Opting out

« L’Union européenne n’est pas un super-État dont la volonté, inexorable, s’imposerait aux États membres. Elle n’est pas non plus un État fédéral, détenteur d’une souveraineté européenne. En réalité, elle est une organisation internationale : son existence est fondée sur des traités, au même titre que l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), par exemple. De fait, ses membres conservent leur souveraineté ; ils n’obéissent à ses règles que parce qu’ils y ont consenti en adoptant ses traités.

Désobéir est légal. Cela s’appelle une option de retrait. Par ce mécanisme, un État peut décider souverainement qu’il se soustrait à une partie des règles de l’Union européenne. Il peut négocier une option d’emblée — ainsi, lorsque les accords de Schengen devinrent partie intégrante des règles de l’Union à la suite du traité d’Amsterdam, le Royaume-Uni et l’Irlande obtinrent de ne pas les appliquer. Il peut aussi la négocier après coup : le Royaume-Uni avait par exemple obtenu de ne pas être justiciable de la charte sociale européenne en 1989 (il l’acceptera quelques années plus tard). Cette option de retrait peut également être décidée par un État membre sans négociation. En 2003, la Suède organisa un référendum national sur l’euro ; le « non » ayant récolté 56 % des voix, elle annonça à la Commission européenne qu’elle n’adopterait pas cette monnaie, ce qui constitue une option de retrait sans négociation. La riposte de la Commission fut foudroyante : elle en prit acte.

Continuer la lecture de « Opting out »

Euro catho

« Qu’il soit associé à la famille-souche ou non, le catholicisme zombie est au coeur de la zone euro. La carthographie semble même en faire son véritable fondement, puisqu’on trouve ses bastions dans presque tous les pays de la zone euro, la Finlande, l’Estonie et la Lettonie échappant seules à sa constellation. Nous ne faisons cependant que retrouver ici, par le biais de l’anthropologie historique, un lieu commun : l’importance de la démocratie-chrétienne, et donc de l’Eglise catholique, dans la genèse de la communauté européenne. Le principe de mémoire des lieux (…) nous permet d’accepter l’hypothèse d’une rémanence des valeurs religieuses, et leur transfiguration dans la conception et la défense d’une monnaie faite pour dominer les hommes plutôt que les servir. Continuer la lecture de « Euro catho »