Déficitaire, le régime de retraite des cheminots ?

Le régime spécial de retraite des cheminots serait déficitaire, hurlent les psychopathes macronards pour justifier la casse de TOUS les régimes de retraite par la contre-réforme de Macron. Mais si ce régime est déficitaire, obligeant l’Etat à mettre la main à la poche pour combler le trou (3,3 milliards en 2016, ce qui correspond d’ailleurs à ce que l’Etat a cédé aux riches en remplaçant l’ISF par l’IFI), c’est uniquement parce que des postes de cheminots ont été supprimés et le statut gelé pendant que l’Etat embauchait des contractuels et sous-traitait au privé. Du coup, les cheminots étant moins nombreux, leurs cotisations ne suffisent plus à équilibrer les pensions des cheminots à la retraite. A cause de cette politique idiote de libéralisation (qui nuit à la sécurité et à la qualité du service, comme l’ont prouvé le terrible accident de Brétigny, ou plus récemment celui des Ardennes), le nombre d’agents de la SNCF est passé de 303000 en 1970 à 150000 aujourd’hui, soit deux fois moins d’agents, qui doivent encore cotiser pour les pensions de 260000 retraités. S’il y avait toujours 300000 et quelque agents à la SNCF, leur régime de retraite ne serait pas déficitaire !

C’est donc l’Etat lui-même qui a rendu ce régime déficitaire. Pour retrouver l’équilibre, il suffirait de mettre fin à l’imbécile ouverture à la concurrence et de recruter de nouveaux cheminots. On en a besoin pour avoir un service public efficace et sécurisé. En attendant, il suffirait dans tous les cas de rétablir l’ISF pour financer l’aide d’Etat au régime de retraite des cheminots.

Lorsque les cheminots défendent leur statut, ils défendent l’intérêt général. Lorsqu’ils défendent leur régime de retraite, ils défendent la justice sociale, et leur grève actuelle est un instrument essentiel pour tous les salariés eux aussi en grève pour défendre leurs retraites contre le projet antisocial de retraite à points de Macron.

Branco ne manque pas d’huppé air

Depuis plusieurs jours, Juan Branco se répand sur les réseaux antisociaux en attaques extrêmement violentes contre François Ruffin. Exhibant un montage présenté comme une « exclu » (en fait une version tronquée d’un reportage de Radio Nova datant de 2016), il assène que François Ruffin se serait entendu avec Emmanuel Macron sur le dos de salariés, aurait mis en scène une fausse opposition et aurait simulé des sentiments. « Trahison ! », s’étrangle Branco, « la boule au ventre », montrant au passage que pour ce qui est de surjouer des sentiments, il n’a peut-être rien à apprendre de personne.


