » ne fait pas la différence entre l’escort-girl de luxe qui exerce peut-être « par choix » (encore pourrait-on gloser sur les raisons profondes d’un tel « choix ») et la pute toxo qui taille des pipes pour payer ses doses et rapporter du fric à son proxo. De même, le terme de « client » ne fait pas la différence entre un acteur narcissique aux besoins sexuels peut-être un peu hors-normes, par exemple, et un travailleur immigré séparé de sa famille comme de son environnement culturel, et dont la vie sexuelle ordinaire risque, elle,  d’être nettement en-dessous des normes. Mais tout cela est peut-être un peu trop complexe pour Philippe Caubère qui paie justement pour que les choses soient plus simples.

Voici enfin une autre définition caubérienne de la « chose unique » qu’il ne trouve qu’avec des prostituées :

« (…) un bonheur simple, court, éphémère comme un orgasme, oui, mais aussi comme ce bref sentiment de liberté qui, le temps d’un instant, nous émeut, nous encourage en plein milieu de ce fleuve de soumission, d’esclavage, de servitude, qu’il nous faut chaque jour traverser, où chaque jour qui se lève nous retrouve à moitié noyés. »

Après la prostitution qui seule, permettrait de « baiser gratuit », Philippe Caubère ne recule pas devant l’image d’une prostitution qui libère « le temps d’un instant », de la « soumission », de « l’esclavage » et de la « servitude » ! Il parle bien sûr de son « orgasme » à lui, de son « sentiment de liberté » à lui, de son émotion à lui… Qu’en pense l’autre, la pute ? Il ne le dit pas (et comment le saurait-il puisque ce qui rend cette relation si unique à ses yeux est précisément de faire l’économie de la subjectivité de l’autre ?). Même si elle se prostitue par choix (ce qui est sans doute assez rare), ses goûts la portent-ils vraiment, elle qui est peut-être plus jeune que Monsieur Caubère, vers les hommes de plus de soixante ans ? A moins qu’il ne fréquente que des prostituées elles aussi soixantenaires (mais il n’a pas précisé l’âge moyen de ses professionnelles préférées) ? A partir de quel tarif le client peut-il faire abstraction avec bonne conscience du dégoût qu’il inspire peut-être (mais cette éventualité n’est peut-être pas venue à l’esprit du comédien habitué aux applaudissements) ?

Après la prostitution qui seule permet de « baiser gratuit », après la prostitution qui libère de la « servitude », Philippe Caubère assène enfin un dernier pied-de-nez : lui-même, en tant qu’acteur, est une pute. C’est donc que ce n’est pas bien grave, et que c’est même très beau, comme est sans doute très belle pour lui l’inhumaine tauromachie dont il est un aficionado (on espère juste pour les prostituées qu’il fréquente que son plaisir n’implique pas de leur faire subir les mêmes souffrances que celles endurées par les taureaux dans les arènes).

« (…) j’en suis une : sur la scène, la mienne, celle du théâtre (à une époque ce fut aussi celle de la rue), moi aussi je fais jouir. Avec mon corps, avec ma voix, avec mes mots ; et même avec ma vie. »

Comédien ou pute, c’est donc la même chose. Spectateur d’un spectacle de Caubère ou client d’une prostituée, c’est pareil. Philippe donne de son « corps », et même de sa « vie », c’est lui qui le dit. Ainsi donc, il faut que cela se sache, tout spectateur muni de son ticket d’entrée peut se présenter devant Philippe avec un tube de vaseline et un préservatif : Philippe est là pour « faire jouir », et après tout, entre le client et la pute, c’est tout de même généralement plutôt le client, s’il met le prix, qui choisit son mode de jouissance, non ?

« Moi, Philippe Caubère, acteur, féministe, marié et «client de prostituées» », titrait l’article de Libé. « Lui, Philippe Caubère, vieux beauf phallocrate qui va aux putes et qui aime voir souffrir les bovidés », serions-nous tentés de rectifier. Il ne suffit pas d’appartenir à la génération de mai 68 et des années soixante-dix pour être « féministe ». La vie sexuelle de Monsieur Caubère est de peu d’intérêt en tant que sujet de débat public, et le fait qu’il ait besoin de recourir aux « services » de prostituées ne fait pas de lui un criminel. Par son intervention, il croit peut-être sincèrement défendre l’amour libre contre l’ordre moral. Mais en réalité, ses propos contribuent à une remise en question plus globale des avancées féministes et à la putification de la société, qui n’est qu’un aspect du capitalisme moderne dans sa marche effrénée vers une marchandisation totale du vivant. Nous reviendrons sur cette question dans de prochains billets.