En réalité, Ruffin n’a rien mis en scène et n’a trompé personne. Comme il l’explique dans un post Facebook (qui confirme des faits déjà rapportés par d’autres sources et par le reportage de Nova à l’époque-même des faits), lui et les salariés d’Ecopla ont harcelé Macron tant qu’il était ministre, puis sont montés à Paris pour essayer de médiatiser la lutte, dans le but de mobiliser l’opinion publique et les politiques afin que : « en gros, le tribunal de commerce voie qu’il y a un consensus quasiment national dans les différents partis, avec les différents candidats, y compris les différents syndicats et même le gouvernement pour dire que le meilleur dossier c’est celui d’Ecopla ». En effet, alerté par sa soeur, dirigeante d’une union locale de SCOP, Ruffin soutenait face à un tribunal de commerce rétif un projet de reprise en coopérative. La stratégie de Ruffin, élaborée avec les salariés, et clairement expliquée à Nova, supposait donc une campagne médiatique et politique large, pour obtenir que des politiciens de tous bords et le gouvernement lui-même finissent par soutenir le projet et que le tribunal de commerce finisse par trancher en faveur de celui-ci.
Ruffin et les Ecopla ont donc fait la fête de l’Huma, ont eu un rendez-vous au ministère à Bercy et sont allés emmerder plusieurs candidats à la présidentielle pour attirer l’attention sur leur cause. Entre Montebourg, Juppé et Sarkozy, ils sont tombés sur Macron, l’ont engueulé (aucune mise en scène là-dedans, comme en témoigne le reportage intégral de Nova) et ont obtenu de celui-ci qu’il reconnaisse qu’il n’avait rien fait pour sauver la boîte. C’est alors que, comme ça se fait souvent dans les luttes (mais Branco qui n’a peut-être pas mené beaucoup de luttes sociales dans sa vie l’ignore sans doute), Ruffin offre une porte de sortie à la fois honorable pour Macron et avantageuse pour les salariés en lui proposant une stratégie en plusieurs étapes : d’abord il y a la prise de contact en cours et les salariés ressortent « pas contents » (avec son ironie coutumière, Ruffin ne fait que décrire une réalité : lui et les salariés ne sont effectivement pas contents, mais au lieu de l’exprimer au premier degré, il se met comme dans ses films « à la place de » et l’exprime de la façon dont les médias et le public, qu’il s’agit bien de sensibiliser, pourront le percevoir), ensuite Macron s’occupe du dossier (c’est-à-dire fait jouer ses réseaux d’ex-ministre au sein de l’Etat), puis on se revoit et Macron rend compte de ce qu’il aura fait. Macron fait mine d’accepter le plan de route, sans prendre pour autant aucun engagement ferme.
Le soir-même, Ruffin et les Ecopla vont quand-même faire chier Macron devant son meeting (ce n’est pas de la mise en scène : ils continuent à lui foutre la pression et à essayer de faire connaître leur lutte). Deux mois plus tard, Ruffin étrille encore Macron dans Fakir, dans un dossier sur Ecopla.
Malheureusement, le projet de SCOP qu’il défendait n’aboutit pas, et après une tentative de partenariat avec un repreneur, les salariés jettent l’éponge en mars 2017.
La scène avec Macron n’aura été qu’un épisode parmi plein d’autres dans cette longue lutte, et aura juste servi un peu à la faire connaître.
Macron n’en a tiré aucun bénéfice électoral, Ruffin non plus (il était candidat en Picardie et Ecopla est en Isère). Le projet a échoué mais méritait d’être soutenu : le précédent des Fralib permettait d’espérer un meilleur dénouement que celui des Whirlpool.

Ajoutons que les premiers concernés semblent reconnaissants envers Ruffin, encore 3 ans après, et malgré l’échec.

Alors, quelle mouche a piqué Branco ? Pourquoi repeindre ainsi Ruffin en traitre manipulateur et simulateur ? Pourquoi tant de haine ? Mystère.
Purisme gauchiste de grand bourgeois converti au romantisme révolutionnaire mais totalement ignorant de la réalité des luttes syndicales ?
Complètement bloqué dans son délire, Branco s’enfonce post après post, vidéo après vidéo, malgré les commentaires le plus souvent navrés des internautes. Il va même jusqu’à prétendre que la récente confrontation entre Ruffin et Macron à Amiens devant les ex-salariés de Whirlpool serait du « chiqué », et aurait été « négociée », ce qui est une accusation à la fois gratuite et idiote : bien évidemment, Ruffin, député local, ne surgit pas par surprise devant le président ; l’événement a été organisé, et chacun essaie d’y faire valoir son point de vue. Cela ne signifie nullement que leur opposition soit feinte.
Dans un « Facebook live » du 28 novembre 2019, Branco va même jusqu’à insinuer que Ruffin tairait le rôle qu’a joué sa soeur dans l’histoire d’Ecopla. J’ai été intrigué par ce détail : que voulait suggérer Branco et qu’y a-t-il de gênant à ce que la soeur de Ruffin se soit impliquée dans le dossier Ecopla ? Après une petite recherche sur internet, j’ai trouvé qu’une vidéo postée le 15 novembre 2018 par un compte baptisé « Le Frexit » avait déjà soulevé beaucoup de sous-entendus au sujet de la soeur de Ruffin.

On notera avec amusement la contradiction dans ce délire à la tonalité complotiste : Ruffin cacherait cette mystérieuse soeur qui a été camarade de classe de Macron à Amiens et qui dirige une SCOP, mais la vidéo s’appuie sur des sources qui montrent en fait que l’existence de cette soeur et son parcours sont de notoriété publique et que Ruffin n’a jamais rien caché à ce sujet. On sourira aussi au fait que la vidéo qui ne s’appuie que sur des articles et documents déjà publics est présentée comme un « scoop exclusif », un peu comme le pauvre montage faisandé de Branco présenté comme une « exclu ».
Quant au compte Youtube diffuseur de ce « scoop exclusif », « Le Frexit », il se défend d’être lié à l’UPR, le groupuscule nationaliste dont le frexit est le fétiche suprême, mais semble tout de même publier, outre des attaques contre Ruffin, moult éloges d’Asselineau, le gourou de l’UPR.

La vidéo de Branco, de son côté, a été copiée et mise en ligne telle quelle (avec un titre encore plus mensonger) dès le 26 novembre 2019 (le même jour que la première diffusion sur le compte Youtube de Branco) par un compte Youtube baptisé « Collège européen », dont l’orientation laisse peu de place au doute.

Coïncidence ? 😎

Bon, comme on n’est pas aussi barré que Branco, on n’ira pas jusqu’à chouiner, « la boule au ventre », qu’il n’est devenu qu’un gros troll de l’UPR, mais on ne peut que constater qu’il en a adopté le style. A tout prendre, malgré de récurrentes erreurs qu’il a d’ailleurs le mérite de reconnaître (celle-ci ou celle-ci, par exemple), et malgré un sens du spectacle et une personnalisation qui peuvent avoir leurs limites, on lui préférera le style Ruffin, moins huppé, plus sincère, et plus utile dans nos luttes.

Radicalisation

Macron nous invite à être vigilants face aux signes de radicalisation. Eh bien justement, je crois que j’ai repéré un radicalisé. Regardez avant et après : c’est flippant.
On voit bien le basculement d’un brave bourgeois de droite, gérant sa ville de province, transformé en fou du dieu Marché parti en guerre sainte contre nos acquis sociaux. Ça fait froid dans le dos.

Démocratie du public

« Les journées d’action du 17 et du 24 novembre ont été suivies par les chaînes d’information en continu dès leur commencement, minute par minute, “en direct” (terme qui est devenu désormais un équivalent de communication à distance d’événements en train de se produire). le samedi 24 novembre au matin, les journalistes étaient plus nombreux que les Gilets jeunes sur les Champs-Elysées. Si l’on compare avec les journées d’action des cheminots du printemps dernier, on voit immédiatement la différence. Aucune d’entre elles n’a été suivie de façon continue et les téléspectateurs ont été abreuvés de témoignages d’usagers en colère contre les grévistes, alors qu’on a très peu entendu les automobilistes en colère contre les bloqueurs.

Continuer la lecture de « Démocratie du public »

Tyran

« Se réjouir du coming out monarchiste d’Emmanuel Macron, c’était, comme à chaque moment de Restauration et de contre-révolution de l’histoire de France, applaudir à l’affichage idéologique d’un tyran.
Je n’écris pas “tyran” à la légère.
Le mot nous vient du grec Τύραννος (turannos) qui désigne, dans l’Antiquité, un homme abusant d’un pouvoir absolu, selon Aristote entre autres. Le tyran, sans abolir les lois, se place au-dessus d’elles. Et, aujourd’hui les transgresse — notamment dans le domaine du maintien de l’ordre.

Aristote (Les Politiques), encore, observe que la plupart des tyrans sont issus des démagogues et que “la tyrannie cumule les vices de la démocratie et ceux de l’oligarchie”, du fait de l’amour du roi pour les richesses et de son hostilité à l’égard du peuple qu’il désarme et asservit. la genèse de la tyrannie se trouve dans la corruption des constitutions politiques et, surtout, dans l’exaspération des conflits entre riches et pauvres, minorité et majorité, parce que le législateur n’institue plus le juste équilibre entre les uns et les autres. Pour le tyran, il existe deux façons de maintenir le régime : d’une part, il doit renforcer la répression de toute contestation, en développant le contrôle de la police sur les citoyens ; d’autre part, en utilisant la corruption et en appauvrissant son peuple, afin que “les sujets, occupés à gagner leur vie de chaque jour, ne trouvent pas le temps de conspirer”. Toute ressemblance…

Continuer la lecture de « Tyran »

Coming out monarchiste

« Un épisode peu connu du début de son règne nous le raconte de façon cryptée. Le 5 avril 2018, Emmanuel Macron s’est offert une visite nocturne de la basilique des rois de France, à Saint-Denis […]. Le chef de l’Etat s’est alors attardé sur les sépultures des rois Dagobert, premier monarque à être enterré là, François Ier et Henri II.

[…] La basilique royale de Saint-Denis recèle encore d’autres mystères présidentiels.
Elle est effectivement au coeur des activités de lobbying de l’obscure association “Pour le retour à Saint-Denis de Charles X et des derniers Bourbons”. […]
Or, le 20 avril 2018, quelques jours à peine après la visite nocturne d’Emmanuel Macron aux gisants, l’association publiait ce communiqué intriguant : “L’association ‘Pour le retour à Saint-Denis de Charles X et des derniers Bourbons’ a le plaisir d’informer ses nombreux soutiens et sympathisants qu’elle vient d’adresser un dossier complet, conjointement au président de la République, M.Emmanuel Macron, et à M. Sylvain Fort, son conseiller chargé des discours et de la mémoire, suite à la demande formulée par celui-ci, lors de son entretien du 10 janvier dernier avec le président d’honneur de l’association, Philippe Delorme. […] L’association vous informe également qu’une demande officielle de restitution du coeur du dernier roi de France devrait pouvoir être prochainement soumise au gouvernement de la République de Slovénie et au couvent de Kostanjevica. […]”

Diagnostiquant le bonapartisme d’Emmanuel Macron, Laurent Mauduit, cofondateur de Mediapart, a lui aussi fait le rapprochement entre l’actuel président de la République et Charles X, pointant du stylo le recours antidémocratique aux ordonnances, aux décrets, aux votes express, sans débat, de la majorité LaREM à l’Assemblée nationale. […]

La cause est entendue : Emmanuel Macron aime invoquer la mémoire des rois de France, se servant par trois fois en un an du château de Versailles, pour recevoir Vladimir Poutine, s’exprimer devant le Congrès ou y organiser le sommet “Choose France” en présence d’une foule de patrons de multinationales, de même qu’il a rétabli le domaine et le château de Chambord (Loir-et-Cher) comme outil diplomatique du rayonnement de la France, chasses présidentielles à la clé.

Continuer la lecture de « Coming out monarchiste »

Corruption

« L’affairisme du chef de l’Etat et sa tolérance à la corruption sont précisément révélés par l’enquête au long cours de Mediapart sur Alexandre Benalla, entre autres […]. Je souhaite juste ajouter cette confidence d’Aleph : “Benalla est ‘en main’ des services de renseignement français, plus précisément d’une sous-direction de l’un des plus puissants parmi ceux-ci, sous-direction qui est l’interface de l’Etat avec l’univers du renseignement privé, des ventes d’armes, des trafics stratégiques…” »

Antoine Peillon, Coeur de boxeur, Les liens qui libèrent, 2019

Orgies

« Dans le langage macronien, on les appelle les “helpers”. Jeunes étudiants, mais aussi jeunes actifs qui ont parfois pris des congés sans solde pour cette aventure. (…)

Cette énergie peine parfois à être contenue. Le stress de la campagne transforme parfois le QG en un chaudron incontrôlable. “Je n’ai jamais fait une campagne avec autant de débauche !” s’exclame un autre helper, sorti épuisé de l’aventure. Pour se détendre, les helpers multiplient les beuveries, comme lors des fêtes d’écoles de commerce. Beaucoup tiennent à la cocaïne. Les excès sont tellement nombreux que l’intendance finit par interdire alcool et autres drogues dans les locaux. Dans ce QG inadapté, il n’est pas rare de voir les volontaires dormir sur ou sous les bureaux. un distributeur de préservatifs est installé. Car il semble que les moments de repos dans les quelques dortoirs improvisés se transforment parfois en orgies… »

Marc Endeweld, Le grand manipulateur,
Les réseaux secrets de Macron
, Stock, 2019